20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Eric Foort est un homme de la terre. Ses doigts verts ont donné naissance au Potager de la nuit, un endroit extraordinaire où sont cultivés 200 variétés de tomates.

 

Le potager du Bon Dieu

Il m’entend garer la voiture devant sa maison. Eric Foort vient m’accueillir pour me guider dans le Potager de la nuit qu’il a aménagé il y a cinq ans à Petit-Roeulx-Lez-Nivelles. Son agenda est chargé car nous sommes en août. Avec sa compagne Christine, il prépare les portes-ouvertes qui auront lieu ce week-end.

Potager de la nuit

Le potager de la nuit

Atteint d’une maladie survenue il y a 21 ans, Eric m’entend mais il ne me voit pas car il est non-voyant. «La première année, ça a été très dur mais progressivement j’ai trouvé des solutions pour m’adapter et me débrouiller. Je suis fier de mon jardin et heureux de pouvoir montrer aux gens que même avec un handicap on peut réaliser quelque chose de bien.»

Potager de la nuit Eric Foort
Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit

Une aisance impressionnante

Eric connaît son jardin comme sa poche et l’aisance avec laquelle il se déplace dans le jardin est impressionnante. «Toutes les plantations, je les visualise dans ma tête. Je me repère aux odeurs, aux revêtements du sol aussi, dalles de béton ou copeaux. Je sais toujours exactement où je suis.»  Peu de balises sont installées pour le guider dans le Potager de la nuit. Quelques rondins de bois posés le long des sentiers, des poteaux et des tuteurs pour marquer les angles. Et pour avoir le nom exact des variétés, il utilise des étiquettes vocales qui se lisent comme un code-barres.

Potager de la nuit
Potager de la nuit Eric Foort
Potager de la nuit
Potager de la nuit

Le respect de la terre

«Mes grands parents étaient agriculteurs et ils m’ont donné l’amour de la terre et de la nature et j’ai appris avec eux.» Eric n’a pas une formation de jardinier mais la passion du jardinage. Il comprend et respecte la terre qui le lui rend bien. Le Potager de la nuit est cultivé sans aucun produit chimique et fonctionne en autonomie totale avec des ânes, des chèvres, des poules et des lapins.

Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit

Une terre argileuse

«Lorsque je suis arrivé ici il y a cinq ans, mes voisins m’ont dit que rien ne pousserait dans cette terre argileuse. Effectivement, le sol était dur comme du béton et j’ai plié plus d’une grelinette. J’ai alors confectionné un compost géant de 500 mètres cube à partir de broyat de branches, de paille et de déchets verts venant d’autres jardins. Mélangé à du sable, j’ai répandu ce compost sur les parcelles pour l’incorporer au sol.»

Potager de la nuit

Une citerne d’eau de pluie

La terre améliorée chaque année de compost étendu en surface est aujourd’hui facile à travailler. Elle est tellement riche en matières organiques qu’elle retient parfaitement l’eau. Le jardin est autonome en eau de pluie grâce à une citerne de 10.000 litres. Une pompe rempli cinq tonneaux géants qui assurent les arrosages sous serre et la confection des purins de plantes.

Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit

Une médecine douce

Le Potager de la nuit est cultivé selon les principes de la culture bio. Purin de saule, de consoude, de prêle ou d’ortie pour les traitements préventifs et pour renforcer la résistance des plantes, bouquet de Tagète némagon qui combat les nématodes qui infestent le sol, les traitements sont faits à partir de plantes. Eric a placé des pièges à phéromones qui attrapent les insectes nuisibles sur une planche de glu. Un traitement précieux contre le vers du poireau et la mouche de la carotte. Il y a aussi des voiles horticoles très légers qui couvrent les choux pour les protéger contre la piéride. Il sert également de protection contre les rayons du soleil en cas de canicule.

Potager de la nuit

Des fleurs vagabondes

Le potager est abondamment fleuri de fleurs, cosmos, guimauve, tournesol, rose trémière avec à leur pied des plantes aromatiques. Ces fleurs annuelles ou bisannuelles se ressèment généreusement dans tout le jardin et attirent les insectes pollinisateurs.

Potager de la nuit
Potager Eric Foort (38)
Potager de la nuit
Potager de la nuit

Des légumes anciens

Une trentaine de légumes différents est cultivée et chaque légume se décline en de nombreuses variétés anciennes. Dans les serres du Potager de la nuit sont cultivés des concombres, aubergines, poivrons, piments et surtout des tomates. En pleine terre poussent artichaut, ail, oignons, échalote, bette, potiron, pâtisson, fenouil, salade, poireau, courgette, choux marin, tétragone mais aussi des fraises et des framboises. Les légumes et les fruits sont pasteurisés et aussi conservés en lacto-fermentation pour profiter des récoltes tout au long de l’année.

Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit

Collectionneur de tomates

Eric s’est passionné pour la culture de la tomate. Il en possède une collection de plus de 1250 variétés. Près de 200 sont en culture chaque année avec une tournante pour approvisionner sa banque de semences et produire de nouveaux plants qui sont mis en culture dans les serres.

Potager de la nuit

La tomate étant exigeante en chaleur, la plupart sont cultivées sous serre. Seules les tomates cerises plus résistantes aux maladies sont en pleine terre à l’extérieur. Les tomates sont arrosées à raison d’un litre d’eau par semaine pour que les fruits prennent du goût. Les tomates servent à faire des coulis et des sauces. «Durant l’été, on en mange une partie en salade. On en fait des tomates séchées, des confitures et même des glaces, tomates, citron, basilic, un régal!»

Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit

Dans ce jardin du paradis, il y a des tomates de toutes les saveurs, de toutes les couleurs, vertes, roses, jaunes, de toutes les formes et de tous les poids. Certaines ne font que quelques grammes alors que les plus grosses font plus d’un kilo. Les tomates régionales sont bien représentées comme la ‘Verte de Huy’, la ‘Triomphe de Liège’, la ‘Potager de Vilvorde’, la ‘Rouge de Namur’, la ‘Blanche d’Anvers’ ou la ‘Téton de Wépion’ à la forme suggestive.

Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit

Une banque de semence

Pour enrichir sa collection de tomates qui compte aujourd’hui plus d’un millier de variétés, Eric récolte les graines sur les fruits. Celles-ci sont mises pendant quelques jours dans un pot jusqu’à ce que la fermentation libère la graine de la pulpe du fruit. Alors les semences sont rincées puis séchées à l’air libre sur un tamis avant d’être rassemblées dans de petits sachets avec le nom de chaque variété. Un véritable trésor qu’Eric distribue généreusement aux amateurs de tomates qui viennent lui rendre visite.

Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit
Potager de la nuit

Potager de la nuit. Cercle horticole pour la promotion et la sauvegarde des tomates et légumes anciens. Eric et Christine organisent des journées portes ouvertes de leur jardin. L’occasion de découvrir des variétés de tomates peu connues aux multiples formes et couleurs. Petit-Roeulx-lez-Nivelles, dans l’entité de Seneffe, en Belgique. Portes ouvertes sur réservation au 045/836299.

Rendez-vous dans la rubrique Jardinage, Potager, et Jardin bio pour découvrir mes reportages sur Jardiner bio, les Tomates, le Potager bio, le Potager en Permaculture, le Potager en Biodynamie, le Jardin mellifère, le Dico du Jardinage bio, la Pharmacie du jardin bio, le Compost, les Plantes qui soignent le jardin, Christian Badot, aveugle et jardinier, le Jardin de Fraternité Ouvrière, le Potager de la Marache, le Potager en permaculture de Nethen, le potager de Nature & Progrès et le jardin de Philippe Delwiche et dans la rubrique Rencontres, les Pépinières d’Enghien et Semailles, ou cliquez sur les liens.

Potager de la nuit

 

Pin It on Pinterest