20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Elégants et puissants, les rosiers grimpants décorent avec grâce les façades des maisons, les tonnelles, les piliers et les pergolas.

 

Rejoindre le ciel

Les roses sont rarement aussi belles que lorsqu’elles cherchent à rejoindre le ciel. Les rosiers grimpants se divisent en plusieurs groupes: les rosiers lianes et les rosiers sarmenteux qui ne fleurissent qu’une fois, les rosiers grimpants à grandes fleurs et les rosiers grimpants à fleurs en bouquet à la floraison remontante ou non remontante. Les rosiers non remontants fleurissent une seule fois durant trois semaines en juin et juillet. Les rosiers remontants fleurissent tout au long de l’été et de l’automne.

Rosier grimpant

Rosier ‘May Queen’ et ‘Seagull’

Les rosiers lianes et sarmenteux

Proches des espèces botaniques, les rosiers lianes sont des espèces et des variétés qui se caractérisent par l’extrême longueur de leurs branches souples qui dépasse parfois les dix mètres de long. Leur floraison de petites fleurs simples ou doubles réunies en bouquets ne dure que quelques semaines, entre mai et juillet, mais elle est merveilleusement abondante et souvent parfumée. Elle est suivie par des grappes de petits fruits décoratifs.

rosier grimpant Chateau du Rivau

Rosier ‘Château du Rivau’ de André Eve

Très vigoureux mais parfois envahissants, les rosiers lianes et sarmenteux exigent de solides supports. Ils doivent être conduits et attachés lorsqu’ils sont jeunes car leurs tiges sont alors relativement souples. Couverts d’aiguillons, ces rejets puissants ont ensuite la capacité de grimper dans les arbres, de se faufiler dans les taillis, d’escalader des rochers ou de couvrir entièrement une tonnelle ou bâtiment inesthétique.

Rosier grimpant

Au pied de mon arbre

La plupart des rosiers lianes sont des arbustes sains et résistants aux maladies. Dans leur habitat naturel, ces rosiers vivent au milieu d’autres végétaux qu’ils surmontent grâce à leurs aiguillons. Vous pouvez donc les planter dans un sous-bois clair pour en draper un vieil arbre en fin de vie ou dans un grand houx dont le feuillage sombre met en valeur les floraisons lumineuses.

Rosier grimpant

Pour assurer une bonne croissance au rosier, la plantation se fait à un mètre du tronc de l’arbre support, puis les pousses sont dirigées vers la ramure. Dans le sol déjà appauvri par la présence de l’arbre, il est important de creuser un grand trou que vous comblerez avec du terreau amélioré d’engrais organique. Le rosier mettra un peu de temps à s’installer mais une fois qu’il sera bien enraciné, il ne faudra plus s’en occuper.

Rosier grimpant Suzon

Rosier ‘Suzon’ de André Eve

La taille d’un rosier liane et sarmenteux à floraison unique n’est pas indispensable surtout que l’arbuste produit ensuite des fruits décoratifs. Mais si votre rosier devient envahissant, vous pouvez le tailler sévèrement après la floraison. Pour rajeunir le rosier, vous couperez toutes les branches charpentières à 1,5 mètres du sol. Il reformera durant l’été de nouvelles pousses qui fleuriront l’année suivante.

Rosier grimpant

Les rosiers grimpants

Les rosiers grimpants sont moins vigoureux que les rosiers lianes. Leur taille dépasse rarement 3 à 5 mètres de haut. Ce sont des cultivars et variétés obtenus par sélection ou hybridation des rosiers à grandes fleurs, comme les hybrides de Thé, ou des rosiers à fleurs en bouquet, comme les floribundas. Parfois ce sont des mutations de rosiers buissonnants. Ils sont désignés par les rosiéristes en accompagnant le nom de la variété d’origine du mot climbing (en abrégé Clb) qui signifie grimpant en anglais.

Rosier grimpant

Rosier ‘Mrs F.W. Flight’

Tuteurs, treillis et liens

Bien qu’on les appelle grimpants, les rosiers à longues tiges sont en réalité des arbustes incapables de se fixer par eux-mêmes sur un support. Les rosiers grimpants à grandes fleurs ont de longues tiges assez raides que l’on arrive difficilement à guider sur un support. Dépassant rarement 3mètres de hauteur, ils se dressent tout seuls grâce aux rameaux qui deviennent ligneux et rigides au bout de quelques années. On les accroche à l’aide de liens sur un tuteur ou un treillis au pied d’une façade, contre un pilier ou sur un grillage.

Rosier grimpant

C’est contre le mur des maisons que les rosiers grimpants sont souvent plantés. Tendez des fils verticaux distants de 50cm ou des clous dans le mur ce qui permet d’avoir toujours un point d’ancrage.

Rosier grimpant

Lorsque vous fixez un treillage contre un mur, placez des petits tasseaux de bois ou des éléments en métal afin de l’éloigner de 5cm, ce qui facilite le palissage des tiges. Evitez l’exposition plein sud qui favorise les maladies.

Rosier grimpant

Les rosiers grimpants peuvent aussi habiller des pergolas, des arceaux et des clôtures. La forme idéale d’arceau est l’anse de panier, plus élégante que l’arc en plein cintre. Sur une pergola, les rosiers profitent de l’air et du soleil. Ils fleurissent mieux et sont moins sujets aux maladies que contre un mur exposé plein sud.

Rosier grimpant

Guider et palisser

Les rosiers grimpants à fleurs en bouquet ont des tiges plus souples qui peuvent être enroulés au début de l’été autour d’une gloriette, sur un arceau ou sur une grille. Ils font également beaucoup d’effet dans un massif au milieu de buissons et de plantes vivaces.

Rosier grimpant

Sur un mur ou une clôture, les branches charpentières sont palissées horizontalement pour mieux couvrir le support, augmenter les ramifications latérales et donc le nombre de fleurs. La première pousse printanière doit être palissée dès le mois de mai afin de conduire les tiges souples dans la bonne direction. A partir du mois d’août, les tiges deviennent rigides. On dit qu’elles sont aoûtées, c’est à dire lignifiées.

Rosier grimpant

Soigner la plantation

La plantation d’un rosier à racines nues se fait pendant le repos de la végétation, d’octobre à mars. Les rosiers vendus en pot peuvent être choisis et plantés en pleine floraison. Les rosiers grimpants n’ont pas de besoins particuliers en ce qui concerne le sol. Installez la plante dans une terre bêchée et ameublie sur 50 à 80cm de profondeur. Placez la motte du rosier de manière à disposer la base des branches au niveau du sol.

Rosier grimpant

Mélangez à la terre du terreau et un engrais organique. Ensuite, rebouchez et arrosez. Pour encourager la croissance de l’arbuste, apportez chaque automne une fumure de fond à base d’engrais organique ou de compost. Au printemps, un engrais spécial rosier est enfoui au pied de l’arbuste.

Rosier grimpant

Tailler oui mais comment?

Un rosier grimpant non taillé a tendance à produire du vieux bois et à concentrer sa floraison au sommet de la plante laissant les deux premiers mètres complètement dénudés. Le but essentiel de la taille est de limiter la croissance de l’arbuste, de renouveler la charpente et de favoriser les pousses partant du pied qui porteront les boutons les années suivantes.

Rosier grimpant

Durant les trois à cinq premières années qui suivent la plantation d’un rosier grimpant, n’effectuez aucune taille pour laisser croître l’arbuste comme il l’entend. Une fois sa taille adulte atteinte, palissez les branches selon une inclinaison d’au moins 45° pour le forcer à fleurir.

Rosier grimpant

La taille varie selon l’époque de floraison des rosiers. Sur les rosiers grimpants qui ne fleurissent qu’une fois au début de l’été, attendez la fin de la floraison pour éliminer les rameaux défleuris. Tous les trois ou quatre ans, une taille plus sévère doit être réalisée à la fin de l’hiver, afin de rajeunir le rosier.

Rosier grimpant

Sur les rosiers grimpants qui fleurissent tout l’été jusqu’à l’automne, la taille a lieu au début du printemps, lorsque l’arbuste est encore au repos mais que les derniers risques de fortes gelées sont écartés. Taillez les branches âgées à écorce brune juste au-dessus du départ d’un rameau vigoureux présentant une écorce verte. Conservez toutes les branches principales portant de jeunes tiges capables de garnir un emplacement élevé.

Rosier grimpant

Pour favoriser la remontée de la floraison ou pour des raisons esthétiques, il est nécessaire de supprimer les fleurs fanées jusqu’au mois d’août. Ensuite, les fleurs pourront former des fruits.

Trois rosiers coup de cœur

Rosier grimpant Pierre de Ronsard

Rosier ‘Pierre de Ronsard’, syn. ‘Eden Rose’ de Meilland

‘Pierre de Ronsard’, un grand classique

Le nom anglais de ce rosier magnifique créé par le rosiériste français Meilland est ‘Eden Rose’. Vendu comme grimpant, il peut être conduit en arbuste dans un jardin car il ne dépasse guère 2,5 mètres de hauteur sur 1,5 mètres de large. La première floraison incroyablement généreuse et régulière ressort sur des feuilles lustrées vert sombre. Opulente mais sans parfum, la rose pleine et ronde s’épanouit en quartiers à l’ancienne. Son teint de lait très pâle est fardé de rose tendre à la lisière des pétales, comme pour mettre en valeur le soupçon vert pâle de l’avers et les petits boutons ronds.

L’arbuste offre une belle remontée jusqu’en hiver et les rameaux portent encore des bouquets fleuris à Noël. Extrêmement résistant au froid et aux maladies, ce rosier craint l’ombre et demande un sol riche et bien arrosé. Il faut éviter les situations trop exposées aux courants d’air car un grand coup de vent a tendance à déchiqueter le feuillage, laissant l’arbuste tout déplumé.

Rosier grimpant Dentelle de Malines

Rosier ‘Dentelle de Malines’ de Louis Lens

‘Dentelle de Malines’, une vitalité étonnante

Obtenu par le rosiériste belge Louis Lens, ‘Dentelle de Malines’ est un rosier impressionnant de vigueur et de beauté. La grâce de ses petites roses diaphanes évoque la floraison d’un cerisier du Japon. Lorsqu’il fleurit, c’est en une cascade parfumée de rosettes aplaties d’une délicate teinte rose tendre, puis blanc carné à plein épanouissement. Les boutons pointus s’habillent de reflets rosés plus soutenus avant d’éclore. Ce spectacle éblouissant se produit une seule fois dans l’année, au mois de juin car la floraison n’est pas remontante. Après la floraison, il reste un élégant feuillage allongé qui offre une bonne résistance aux maladies. L’arbuste accepte les terres ingrates et la mi-ombre. Chaque année surgissent à son pied d’immenses rejets de 2 mètres de longueur qui crouleront la saison suivante sous des cascades de fleurs. La végétation est difficile à maîtriser car les rameaux sont pourvus d’aiguillons redoutables. Si vous voulez limiter la croissance de l’arbuste, mieux vaut rabattre au début de l’été les branches qui viennent de fleurir.

Rosier Alchymist

Rosier ‘Alchymist’ de Kordes

‘Alchymist’, un divin parfum

Obtenu par Kordes en Allemagne, ce rosier hybride est issu de ‘Golden Glow’. En grimpant il atteint 3 mètres de haut et de large mais il peut être aussi conduit en arbuste. Ses fleurs larges et très doubles ont l’aspect de roses anciennes avec des pétales plissés en rosettes. Elles sont d’un beau jaune réchauffé de reflets abricot plus soutenus au centre. Elles s’épanouissent très tôt dans la saison et dégagent un parfum envoûtant. C’est une variété un peu rare et pourtant solide et vigoureuse qui ne demande aucun soin et qui supporte bien l’ombre.

Les plus beaux rosiers grimpants

Rosier grimpant

Rosier ‘Fontanière’ La Bonne Maison

Rosiers lianes (floraison unique au début de l’été):

  • ‘Bobbie James’, petites fleurs blanches en énorme bouquets, végétation vigoureuse
  • ‘Kiftsgate’, fleurs simples blanc crème en gros bouquets
  • ‘Kew Rambler’, petites fleurs roses au coeur blanc en bouquet sur feuillage vert gris
  • ‘Seagull’, fleurs simples blanches aux étamines jaune or, suivies de fruits rouges
  • ‘Wedding Day’, boutons jaune or, fleurs parfumées blanc crème virant au rose
Rosier grimpant

Rosier ‘Dentelle de Malines’

Rosier sarmenteux et grimpants (floraison unique au début de l’été):

  • ‘Alberic Barbier’, bouton jaune foncé, fleurs pleines et odorantes, couleur crème au centre jaune
  • ‘Albertine’, fleurs chamois à l’intérieur, extérieur saumon vif passant au rose cuivré
  • ‘Alchymist’, fleur tourbillonnée en rosettes jaune or avec reflets orangés
  • ‘American Pillar’, fleurs simples rose carminé avec centre blanc en d’énormes bouquets
  • ‘Constance Spry’, grosses fleurs doubles rose tendre, délicieusement parfumées
  • ‘Crimson Shower’, fleurs en forme de pompon rouge clair, petites feuilles brillantes et saines
  • ‘Dentelle de Malines’, beau feuillage, petites fleurs doubles en grappes rose tendre, très vigoureux
  • ‘Léontine Gervais’, grandes fleurs dans un délicat mélange de rose, cuivre et orange
  • ‘Neige d’Avril’, rosier grimpant sans épines, petites fleurs blanches semi-doubles parfumées
Rosier grimpant

Rosier ‘Albert Poyet’

Rosier grimpants à grandes fleurs (floraison continue jusqu’en automne):

  • ‘Albert Poyet’, fleurs rouges et roses dans un délicat dégradé, très remontant
  • ‘Compassion’, grandes fleurs pleines parfumées, couleur pêche, beau feuillage foncé
  • ‘Etoile de Hollande, fleurs rouges parfumées, feuillage vert foncé, légèrement remontant
  • ‘Gloire de Dijon’, fleurs en coupe aune chamois à rose saumon, très florifère même à l’ombre, floraison précoce
  • ‘Haendel’, belle fleur avec une combinaison de pétales blancs et rosés à liseré rouge
  • ‘Madame Alfred Carrière’, fleurs doubles globuleuses, parfumées, rose chair presque blanches
  • ‘Parure d’Or’, grandes fleurs parfumées, jaune or liseré de carmin, très vigoureux ‘Zéphirine Drouhin’, fleurs rose vif à cerise foncé, mi-pleines, au parfum fruité
Rosier grimpant

Rosier ‘Ghislaine de Féligonde’

Rosiers grimpants à fleurs en bouquets (floraison continue jusqu’en automne):

  • ‘Guirlande d’Amour’, petites fleurs en grappes doubles d’un blanc pur
  • ‘Ghislaine de Féligonde’, bouton jaune vif, fleur blanc jaunâtre en bouquets.
  • ‘Mermaid’, grandes fleurs simples plates jaune soufre, feuillage semi-persistant, peu rustique
  • ‘New Dawn’, belles fleurs rose tendre, plus foncé vers le centre, odorant, très vigoureux
  • ‘Phyllis Bide’, fleurs moyennes en bouquets double jaune abricot clair, teinté de rose, feuillage léger et sain
  • ‘Pierre de Ronsard’, fleurs très pleines, blanches au coeur rose léger, très florifère en début de saison
  • ‘Schneewittchen’, syn. ‘Iceberg’ ou ‘Fée des neiges’, grappes bien garnies de fleurs semi-doubles blanc pur
Rosier grimpant Phyllis Bide

Rosier ‘Phyllis Bide’

Carnet de pépiniéristes en Belgique

Voir mon reportage sur la création des roses d’André Eve et sur les roses de Lyon dans la rubrique Végétaux, Arbres et arbustes, sur le jardin de roses du château de Hex dans la rubrique Jardins, Belgique, sur André Eve dans la rubrique Découvertes portraits, sur le jardin d’André Eve dans la rubrique Jardins, Centre de la France, sur les roses de la Bonne Maison dans la rubrique Jardins, sud de la France , sur le concours des roses nouvelles du Roeulx dans la rubrique Découvertes, Association, ou cliquez sur les liens.

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Facebook
Twitter
Pinterest