20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Les roses anciennes et botaniques sont les reines du château de Hex. Elles sont éparpillées dans le jardin à la française, dans le potager historique et le parc paysager.

 

Aux confins de la Hesbaye

La Hesbaye limbourgeoise est un pays de cocagne fait de collines doucement ondulées, de champs fertiles et de vergers. Attiré par la beauté de ce paysage, le Prince-Evêque de Liège, Franz-Karl von Velbrück, décide de construire en 1770 une demeure de plaisance au cœur du pays de Looz. Dans cette résidence d’été, il pourrait s’adonner à ses sports favoris, la chasse et l’équitation et se reposer dans le calme de la campagne.

Les roses du château de Hex

Un Prince jardinier

Philosophe averti et politicien habile au siècle des Lumières, Velbrück a dirigé la Principauté de Liège comme un monarque éclairé et humaniste, conquis par les idées de liberté et de tolérance. Sa personnalité a marqué l’histoire de la Principauté qui connut durant son règne une période florissante.

Les roses du château de Hex

De style baroque liégeois, le château de Hex compte parmi les plus importants du pays. La ligne classique propre à l’architecture mosane présente un corps de logis en briques rouges avec encadrement de fenêtres en pierre bleue. Il est flanqué de deux ailes encadrant une cour d’honneur. En partie défiguré au 19e siècle, il a été restauré dans l’esprit du fondateur au début du 20e siècle, principalement par Ghislaine de Bousies, comtesse d’Ansembourg. L’ensemble parfaitement entretenu a beaucoup d’allure.

Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex

Un certain art de vivre

Bâtie et décorée par les meilleurs artisans de Liège, de Lorraine et d’Italie, Hex est le témoin quasiment intact du grand siècle finissant. Le château a été classé monument historique en 1948. Tout dans ce château respire le caractère de son puissant commanditaire. Son souvenir a été maintenu vivant grâce aux soins constants apportés par ses héritiers. Le château est habité par le comte Ghislain d’Ursel, descendant du premier héritier du domaine, son épouse Stéphanie et leurs enfants. C’est une demeure familiale où s’exercent des activités culturelles, agricoles et botaniques.

Les roses du château de Hex

Le Jardin français

Le château est entouré de cinq hectares de jardins d’ornement d’inspiration française qui prolongent les grands axes du château. Il a été dessiné en 1915 par l’architecte de jardin Jules Janlet. Les parterres de broderie et les plates bandes de fleurs annuelles ont cédé la place à une vaste pelouse bordée de charmilles et d’ifs taillés soulignés par des sentiers en gravier.

Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex

Les trois grandes terrasses montant vers le château tracées par Jules Janlet étaient garnies de parterres colorés. Le dessin a été remanié en 1992 par le paysagiste Jacques Wirtz qui l’a bordé de topiaires d’ifs. L’arrière plan est formé de vieux buis, de houx et d’ifs taillés qui forment une sculpture végétale monumentale comme on peut en voir dans les plus beaux jardins d’Angleterre.

Les roses du château de Hex

Le Jardin chinois

Deux gros coussins de Rosa yakushimanense aux minuscules fleurs blanches bordent l’entrée du Jardin chinois créé dans les années trente. Au fond de cette chambre de verdure, un pavillon abrite une étonnante chinoiserie en bois polychrome, un mandarin et son serviteur portant un parasol. Sculptée à Liège à la fin du 18e siècle, cette statue articulée bouge la tête et tire la langue au gré du vent!

Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex

Le Jardin du Prince

Passé la grille romantique, on découvre le Jardin du Prince d’inspiration renaissance avec des parterres réguliers garnis de plantes aromatiques et de fleurs anciennes. Quatre groupes de petits putti en terre cuite du 18e siècle émergent d’un massif de rosiers chinois anciens qui fleurissent abondamment au mois de juin.

Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex

Un chemin de roses

L’allée qui surplombe le potager est bordée sur toute sa longueur par une balustrade en fonte du 18e siècle sur laquelle s’appuie une collection de rosiers grimpants. Une grille remarquable, beau travail liégeois du 18e siècle, donne accès au potager.

Les roses du château de Hex

Le jardin potager

Situé en contrebas du château, le potager d’un hectare est protégé des quatre côtés par de hauts murs. Deux mûriers de Provence plantés à l’époque du Prince-Evêque montent la garde. Les roses, les fleurs à couper, les plantes potagères et les arbres fruitiers palissés se partagent l’espace dans des parterres soulignés par des bordures de buis.

Les roses du château de Hex

Le puits du potager rappelle qu’autrefois l’arrosage se faisait à la main. Dans la cave à légumes, on conserve les cardons à blanchir, les céleris-raves, les choux, endives, pissenlits et scaroles qui peuvent se conserver pendant des mois à l’abri du gel et de la lumière.

Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex

Le jardin paysager

A la fin du 18e siècle, les ondulations naturelles du terrain que l’on découvre au delà du jardin français ont inspiré au Prince-Evêque la création d’un des premiers jardins paysagers à l’anglaise de Belgique. Des allées sinueuses conduisaient le visiteur à travers des passages forestiers allant d’une chambre de verdure à une autre. Le paysagiste Louis Fuchs est chargé en 1871 par le comte d’Ansembourg de redessiner le parc de 60 hectares. On admire près du château un beau Sequoiadendron giganteum et des chênes pédonculés, Quercus robur, dont certains ont près de 800 ans d’âge.

Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex

Les roses de Nanda

Ferdinanda, de la famille des marquis Diana en Italie, arrive à Hex en 1959. Nanda est l’épouse du comte Michel d’Ursel et se passionne très vite pour le jardinage, les fleurs et les roses du domaine. Pour augmenter sa collection, elle ramène des boutures de ses voyages, récolte des semences et visite des roseraies à la recherche de noms inconnus.

Les roses du château de Hex

Les premières roses du château de Hex datent du 18e siècle, à l’époque du Prince-Evêque. Tels les Rosa chinensis multipetala, Rosa ‘Old Blush’ et Rosa indica rubra, ils ont été probablement introduits à Hex par l’intermédiaire de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Ces roses existent encore aujourd’hui dans le Jardin du Prince. N’étant pas greffés mais francs de pied, ces buissons qui ont plus de deux siècles fleurissent abondamment tout l’été.

Les roses du château de Hex

Rosa alba, gallica, rugosa, banksiae, chinensis, rubriginosa, damascena, centifolia, foetida, glauca, pimpinellofolia, moschata, omeiensis, sempervirens, hugonis, willmottiae, pendulina, yakushimanense, moyesii, arvensis, multiflora, forrestiana… on estime qu’il y a aujourd’hui mille quatre cents roses dans les jardins de Hex, dont environ cinq cents espèces anciennes et botaniques. La collection de roses de Hex a été récompensée en 1998 par la World Federation of Rose Societies (WFRS) qui a remis aux jardins de Hex sa  ‘Plaque du Mérite’.

Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex
Les roses du château de Hex

Les roses du château de Hex ont été répertoriées par la comtesse Nanda d’Ursel qui en a fait un livre ‘Roses des Jardins de Hex’ illustré par des aquarelles d’Edith Dasnoy. On découvre les roses dans le parc où elles enlacent les grilles et les balustrades, colorent les parterres du jardin français, forment de grands massifs au pied du château, grimpent aux arbres, tapissent les murs du potager, se mêlant aux fleurs à couper, aux plantes aromatiques et potagères. Pour notre bonheur, les comtes d’Ursel ouvrent les jardins en juin, au plus beau moment de la floraison.

Les roses du château de Hex

Château de Hex

Situé à 25km de Liège, le château ne peut pas être visité mais les jardins et le parc sont ouverts au public pour le Festival des plantes deux fois par an, en juin pour le Festival des roses et en septembre pour le festival du potager. Château de Hex, Hekslaan à Heks-Heers, Belgique. www.hex.be

A lire:

  • ‘Roses des Jardins de Hex’, Nanda d’Ursel, aquarelles d’Edith Dasnoy, Lannoo 1995
  • ‘Hex. La genèse d’un jardin princier’, Chris De Maegd, Fonds Mercator 2007
  • ‘Parcs et jardins historiques de Wallonie’, Nathalie de Harlez de Deulin, Luc Pire, 2008

Voir mon reportage sur le Festival des plantes au château de Hex dans la rubrique Découvertes, Fêtes des plantes, ou cliquez sur le lien.

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Facebook
Twitter
Pinterest