20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Exceptionnel lieu de mémoire, le site du champ de bataille de Waterloo du 18 juin 1815 est un paysage ancré dans le patrimoine culturel de l’Europe. Un des lieux les plus visités par les touristes en Belgique.

 

Waterloo 1815

Pôle touristique, historique et culturel majeur de Wallonie, le site du champ de bataille de Waterloo qui a commémoré en 2015 son bicentenaire a fait l’objet d’un ambitieux projet de revalorisation sous la direction de l’Intercommunale ‘Bataille de Waterloo 1815’. Ce projet a été financé majoritairement par la Région Wallonne qui y a consacré près de 40 millions d’euro. Sur le Hameau du Lion, tous les bâtiments ont été rasés, excepté l’Hôtel du Musée et le Panorama qui est placé sur la liste de sauvegarde de l’Unesco. Un Mémorial semi-enterré a été construit afin d’accueillir les visiteurs avec un centre d’exposition et de documentation.

Memorial 1815

Memorial 1815 et Panorama

Butte du Lion

La Butte du Lion fut érigée entre 1824 et 1826 par le roi Guillaume Ier des Pays-Bas pour commémorer la victoire alliée. Elle mesure 43m de haut et 520 mètres de circonférence. Elle se dresse à l’endroit présumé où le Prince d’Orange des Pays-Bas fut blessé à l’épaule le 18 juin 1815. Il faut prendre son souffle avant d’escalader l’escalier de 226 marches qui mène à un lion en fonte de plus de 4 mètres de hauteur qui défie la France. Du haut de butte, le visiteur a une vision d’ensemble de la plaine qui fut le théâtre du champ de bataille, des mouvements des troupes et de la topographie des lieux.

Lion de Waterloo 1815

Butte du Lion de Waterloo

Monument Gordon

Situé à l’angle de la chaussée de Charleroi et de la route du Lion, le Monument Gordon, nous offre une vue d’ensemble du plateau de Mont-Saint-Jean où Wellington a donné ordre à ses troupes de former le carré. Cette colonne cannelée fut érigé en 1817 en souvenir du lieutenant-colonel Alexander Gordon, aide-de-camp écossais de Wellington, mort des suites de ses blessures à l’âge de 29 ans. Le monument se trouve sur une butte dont le sommet est probablement le niveau du sol tel qu’il était à l’époque des combats. Un orme solitaire se dressait à cet endroit. Après la bataille, il fut abattu. Vendu à un Anglais et débité à Londres sous forme de souvenirs, il fut remplacé en 1958 par un platane planté par la Fédération touristique du Brabant.

Waterloo 1815 Monument Gordon

Monument Hanovrien

De l’autre côté de la chaussée s’élève le Monument Hanovrien. Cette solide pyramide tronquée à quatre faces en pierre bleue fut érigée en 1818 à la mémoire des officiers de la King’s German Legion, vaillants défenseurs de la Haye Sainte. Les Hanovriens faisaient partie de l’armée britannique, le roi d’Angleterre Georges III étant également souverain de Hanovre. On dit que c’est sur son emplacement que fut creusée une immense fosse qui reçut environ quatre mille morts et un grand nombre de cadavres de chevaux.

Waterloo 1815 Monument Hanovrien

Monument des Belges

Autour de ce carrefour stratégique se dresse encore, à l’angle de la chaussée de Charleroi et du chemin de la Croix le Monument aux Belges. Elevé en 1914 à l’occasion de la commémoration du centenaire de la bataille, cette stèle en petit granit est décorée d’un drapeau en bronze déchiré par la mitraille surmonté d’un trophée d’armes timbré d’un écusson au Lion belge entouré de lauriers. Le monument est dédié «Aux Belges morts le 18 juin 1815 en combattant pour la défense du drapeau et l’honneur des armes». Quatre mille deux cents belges, avec quatre généraux, ont effectivement participé à la bataille de Waterloo. Le contingent hollando-belge était joint à l’armée anglaise, dénommée armée anglo-néerlandaise. Ni Wellington ni Blücher n’avaient vraiment confiance dans ces troupes belges levées par le tout jeune royaume des Pays-Bas car, quelques mois plus tôt, ces soldats servaient encore dans l’armée napoléonienne. N’empêche, à Waterloo comme aux Quatre-Bras et à Ligny, ils ont montré leur loyauté et leur bravoure.

Waterloo 1815 Monument aux Belges

Monument Prussien

Surnommé la «Pyramide», le Monument Prussien s’élève au départ du chemin de Camuselle qui relie Plancenoit à Lasne. Cette flèche néogothique surmontée de la croix de fer allemande fut construite en 1818 par le grand architecte Schinkel. Elle se situe sur une hauteur occupée pendant la bataille par une batterie française chargée d’enrayer l’avance prussienne qui venait de Wavre. Ce monument n’est pas unique. Il en existe un exemplaire sur la plupart des grandes victoires prussiennes de 1813-1815.

Waterloo 1815 Monument Prussien

Monument de l’Aigle Blessé

Inauguré en 1904, le Monument Français de l’Aigle Blessé s’élève à l’endroit où s’est formé, au soir du 18 juin, le dernier carré de la Garde Impériale dont fit partie le général Cambronne. D’une inspiration toute romantique, cette oeuvre émouvante représente un aigle, l’aile brisée, défendant le drapeau impérial. C’est une réplique en bronze d’une statue en pierre qui avait été exposée au Salon de Paris en 1902 par le sculpteur Jean-Léon Gérôme. Dans l’enceinte du monument, une stèle a été apposée à la mémoire de l’escadron polonais par l’Association pour la Conservation des Monuments Napoléoniens.

Waterloo 1815 Aigle Blessé
Troupes de Waterloo Monument de l'Aigle blessé Waterloo 1815

Colonne Victor Hugo

En face de ce monument se dresse la Colonne Victor Hugo. Le socle porte un médaillon à l’effigie de l’écrivain, gloire prestigieuse de la poésie française. Il était fils d’un général de l’Empire et il réserva dans son oeuvre magistrale un chapitre épique à la tragédie de Waterloo. Cette colonne de moellons de pierre bleue fut construite sur la proportion du nombre d’or à l’initiative d’Hector Fleischmann, historien belge franc-maçon installé à Paris. Il s’agissait d’élever un monument «à la gloire des artistes de la plume et du pinceau qui chantèrent Waterloo». Le monument commencé en 1912 ne fut achevé qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Waterloo 1815 Colonne Victor Hugo
Waterloo 1815 Colonne Victor Hugo

Monuments de la Ferme d’Hougoumont

La Ferme d’Hougoumont qui était à l’abandon a fait l’objet d’une magnifique restauration avec l’aide des fonds publics, de sponsors et du gouvernement britannique. Pendant la haute saison, une navette vous y mène à partir du Mémorial. Dans le fond du verger se dresse une stèle en granit portant l’inscription «Aux soldats français morts à Hougoumont». Près de la porte nord de la ferme, un monument à la mémoire des soldats britanniques qui ont combattu à Waterloo a été inauguré en juin 2015 pour le bicentenaire de la bataille. Il représente le célèbre épisode de la fermeture de la porte nord. L’inscription «Closing the gates on war» (Fermer les portes de la guerre) rappelle que la bataille de Waterloo mit fin aux guerres napoléoniennes et à des siècles d’hostilité entre l’Angleterre et la France.

Waterloo 1815 Ferme d'Hougoumont

Carnet de route

  • Waterloo 1815. Le site du champ de bataille se situe de part et d’autre de la route nationale 5, Bruxelles-Charleroi, sur le territoire des communes de Braine l’Alleud, Genappe, Lasne et Waterloo. Ring ouest, sortie 25 Butte du Lion.
  • Hameau du Lion. Route du Lion à 1420 Braine l’Alleud. Belgique. Ouvert 365 jours par an. http://www.waterloo1815.be
  • Butte du Lion. Route du Lion à 1420 Braine l’Alleud. La butte du Lion dit de Waterloo est en réalité située sur le territoire de Braine l’Alleud. Haute de 226 marches, elle commémore la victoire alliée. Entrée par le Mémorial.
  • Panorama. Il est placé sur la liste de sauvegarde de l’Unesco. C’est une immense fresque de 110 mètres de circonférence et 12 mètres de hauteur, sonorisée , qui transporte le visiteur au coeur de la bataille. Entrée par le Mémorial.
  • Mémorial 1815. Semi enterré au pied de la butte, il a été inauguré en 2015 pour célébrer le bicentenaire de la Bataille de Waterloo. Un mur de la mémoire est recouvert de plaques commémoratives des régiments qui ont combattu sur le champ de bataille en 1815. Il accueille les visiteurs avec un centre d’exposition et de documentation et un parcours interactif descriptif de la bataille avec audio guide et spectacle en 4D «Au coeur de la Bataille» de Gérard Corbiau.
  • Ferme-Château d’Hougoumont. Square d’Hougoumont 1 à 1420 Braine l’Alleud. La ferme restaurée offre 4 salles d’exposition et un spectacle multimédia.
  • Dernier Quartier Général de Napoléon. Chaussée de Bruxelles 66 à 1472 Vieux-Genappe.  A 4km de la Butte du Lion vers Charleroi. C’est dans l’ancienne ferme du Caillou que Napoléon et son état-major passèrent la nuit du 17 juin 1815. Le musée présente armes, mobilier de campagne, décorations et autres souvenirs de l’armée impériale. www.dernier-qg-napoleon.be
  • Ferme de Mont-Saint-Jean. Chaussée de Charleroi 591 à 1410 Waterloo. Monument classé où Wellington installa son hôpital de campagne en juin 1815. Un musée retrace l’histoire du site. Micro brasserie et produits du terroir. www.fermedemontsaintjean.be
  • Musée Wellington. Chaussée de Bruxelles 147 à 1410 Waterloo. Ce musée est installé dans l’ancien relais postal qui hébergea le Duc de Wellington les 17 et 18 juin 1815. Les salles rassemblent des collections uniques dédiées à chaque armée. www.museewellington.be
  • Restaurant le Bivouac de l’Empereur. Route du Lion 315 à 1420 Braine l’Alleud. Face au Panorama, brasserie, tea-room avec un grand parking. http://www.restauration-nouvelle.be/etablissement/bivouac-de-lempereur/

Le «Pass 1815» vous permet de revivre l’histoire du 18 juin 12815 à travers 7 attractions et musées: Butte du Lion, Mémorial 1815, Panorama, Ferme d’Hougoumont, Musée Wellington, Dernier Quartier général de Napoléon, Ferme de Mont-Saint-Jean. Visites guidées à pied ou à vélo. www.waterloo1815.be    www.guides1815.org

http://www.destinationbw.be   www.visitwaterloo.be   www.waterloo-tourisme.com   www.brainelalleud.be

 

Vestiges et monuments Commémoration des combats de 1815 en Belgique

A lire sur Waterloo 1815, le site du champ de bataille et ses monuments:

  • ‘Waterloo. La campagne de 1815’, Jacques Logie, 2003, Editions Racine
  • ‘Waterloo 1815, Découverte du champ de bataille’, Guide officiel du Comité de Waterloo, édition 2016, Editions Jourdan
  • ‘Vestiges et Monuments commémoratifs des combats de 1815 en Belgique’, ‘Relics and Memorials of the battles of 1815 in Belgium’ , Georges-Patrick Speeckaert et Isabelle Baecker-Renard, 2006, éd. ARC.

Reportage publié dans L’Eventail 2015 (www.eventail.be)

Rendez-vous dans la rubrique Voyages, Europe, pour mes reportages sur les Fermes du champ de Bataille de Waterloo et sur la Route Napoléon en Wallonie  et les ruines de l‘Abbaye de Villers-la-Ville ou cliquez sur les liens.

 

Waterloo 1815

 

Pin It on Pinterest