20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Dominée par la colossale forteresse de Mehrangarh, Jodhpur est une des plus belles villes du Rajasthan. Le coeur de la cité bat au rythme de son marché coloré, le Sardar Bazar, grouillant de vie. 

Une semaine en solo au Rajasthan

Je suis venue il y a trois ans en Inde pour faire un circuit dans l’Himalaya et je me suis jurée d’y revenir. J’ai donc bouclé ma valise pour un voyage d’une semaine en solo avec chauffeur au Rajasthan en février. Au programme: Jodhpur, Udaipur, Ranakpur, Sardargarh, Bundi et Jaipur. Ces noms mythiques évoquent le Rajasthan, les temples, les forteresses et les palais de maharaja. Une explosion de couleurs et de vie. Après 24h à Delhi, je prend un vol pour Jodhpur. Mon chauffeur m’attend à l’aéroport. Il m’accompagnera pendant tout le séjour. C’est un jeune Indien tout timide qui parle un peu l’anglais. Il conduit très bien. Il dit toujours oui, même quand c’est non. On apprendra à se connaître.

Rajasthan Jodhpur ville bleue

Je commence mon circuit par Jodhpur, une des plus belles villes du Rajasthan. En milieu d’après midi, j’arrive à mon hôtel qui est un Haveli, une ancienne maison de notable au coeur de la vieille ville. Celle-ci est blottie au pied d’une forteresse qui se dresse comme un nid d’aigle au sommet d’un promontoire. On surnomme Jodhpur la ville bleue. Comme dans de nombreuses villes au Rajasthan, certaines maisons sont chaulées en bleu indigo. Pour éloigner les moustiques ou se prémunir contre les ardeurs du soleil. On dit aussi que, pour les hindous, c’est la couleur attribuée aux dieux.

Le Sardar Bazar et son marché

Mon hôtel est à cent mètres de la place principale de Jodhpur, le Sardar Market. Cette grande esplanade est dominée par la Clock Tower. Tous les jours de la semaine se tient sur la place et dans les ruelles avoisinantes un des plus jolis marchés du Rajasthan. Les femmes en sari vendent des tissus colorés, les hommes des légumes, des babouches de cuir ou des bijoux. Je monte en haut de la tour pour prendre quelques photos. En bas, c’est plus difficile car il y a des enfants qui mendient et je manque à chaque seconde de me faire écraser par les motos et les rickshaws qui viennent de partout.

 

Jodhpur Sardar Market

 

Jodhpur Sardar Market
Jodhpur Sardar Market
Jodhpur Sardar Market
Jodhpur Sardar Market

Jodhpur Clock Tower
Jodhpur Sardar Market
Jodhpur Sardar Market

Les chants du muezzin en stéréo

Ce matin, réveil à l’aube par les chant des muezzins qui font l’appel à la prière. Une voix récite une sorte de psaume tandis qu’une ou deux autres lui offrent en stéréo des chants de lamentation, un peu comme si on faisait tourner un disque 45 tours en 33 tours dans un vieux haut-parleur. Au bout d’un quart d’heure, quand je pense que c’est fini et que j’espère me rendormir, un nouveau entonne une mélopée qui ressemble à un chant grégorien à la sauce orientale. Le jour se lève, les chiens aboient, les motos klaxonnent, le livreur met sa sono techno à fond. Il est l’heure de se lever…

Jodhpur Forteresse de Mehrangarh

La forteresse de Mehrangarh

Je vais voir des merveilles aujourd’hui. Jodhpur est dominé par un haut plateau où se dresse le Mehrangarh Fort, une masse de grès rouge qui s’enflamme au soleil couchant. Son nom évoque le passé héroïque des princes cavaliers de Jodhpur. Encore propriété du maharaja de Jodhpur, cette citadelle construite au fil des siècles est l’une des plus imposantes et des plus belles du Rajasthan. Elle abrite un ensemble de palais des mille et une nuits reliés par de multiples cours, temples et terrasses. L’architecture et les pièces exposées dans le musée sont d’un raffinement incroyable. Avant de repartir, je pousse une pointe dans le jardin de Chokelao d’où l’on a une vue magnifique sur les maisons bleues de la vieille ville.

Jodhpur Forteresse de Mehrangarh
Jodhpur Forteresse de Mehrangarh
Jodhpur Forteresse de Mehrangarh
Jodhpur Forteresse de Mehrangarh
Jodhpur Forteresse de Mehrangarh
Jodhpur Forteresse de Mehrangarh
Jodhpur Forteresse de Mehrangarh
Jodhpur Forteresse de Mehrangarh
Jodhpur Forteresse de Mehrangarh

Umaid Bhawan, le plus grand palais princier du monde

Pour donner du travail à ses sujets, le maharaja Umaid Singh fait construite dans les années 1930 un nouveau palais à Jodhpur. Le chantier est pharaonique. Avec ses 347 chambres et ses salons de réception grandioses, c’est le plus grand palais princier du monde. Son style Art déco est rehaussé de références indo-musulmane. Une partie du palais est encore occupée par la famille du maharaja tandis qu’une autre abrite un hôtel 5 étoiles, classé dans le top trois des hôtels les plus luxueux au monde. Il est réservé exclusivement à sa clientèle. Seul un petit musée est ouvert à la visite, ainsi qu’une collection de voitures anciennes qui rappelle les fastes d’une autre époque.

Jodhpur Umaid Bhawan

Jodhpur Umaid Bhawan
Jodhpur Umaid Bhawan
Jodhpur Umaid Bhawan

Les jardins de Mandore

Situés à 9km au nord de Jodhpur, les jardins de Mandore sont mal entretenus mais plein d’atmosphère. Peuplés de singes, de musiciens et de chiens errants, c’est un lieu de promenade apaisant loin du brouhaha de la ville. Le jardin abrite de nombreuses nécropoles de maharajas. Les cénotaphes présentent deux types architecturaux distincts: le classique chhatri, pavillon à coupole, et le deval, en forme de temple orné de délicates sculptures. Une grande frise représente des idoles et des héros locaux naïvement sculptés dans la roche.

 

Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore
Jodhpur Jardin de Mandore

Le Jaswant Thada

Au retour, je fais un crochet pour visiter le Jaswant Thada, un mémorial en marbre blanc construit à la fin du 19ème siècle pour le maharaja Jaswant Singh II. Planté sur une colline, il offre une vue imprenable sur la ville.

Jodhpur Jaswant Thada

Jodhpur Jaswant Thada
Jodhpur Jaswant Thada
Jodhpur Jaswant Thada
Jodhpur Jaswant Thada
Jodhpur
Jodhpur
Jodhpur
Jodhpur

Bishnoï, village écolo

Le lendemain, en quittant Jodhpur vers le sud, nous faisons un crochet dans la campagne pour découvrir Bishnoï village, une communauté agricole et d’artisans. Des écologistes purs et durs avant l’heure qui prônent le respect de la nature et l’interdiction de tuer des animaux et d’abattre des arbres. Des excursions vers ces villages sont organisées en jeep sous le nom trompeur de safari. Les touristes sont déçus car la route est goudronnée et l’on ne voit que quelques antilopes. Personnellement, j’ai apprécié l’accueil du chef du village et de sa famille. Il nous a fait une petite cérémonie de thé à l’opium, un pavot qui se cultive dans la région.

Rajasthan Bishnoi village
Rajasthan Bishnoi village
Rajasthan Bisnoi village
Rajasthan Bishnoi village
Rajasthan Bishnoi village
Rajasthan Bishnoi village
Rajasthan Bishnoi village
Rajasthan Bishnoi village
Rajasthan Bishnoi village
Rajasthan Bishnoi village

Pour découvrir la suite de mon circuit dans le Rajasthan, Ranakpur et Sargargarh, Udaipur, Bundi, JaipurDelhi, la visite de Agra et du Taj Mahal   et mon circuit dans l’Himalaya en Royal Enfield, rendez-vous dans la rubrique Voyage Asie.

Carnet de route

Comment organiser son voyage? J’ai réservé mon circuit en solo au Rajasthan avec chauffeur via internet par l’agence Marco Vasco, www.marvovasco.fr. Basée à Paris, l’agence travaille avec un correspondant à Delhi. Organisation fiable, programme bien équilibré, bon choix d’hôtel et excellent chauffeur. Je resterai deux nuits à Jodhpur avant de partir vers Ranakpur et Sardargarh, puis Udaipur, Bundi et Jaipur. Si j’avais eu un peu plus de temps, j’aurais aussi voulu visiter la ville de Jaisalmer, aux confins du désert à l’ouest, et le Parc national de Ranthambore, plus à l’est du Rajasthan, une réserve naturelle avec des tigres, crocodiles, singes, cerfs chital et gazelles. Le tout dans un décor de forêt vierge et de brousse.

Quand venir? D’octobre à mars. Il fait généralement beau et sec et il n’y a pas de moustiques. En été au Rajasthan il fait trop chaud. De juillet à septembre, c’est la mousson.

Formalités? Passeport en cours de validité, valable au moins 6 mois après la date du retour. Visa obligatoire.

Se déplacer? L’idéal, c’est d’avoir son chauffeur perso pour aller où on veut, quand on veut. Vu l’état des routes et la circulation, les trajets sont très longs en Inde et il faut compter 4 à 5h pour faire 200km. A pied, il faut constamment faire attention au ballet de mobylettes, de rickshaws et de voitures pour ne pas se faire écraser.

Santé? Pas de vaccin spécial à faire. J’ai mis dans mes bagages de l’Imodium Instant et un antibiotique à prendre en cas de gastro. J’ai pris chaque jour un microbiotique pour renforcer le système gastrique et à titre préventif une tisane d’artemisia, une plante qui permet de lutter contre la malaria. Ce n’était pas nécessaire mais ça ne pouvait pas faire de mal.

Combien ça coûte? La vie est très bon marché en Inde. Pour un hôtel, comptez entre 10 et 50 Euro. Les entrées de musées et de palais, entre 1 et 5 Euro. Dans un resto de rue, on peut manger pour 2 Euro. Comptez 5 à 10 Euro dans un restaurant.

La sécurité? Dans la campagne, aucun problème. En ville, faire attention aux pickpockets. Les mendiants sont parfois harcelants, à vous prendre le bras, ce qui n’est pas agréable. Je me suis beaucoup baladée toute seule et je ne me suis jamais sentie en danger.

Où loger? De nombreuses maisons de notable, les haveli, des palais et des forts du Rajasthan ont été transformés en hôtel de charme sous le label de Heritage Hotel. Ils sont souvent encore tenus par les familles nobles et l’accueil est toujours chaleureux et raffiné.

Haveli Inn-Pal, à Jodhpur, très bien situé près de la Clock Tower au coeur de la vieille ville. Une maison aristocratique avec une fabuleuse terrasse restaurant qui donne sur la forterresse. www.haveliinnpal.co

Jodhpur Haqveli-inn-Pal
Jodhpur Haveli-inn-Pal

 

 

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi