20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Le Musée royal de l’Afrique centrale vient de rouvrir ses portes après 5 ans de rénovation. AfricaMuseum rassemble la plus grande collection d’art au monde en ce qui concerne l’Afrique centrale.

Musée du Congo

Le Musée royal de l’Afrique centrale porte aujourd’hui le nom d’AfricaMuseum. Son histoire remonte à  1898. Il portait alors le nom de Musée du Congo. La section coloniale de l’exposition universelle de Bruxelles est établie dans le Palais des Colonies à Tervuren, tout près de Bruxelles. A cette époque, le roi Léopold II règne en maître absolu sur l’Etat indépendant du Congo, future colonie belge du Congo. Le palais de style néo-classique est érigé entre 1905 et 1908 sur les plans de l’architecte Charles Girault. Il devait servir de vitrine au Congo et susciter l’intérêt du peuple belge.

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

Musée royal de l’Afrique centrale

Après l’indépendance du Congo, en 1960, le musée est rebaptisé Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC). Il abrite la plus grande collection d’art au monde en ce qui concerne l’Afrique centrale. La plupart des objets ont été rassemblés à l’époque coloniale par des fonctionnaires, des militaires, des missionnaires, des commerçants et des scientifiques. Les collections permanentes affichent encore à cette époque un discours colonialiste donnant aux visiteurs l’image d’une supériorité de la société européenne sur les Africains.

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

AfricaMuseum

Cent vingt ans après la création du musée et après cinq années de fermeture pour cause de travaux, l’AfricaMuseum de Tervuren a ouvert ses portes, un musée rénové en profondeur tant sur la forme que sur le fond. L’espace public a doublé avec un nouveau bâtiment d’accueil relié par une galerie souterraine à l’ancien palais.

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

Mais c’est surtout le discours qui se veut nouveau. Le musée a travaillé en collaboration avec la diaspora africaine, des historiens et des artistes africains pour revisiter l’histoire de l’Afrique ancestrale, coloniale, post-coloniale et contemporaine.

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

Le charme d’un vieux palais

Le palais est entièrement occupé par les salles d’expositions du musée. Une partie de la cour intérieure a été creusée de manière à laisser passer plus de lumière dans le sous-sol via les grandes fenêtres. Seulement un pour cent de la collection complète du musée est exposé. Les salles rénovées en profondeur ont conservé le charme du vieux musée. Certaines vitrines classées ont été restaurées et intégrées à la nouvelle scénographie.

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

Une pirogue mène au musée

Un grand escalier en béton mène à une galerie souterraine de 100 mètres de long. Cet espace minimaliste qui sert d’entrée et de sortie au musée accueille une pièce unique, une immense une pirogue de 22 mètres de long. En 1957, lors d’un périple au Congo, le roi Léopold III a descendu la rivière dans cette pirogue. Elle fut creusée dans les années 50 dans le tronc d’un sipo, du nom botanique Entandrophragma utile. Elle pèse 3500 kilos et peut transporter jusqu’à cent personnes.

 

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

Un musée décolonisé

Le dépôt des sculptures est la première salle que le visiteur découvre. Eclairé d’une lumière blafarde, cet entrepôt rassemble des œuvres d’art que l’on ne veut plus voir mais que l’on voit encore! Une peinture populaire de l’artiste Chéri Samba montre la ‘Réorganisation’ du musée. On y déménage une sculpture qui véhicule une image dégradante pour les Africains sous le regard du directeur du musée.

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

Les sculptures hyper réalistes en bronze nous donnent l’image de l’homme noir fragile et humilié par l’homme blanc. C’est tout le paradoxe et la complexité de ce nouveau musée qui prend du recul par rapport au colonialisme sans faire table rase de son passé.

 

AfricaMuseum Tervuren

La grande rotonde

Avec sa grande coupole, son sol en marbre précieux et ses imposantes statues, la grande rotonde donne l’impression d’être un temple érigé en l’honneur de Léopold II. Cet espace sert aujourd’hui d’écrin à une oeuvre monumentale d’art contemporain africain. L’artiste Aimé Mpane a voulu replacer l’Africain au centre de la rotonde.

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

C’est un éléphant qui trône dans la grande salle des paysages et de la biodiversité. Ici le musée met en scène différents biomes en Afrique. Il y a la forêt tropicale et la savane où vivent les grand s singes, les lions, les buffles, les zèbres et les girafes.

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

Afrique ancestrale et contemporaine

Rituels et cérémonies, langues et musiques, ressources, paysages et biodiversité, les collections présentées au fil des salles proposent un récit imagé sur des thèmes variés.

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

L’art contemporain et populaire actuel joue également son rôle dans le musée, tout comme l’histoire du passé colonial du Congo, du Rwanda et du Burundi. Si l’essentiel des collections se présente sous forme d’objets, on s’intéresse davantage au contexte dans lequel les objets étaient créés et utilisés. L’homme africain reste au centre du débat.

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

Une période controversée

Les collections du Musée royal de l’Afrique centrale ont été constituées par des Européens. Raconter l’histoire coloniale d’un point de vue africain reste un défi. Chaque visiteur a sa propre histoire, chacun porte un autre regard. Les relations entre la Belgique et son ancienne colonie, mais aussi entre l’Europe contemporaine et l’Afrique du 21e siècle peuvent être approchées selon des perspectives bien différentes. Le débat ne fait que commencer.

AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren
AfricaMuseum Tervuren

AfricaMuseum Tervuren

Musée royal de l’Afrique cenrale (MRAC), 13 chaussée de Louvain à Tervuren (à 10 minutes de Bruxelles) Belgique. Pavillon d’accueil, auditorium, boutique et restaurant au premier étage. Ouvert en semaine de 11h à 17h et le weekend de 10h à 18h. Fermé le lundi, le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre. Entrée 12 Euro, gratuit pour les moins de 18 ans. Accès: train tram métro, depuis la gare de Bruxelles-Central, métro 1 direction Stockel, arrêt Montgomery, tram 44 jusqu’au terminus de Tervuren, à 300 mètres du musée. En voiture ring ouest, sortie Tervuren-Quatre Bras, avenue de Tervuren N3 et au bout à gauche sur la chaussée de Louvain. www.africamuseum.be

 

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email