20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Grouillant de vie et de parfums, le jardin biologique de l’association Nature & Progrès est adapté pour les personnes à mobilité réduite, non voyantes ou malvoyantes.

Nature & Progrès, le jardinage écologique

Chez Nature & Progrès, le jardinage biologique a toujours occupé une place essentielle. L’association fut créée en 1976 par une poignée de visionnaires, bien avant que l’écologie ne soit à la mode. Elle propose dans son programme la recherche, l’expérimentation et la diffusion des techniques d’une agriculture et d’un jardinage écologiques, l’éco-bioconstruction et la préservation des ressources naturelles de la planète. L’association est installée à Jambes dans une ancienne maison de maraîcher agrandie par une construction en ballots de paille. Elle est aujourd’hui animée par une équipe de permanents entourée par des bénévoles particulièrement actifs dans le jardin didactique ouvert au public.

Nature & Progrès jardin bio

Le respect de la terre

«Le jardinage biologique est une question de bon sens, de curiosité et d’humilité», m’explique Philippe Delwiche, bénévole dans le jardin de Nature & Progrès. «Les règles d’or du jardinage biologique tournent toujours autour de la même idée: le respect de la terre, de la nature et de l’environnement.» Inutile de chercher dans le jardin des haies strictement taillées, du gazon tondu ou de belles lignes de salades. Le jardin qui semble un peu laissé à l’abandon est parfaitement intégré à l’environnement.

Nature & Progrès jardin bio

Un jardin de vie

Plus qu’un jardin d’ornement ou d’agrément, le jardin de Nature & Progrès est un jardin de vie. La haie n’est plus une simple barrière pour s’isoler, mais une tranche de paysage qui sert de refuge à de nombreuses espèces animales utiles, petits mammifères, oiseaux, papillons, coccinelles. Il faut laisser un peu de place au sauvage, à une mare, un tas de bois mort ou un mur de pierre sèches qui accueilleront les musaraignes et hérissons. « Jardiner bio, c’est adapter les cultures à la nature de son sol et non le contraire. C’est enrichir la biodiversité, privilégier les plantes indigènes bien adaptées à la région et semer une prairie de fleurs sauvages. On favorise ainsi la venue des insectes pollinisateurs, des auxiliaires, des oiseaux et de toute une faune qui nous aide à préserver l’équilibre biologique dans le jardin ».

 

Nature & Progrès jardin bio
Nature & Progrès jardin bio
Nature & Progrès jardin bio
Nature & Progrès jardin bio

Le retour au naturel

Réduire le jardinage bio au seul refus des engrais chimiques et des pesticides serait une vision simpliste. Pour préserver la santé de la terre et celle du jardinier, la culture bio propose des gestes simples et efficaces. Afin de ne pas perturber la vie microbienne du sol, on évite dans la mesure du possible le bêchage comme le pratiquaient nos parents. Pour aérer le sol et éliminer les herbes indésirables, on utiliser la fourche-bêche, la grelinette, le sarcloir ou la binette. Pour améliorer le terrain, on remplace les traitements chimiques par des produits naturels, des amendements calcaires ou magnésiens, poudres de roche, craies ainsi que des engrais d’origine animale ou végétale ou du fumier déshydraté qui comblent des carences du sol. Le compost est un or vert à portée de main. On y recycle tous les déchets du jardin qui se décomposent pour former un humus précieux qui améliore la structure du sol.

 

Nature & Progrès jardin bio
Nature & Progrès jardin bio
Nature & Progrès jardin bio
Nature & Progrès jardin bio

 

Un régime équilibré

«Jardiner bio, c’est soigner et nourrir sa terre avec des méthodes douces et naturelles pour qu’à son tour elle nourrisse et fortifie les fleurs et les légumes du jardin.» Pour minimiser la propagation des ravageurs et des maladies au jardin, il faut avant tout maintenir une bonne hygiène et fournir aux plantes un régime équilibré. «Il y a un bon moment pour travailler le sol, pour semer, un autre pour planter, greffer, soigner les plantes ou récolter. Pour lutter contre les maladies et les parasites, on utilise les purins, décoctions et infusions d’ortie, de prèle ou de tanaisie qui sont surtout répulsifs, ou bien le savon noir qui chasse les pucerons ou la bouillie bordelaise, efficace contre la tavelure du pommier. Mais il ne faut pas en abuser car il reste un résidu de cuivre dans le sol qui est toxique pour les vers de terre.»

Nature & Progrès jardin bio
Nature & Progrès jardin bio
Nature & Progrès jardin bio
Nature & Progrès jardin bio

Des jardiniers valides ou non

Le jardin de Nature & Progrès n’a pas été réalisé en un jour. Les aménagements ont été réalisés progressivement, en tenant compte des difficultés rencontrées au fil du temps par les jardiniers bénévoles, qu’ils soient valides ou non. Abrités par un auvent, de hauts bacs sont accessibles aux chaises roulantes et ils permettent de jardiner debout. Ils sont reliés au sol par un conduit de cheminée rempli de terre afin de faciliter la circulation des vers de terre et autres micro-organismes. «Au départ, le jardin était surtout sensé faire la promotion du bio. Puis nous avons pris conscience de la nécessité d’étendre l’accessibilité du jardin aux personnes handicapées. Nous avons créé des allées plus larges et installé des mains courantes en bambou le long des chemins pour guider la visite des malvoyants. Sur les conseils de Christian Badot, jardinier aveugle, nous avons aussi mis au point des outils de jardinage adaptés aux personnes à mobilité réduite.»

Nature & Progrès jardin bio

Un jardin pour tous

Tous les mardis, les jardiniers bénévoles se retrouvent dans le jardin. Qu’ils soient valides ou «chaisards», dépressifs, malentendants ou malvoyants, ils font partie de la maison. Ils y ont pris leurs habitudes et leurs repères. Ils y ont, pour ainsi dire, marqué leur territoire. Les mains dans la terre, ils s’affairent de la serre au potager mais cultivent surtout l’humain, dans un esprit de partage, d’échange et de convivialité car le jardin est avant tout un espace de vie et d’intégration réussie. Il n’y a plus, dans le jardin, des handicapés, des non-voyants ou des valides; il y a tout simplement des jardiniers passionnés qui se retrouvent tous les mardis.

Aujourd’hui, le jardin de Nature & Progrès est la démonstration vivante que le jardinage est accessible à tous, aux jeunes, aux personnes âgées, à mobilité réduite, non-voyantes, sourdes ou malentendantes. Derrière l’idée du jardin, de la culture des légumes et des fleurs, se cache une philosophie, une manière de penser, afin que le jardinage biologique soit possible pour tous, vraiment pour tous!

Nature & Progrès. Jardin pédagogique, 520 rue de Dave à 5100 Jambes, Belgique. Tel. 081/30 36 90. Le jardin est ouvert tous les mardis ou sur rendez-vous. www.natpro.be.

Reportage publié en 2012 dans le magazine Nest (www.nest.be)

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi