20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Bruyante, polluée et surpeuplée, Delhi est aussi une ville fascinante. De l’arche de l’India Gate au Fort Rouge, il faut lui consacrer 24 heures pour découvrir ses multiples visages.

Delhi et 25 millions d’Indiens

Dantesque! Delhi est une ville bouillonnante, saturée et surpeuplée. Je ne tiendrai pas plus de 24 heures dans cette capitale qui accueille 25 millions d’Indiens. Mais il faut l’avoir vue pour comprendre un tout petit peu l’Inde. Je voyage seule pour un circuit d’une semaine dans le Rajasthan. La route qui relie d’aéroport de Delhi est bordée de bidonvilles. Je ne l’oublierai pas.

 

Delhi
Delhi
Delhi
Delhi
Delhi
Delhi
Delhi
Delhi
Delhi

Horn Please

6h du matin. Je suis réveillée par un concert de klaxons. Un tintamarre qui ne s’arrêtera qu’en fin de journée. Ils sont déroutants ces Indiens! Coincés dans les carrefours, ils klaxonnent et essayent de se faufiler, quitte à tout bloquer. Il faut dire que la circulation est complètement saturée de voitures, de rickshaws et de cyclo-pousse surchargés de marchandises. De multiples échoppes ambulantes débordent des trottoirs. Des chiens et des familles traversent les boulevards en zigzagant entre les voitures en essayant de ne pas se faire écraser.

 

Delhi Horn Please
Delhi Horn Please
Delhi Horn Please

India Gate et le palais présidentiel à New Delhi

New Delhi a été créé par les britanniques au sud de la vieille ville. C’est le siège du gouvernement et des institutions depuis l’indépendance en 1947. De larges avenues, de belles perspectives, les anglais avaient vu grand! L’arche de l’India Gate fut érigé à la mémoire des 100.000 soldats indiens tués au combat pendant la première guerre mondiale alors qu’ils se battaient aux côtés des Anglais. Cet arc de triomphe mène par une large avenue au palais présidentiel, le Rashtrapati Bhavan. Construit au début du 20ème siècle, il servait de résidence au vice-roi des Indes. De chaque côté de l’avenue, les bâtiments des ministères le précèdent, comme alignés à la parade.

Delhi Palais du Président
Delhi India Gate
Delhi Palais du Président
Delhi Palais du Président

Le mausolée d’Humayun

Ma première balade se fera calmement dans un parc où s’élèvent deux mausolées construits au milieu du 16e siècle. Le premier sur la droite est celui d’un dignitaire, Isa Khan, général d’armée. Un magnifique jardin moghol quadrillé de canaux et de bassins sert d’écrin au second mausolée, celui d’Humayun, un empereur moghol. C’est un édifice en grès rouge et marbre blanc d’une grande élégance. Il servira de modèle à tous les mausolées indo-musulmans dont le célèbre Taj Mahal d’Agra.

Delhi Mausolée d'Humayun
Delhi Mausolée d'Isa Khan
Delhi Mausolée d'Isa Khan
Delhi Mausolée d'Isa Khan

Le Fort Rouge de Old Delhi

Entouré d’impressionnants remparts de grès ocre pourpre, le Fort Rouge se dresse au coeur de la vieille ville de Delhi. C’est en 1638 que l’empereur moghol Sha Jahan décide de quitter Agra pour installer la cour à Delhi. Il rase l’ancienne forteresse et construit des palais de marbre aux murs et plafonds recouverts d’or, d’argent et de pierres précieuses. Je pénètre dans le Fort par la Porte de Lahore. Au fil de la promenade, on imagine la vie fastueuse de la cour dans cette véritable cité interdite. C’est ici que Nehru brandit pour la première fois le drapeau de l’Inde indépendante en 1947.

Delhi Fort Rouge

Delhi Fort Rouge
Delhi Fort Rouge
Delhi Fort Rouge
Delhi Fort Rouge
Delhi Fort Rouge
Delhi Fort Rouge

La Mosquée Jama Masjid

Après avoir gravi un escalier, j’enlève mes sandales pour pénétrer dans la Mosquée Jama Masjid, la plus vaste de l’Inde. Ses trois énormes dômes bulbeux en marbre blanc dominent Old Delhi. Une immense cour rafraîchie par un bassin accueille les pèlerins qui viennent prier en masse. La cour bordée de galeries s’ouvre sur un bâtiment en grès rouge incrusté de marbre qui abrite une salle de prière.

Delhi Mosquée de Jamah Masjid

Les bazars de Chandni Chowk

C’est en fin d’après-midi que je me perd dans le coeur battant de Old Delhi, Chandni Chowk. Ruelles étroites, bazars couverts, marchés aux épices et aux fruits, boutiques de drapiers, d’orfèvres et de bijoutiers… Une véritable marée humaine oppressante que je dois affronter en cyclo-pousse dans une odeur de friture et de pots d’échappement. C’était peut être pas une bonne idée…

Delhi bazar
Delhi bazar
Delhi bazar

 

Le minaret du Qutub Minar

Après avoir passé une semaine au Rajasthan, je suis revenue à Delhi avant de prendre de mon avion du retour. Il me reste quelques heures et j’en profite pour visiter le complexe du Qutub Minar. Ce très grand parc renferme les ruines de tombeaux et de la plus ancienne mosquée de l’Inde, datant du 13ème siècle. Le fameux minaret du Qutub Minar domine ce site impressionnant de sa silhouette légèrement conique haute de 73 mètres. Des bandes d’écriture coufique l’ornent comme des brassards. Symbole du pouvoir, cette tour a été construite pour célébrer la victoire en 1192 des armées moghol et de l’Islam sur celles des hindous Rajpoutes.

Delhi Qutub Minar
Delhi Qutub Minar
Delhi Qutub Minar
Delhi Qutub Minar
Delhi Qutub Minar
Delhi Qutub Minar

 

Un peu de calme et de verdure

New Delhi possède de nombreux espaces verts. Ces parcs accueillent les familles indiennes qui viennent le soir ou le weekend se détendre, prendre une glace ou pique-niquer. Autour de l’India Gate, une grande esplanade est couverte de pelouses qui se prolongent de chaque côté de la grande avenue qui mène au palais présidentiel. Tout près de là, je me suis aussi baladée dans le Lodi Garden, un véritable havre de verdure qui contient des tombeaux des 15ème et 16ème siècle. Il y a aussi le très beau jardin moghol qui entoure le mausolée d’Humayun. Enfin, on peut se promener dans les jardins du palais présidentiel Rashtrapati Bhavan dessinés par l’architecte britannique Edwin Lutyens dans les années 1930. Il nous offre une version moderne d’un jardin moghol islamique. Son accès est libre mais il est interdit de prendre des photos.

Delhi jardins
Delhi jardins
Delhi jardins
Delhi jardins
Delhi jardins
Delhi jardins

 

Sur les traces du tigre

Une de mes obsessions est de photographier un tigre. J’aurais voulu faire un safari dans le Parc National de Ranthambor mais j’aurais du rallonger mon circuit de 48 heures. J’ai donc recherché mon tigre dans un jardin zoologique. A Jaipur, on me dit que dans le zoo du centre ville il y a des fauves. Malheureusement, ils ont installé les tigres dans un parc à 2km de Amber Palace et je n’ai pas le temps d’y retourner. C’est dans le grand jardin zoologique de New Delhi que je découvre enfin deux tigres. Un tigre du Bengale et un tigre blanc, installés chacun dans un enclos différent. Pendant un bon bout de temps, ils restent cachés dans le fond de l’enclos. Mais chacun viendra se rafraîchir dans le bassin situé tout près de moi, me permettant de faire quelques photos. Un sacré coup de chance!.

Delhi tigre
Delhi tigre

 

Pour découvrir mon circuit dans le Rajasthan, Jodhpur, Ranakpur et Sardargar, Udaipur, Bundi et Jaipur,  Agra et le Taj Mahal, rendez-vous dans la rubrique Voyage Asie.

Carnet de route

Comment organiser son voyage? J’ai réservé mon circuit Delhi et Rajasthan via internet par l’agence Marco Vasco. Basée à Paris, l’agence travaille avec un correspondant à Delhi. Organisation fiable, programme équilibré, bon choix d’hôtels et excellent chauffeur. www.marcovasco.fr

Quand venir? D’octobre à mars. Il fait généralement sec et il n’y a pas de moustiques. En été il fait trop chaud et de juillet à septembre, c’est la mousson.

Formalités? Passeport en cours de validité, valable au moins 6 mois après la date du retour. Visa obligatoire.

Se déplacer? Le plus simple, c’est d’avoir son chauffeur perso, c’est l’idéal pour aller où on veut, quand on veut. Mais on peut aussi se déplacer en taxi, en rickshaw ou cyclo-pousse. A pied, il faut constamment faire attention à la circulation qui vient de partout pour ne pas se faire écraser. Les rickshaws à trois roues sont vert et jaune et ils abondent dans les rues de Delhi. Le prix de la course dépend de la distance affichée en principe sur un compteur. Mais on peut le négocier avant la course. Les taxis sont jaune et noir, deux fois plus chers que les rickshaws. Il y a également le métro, très moderne, composé de trois lignes.

Où manger? Plein de petites échoppes de rue pour se restaurer rapidement et pour pas cher. Quelques bonnes adresses de resto à Delhi:

  • Karim’s, près de la mosquée Jama Masjid, est une véritable institution à Delhi. Ambiance locale, cuisine mijotée et prix raisonnables.
  • Chor Bizarre, à Chandi Chowk, un restaurant musée d’inspiration Cachemire, tant sur le plan de la déco que des plats absolument délicieux. www.chorbizarre.com
  • Lodi the Garden Restaurant, dans le parc de Lodi, sur la Lodhi Road, un des rares endroits à Delhi où on peut déjeuner au calme dans un oasis de verdure. Très agréable les soirs d’été!
  • Hôtel Impérial, sur Janpath à Caunnaught Place, construit en 1931, il est considéré comme le meilleur hôtel de la ville. On succombe sous le charme suranné de cet immeuble de style art déco dont les corridors aux lustres en cristal vous replongent dans une atmosphère digne de Kipling. Si l’hôtel dépasse votre budget, vous y trouverez plusieurs restaurants, une terrasse pour prendre un verre et même une boulangerie pâtisserie. www.theimperialindia.com

La sécurité? Comme dans toutes les villes, faire attention aux pickpockets. Les mendiants sont parfois harcelants, à vous prendre le bras, ce qui n’est pas agréable. Je me suis promenée seule dans les rues et je ne me suis jamais sentie en danger.

Indian’s Women? « Toutes sortes d’histoire circulent autour des femmes. Tuées à la naissance, étouffées bébés, abandonnées enfants, violées ou brûlées par acide adolescentes, rejetées lorsqu’elles sont veuves… » A New Delhi, un wagon féminin a été aménagé dans le métro, exclusivement réservé aux femmes pendant les heures de pointes. Une façon d’éviter les mains baladeuses des hommes, les attouchements, les collés-serrés et autres frottements indésirables. La journaliste Marine Delaporte a rencontré en 2016 pendant un séjour de 5 mois en Inde des femmes avec des âges et des histoires différentes qu’elle nous raconte à travers différents portraits. Contact: Marine Delaporte  marine.dlp@outlook.fr

Que penser de l’Inde? Les avis sont contrastés. Il y a ceux qui ont mal vécu leur voyage en Inde. Stressés par le bruit, la surpopulation, la circulation apocalyptique, la pollution, la poussière, la saleté… Les Indiens sont aussi déconcertants. Naturellement bienveillants, ils sont parfois sans gêne. Dès que l’on monte dans la hiérarchie, il y a de l’arrogance et les règles élémentaires de politesse sont oubliées. Par contre, le personnel dans les hôtels est d’une extrême gentillesse et serviabilité comme on n’en voit nulle part ailleurs. Dans les villages, les gens vous accueillent avec le sourire. Les enfants sont espiègles et veulent qu’on les prennent en photos. Les adultes et les personnes âgées ont également une attitude positive vis à vis des étrangers. Personnellement, je suis tombée sous le charme de ce pays, séduite par la richesse de son patrimoine historique et le raffinement de ses temples, mausolées et palais. Il y a aussi le soleil, la lumière irisée, les couleurs et la grâce exquise des femmes en sari rouge, jaune, fuchsia, rose éclatant, bordé d’or. Le pays rêvé pour un photographe.

 

 

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi