20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Imaginez-vous dans votre jardin, fermez les yeux. Comment faire pour jardiner lorsqu’on est aveugle? Rencontre avec Christian Badot, aveugle mais jardinier!

Le jardinage à la portée des non voyants

Passionné de jardinage, Christian Badot fait partie depuis dix ans de l’équipe de bénévoles qui entretient le jardin biologique de l’association ‘Nature & Progrès’. Il anime des visites sur le thème du jardinage mis à la portée des non-voyants. Il donne des cours et des conférences pour partager sa passion du jardinage. Il est aussi l’auteur d’un livre «Jardintégration, un rêve devenu réalité» édité chez Nature & Progrès. C’est un petit homme avenant qui gesticule, qui rigole et dont l’oeil vous semble pétiller de plaisir quand il parle de jardinage. Cet homme là vit pourtant dans le noir, c’est un aveugle.

Nature & Progrès Christian Badot

A 25 ans, son destin bascule

Christian Badot suit un cursus normal. Musicien, il mène à bien un graduat en comptabilité et en informatique. Agé de 25 ans à peine, son destin bascule suite à une banale balade à moto qui le prive du plus précieux de ses sens. «Etre ou devenir aveugle ou mal voyant, c’est une chose à laquelle on ne s’attend pas. Je suis passé de la tristesse à la désillusion. Après une solide dépression, c’est la révolte, la colère, le refus. Il y a cette dépendance que l’on traîne comme un boulet, une charge astreignante qui pèse lourd dans la tête et le coeur.» Puis Christian rencontre Monique qui devient son épouse. Il décide alors de se reprendre en main et d’aider ses semblables à traverser les difficultés. «Chaque vie est digne d’être vécue. Il faut d’abord s’accepter tel que l’on est puis avancer pas à pas sur son chemin vers le bonheur», tel est son credo.

Nature & Progrès Christian Badot

Mieux voir avec ses mains

Avec l’aide de l’association Le Soleil dans la Nuit qui s’occupe d’handicapés visuels, Christian Badot rejoint en 2004 l’association Nature & Progrès. Dans leur jardin didactique à Jambes près de Namur, ils ont le projet un peu fou de permettre aux aveugles de jardiner et de cultiver de façon tout à fait autonome. « Ce n’est pas semer ou planter qui est important, c’est de retrouver une place dans la société.» Gérer des parcelles, s’orienter dans l’espace, reconnaître les plantes, résoudre de nombreux problèmes techniques tels que semer, biner, désherber… Tout cela sans voir et sans pour autant abîmer les plantes que l’on désire faire pousser. Cela peut paraître impossible!

 

Nature & Progrès Christian Badot
Nature & Progrès Christian Badot
Nature & Progrès Christian Badot
Nature & Progrès Christian Badot

Deux associations face à un défi

Mais rien n’est impossible dans la vie, il suffit d’y croire. Christian, son épouse Monique et ses amis du Soleil dans la Nuit et de Nature & Progrès se mettent à la tâche. Tout le monde aime cultiver ses légumes, ses fleurs et ses plantes aromatiques. Quelle extraordinaire intégration cela serait si un aveugle pouvait jardiner seul et gérer ses cultures sans l’aide d’un guide. Ce serait du concret. Il retrouverait confiance en lui. Il retrouverait l’estime de soi, son autonomie et de l’assurance face à des valides.

Nature & Progrès

Se projeter dans l’avenir

«Au jardin, un aveugle peut envisager la rotation des cultures, la construction de nouvelles parcelles, la récolte des graines, les futurs semis ou encore la recherche de variétés rares, l’installation de haies. Le contact avec la terre, les plantes, les fleurs, les aromatiques, les textures différentes, ainsi que les odeurs, tout cela apporte des émotions positives et enlève souvent l’angoisse liée au stress d’être toujours dans l’obscurité. Dans son jardin, l’aveugle est autonome, créatif et fier de ses parcelles. C’est un endroit qu’il connaît, où il se sent bien.»

Le caractère social d’un jardin n’est plus à démontrer. «Le jardin est bien plus qu’un endroit où poussent des fleurs et où l’on cultive des légumes. C’est un lieu de rencontre et de partage. Il permet une véritable réhabilitation de la personne handicapée qui, par la pratique du jardinage, retrouve la considération d’elle-même et des autres.» Le jardin de Nature & Progrès à Jambes permet à des jardiniers malvoyants de venir chercher des méthodes et des outils spécifiques en leur permettant de jardiner, chez eux, en autonomie.

 

Nature & Progrès Christian Badot

S’orienter dans l’espace

Pour aider la personne aveugle à trouver son indépendance au jardin et à s’orienter dans l’espace, il faut tout d’abord améliorer l’accessibilité des parcelles. Christian Badot et son équipe créent des sentiers plus larges, réguliers et sans encombre qui permettent au jardiner aveugle de se déplacer en toute sécurité. «Nous avons installé des mains-guides le long des sentiers, sortes de rampe en bambou installés qui facilitent les déplacements et permettent le repérage et l’identification des parcelles. Des ardoises sont fixées aux mains guides sur lesquelles sont inscrites en noir et blanc et en braille le nom des parcelles et des plantes qui se trouvent à terre.»

Nature & Progrès jardin bio

Des parcelles accessibles

Certaines parcelles sont surélevées afin que les malvoyants puissent plus facilement reconnaître les plantes à l’odorat et au toucher. «Le basilic et la ciboulette ont un parfum très particulier. Quand on touche le romarin, c’est comme un petit sapin déplumé. La sauge, c’est mou et doux. Le persil, c’est tout frisé…» Pour se repérer et savoir où l’on se trouve, quelques cultures sont installées dans des pots et des jardinières. «Dans les pots, il est possible de cultiver des plantes aromatiques et certains légumes à petit développement, comme la salade ou le persil. Dans les jardinières, on peut faire pousser de nombreux légumes, haricots, radis, aromates…»

Pour faciliter le travail en pleine terre, les parcelles de culture font un 1,30 m de large sur 4 m de long, et ce afin d’en faire facilement le tour. Elles sont entourées de poutres pour les délimiter. Ces poutres sont trouées tous les dix centimètres. Ces trous servent de repères afin de permettre des semis réguliers. Une planche est placée perpendiculairement contre le bord en poutre de bois pour tracer des sillons toujours bien droits. Le système des trous permet de décaler la planche pour avoir l’intervalle désiré entre les lignes. C’est simple, c’est malin mais il fallait y penser!

 

Nature & Progrès Christian Badot
Nature & Progrès Christian Badot
Nature & Progrès Christian Badot
Nature & Progrès Christian Badot

Des outils bien pensés

Christian Badot a imaginé toute une série d’outils de jardinage qui facilitent la vie d’un jardinier aveugle. Ils ont été inventés au fur et à mesure des difficultés rencontrées. Il y a les planches de bois qui permettent des semis bien rectilignes et réguliers, des languettes qui protègent les jeunes semis lors des binages et des sarclages. C’est en s’inspirant d’une taloche du maçon ou du plafonneur que Christian a fabriqué une petite planche surmontée d’une poignée pour égaliser la terre. Pour faciliter la régularité des semis, par exemple des haricots semés en poquets, on utilise un petit chevron en muni de broches en bois qui sert de distanceur. Entre chaque broche, un petit trou est réalisé à l’aide d’un petit plantoir en bois, ce qui permet d’obtenir le bon espacement et la bonne profondeur. Christian et son équipe ont encore mis au point des plantoirs, des traceurs, des semoirs pour travailler de manière régulière dans les parcelles de culture.

Nature & Progrès jardin bio

Journées d’échanges et de formation

«Grâce à tous ces aménagements, il est désormais possible à un aveugle ou un malvoyant d’aller seul au jardin, de travailler le sol, de planter, de semer, de reconnaître les plantes aromatiques et les légumes, d’aménager, de différencier et de retrouver des parcelles spécifiques, de récolter le fruit de son travail. Bref, de rendre le jardinage accessible à ceux pour qui sa pratique paraissait impensable.»

Un peu partout, en Communauté Française, se créent des jardins adaptés pour lesquels les jardiniers aveugles de Nature & Progrès ont apportés leur savoir-faire .L’association organise des journées d’échange et de formation sur le jardinage, le tout enregistré sur cassettes et compact-discs, ce qui rend cette formation tout à fait accessible aux handicapés visuels.

«Jardintégration, un rêve devenu réalité. Le jardinage mis à la portée des non-voyants» Christian Badot, Hors série, éditions de Nature & Progrès.

Nature & Progrès, le jardin pédagogique est ouvert tous les jours de la semaine. Visite guidée sur rendez-vous et rencontre avec les jardiniers bénévoles le mardi. 520 rue de Dave à 5100 Jambes. Tel. 081/30 36 90. www.natpro.be.

Reportage publié en 2014 dans Jardins & Loisirs (www.jardinsetloisirs.be)

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi