20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

La santé florissante des rosiers n’est pas le fruit du hasard. Plantation, taille, entretien, engrais, maladies, pucerons, suivez le guide.

 

Aux petits soins des rosiers

Les roses étaient leur passion. Elles sont devenues leur métier. Voici bientôt vingt ans que Mireille et Philippe Brassine ont ouvert à Orp-le-Grand la pépinière Fil Roses qui leur est consacrée. Véritable encyclopédie des roses, Philippe sélectionne chez les obtenteurs les roses les plus faciles à cultiver, les plus parfumées, les plus résistantes aux maladies. Il les cultive et les soigne avec tendresse et donne à ses visiteurs une foule de bons conseils pour avoir des rosiers en pleine santé. Contrairement aux idées reçues, le rosier est un buisson robuste et rustique qui demande peu de soins et un entretien limité. Il résiste bien à la sécheresse et peut s’épanouir et fleurir pendant des dizaines d’années dans un endroit ensoleillé. Un bon investissement donc, si on lui comprend ses besoins.

Pépinière FilRoses
Pépinière FilRoses
Pépinière FilRoses
Pépinière FilRoses

Choisir son rosier

Choisissez un rosier naturellement résistant aux maladies et qui correspond au climat de votre région. Le choix est de plus en plus vaste chez les obtenteurs tant pour les rosiers à massif, les rosiers paysages ou les hybrides de thé. Il existe un label allemand ADR qui récompense les rosiers les plus beaux et les plus méritants. On y retrouve ‘Guirlande d’Amour’ et ‘Hedi Grimm’ de Lens, ‘La Rose de Molinard’ et ‘Château de Cheverny’ de Delbard, les rosiers ‘Bonica’, ‘Leonardo Da Vinci’ et le ‘Prince Jardinier’ de Meilland, tous les ‘Decorosiers’ de Noack, la rose ‘Westerland’ de Kordes et la rose ‘Aspirin rose’ de Tantau. Mais il y a des absents dans ce label et on peut en citer bien d’autres, comme le rosier ‘Belle de Sardaigne’ de Massad ou les roses anglaises ‘Olivia’, ‘Lady of Shalott’, ‘Eustacia Vye’et ‘Desdemona’ de David Austin.

Decorosier Emera Noack

‘Décorosiers Emera’ Noack

Veiller à l’ensoleillement

Les roses aiment le soleil. Il faut au minimum 4 heures d’ensoleillement par jour. Même si certaines variétés s’adaptent à la mi-ombre, le soleil est garant d’une floribondité généreuse. Il faut aussi une circulation d’air suffisante qui évite les germes de maladies et les spores de moisissures. Si vous plantez un rosier grimpant contre une façade, écartez-le du mur en installant un treillis de bois, une armature en fer ou tout autre support à 10 cm du mur afin que l’air puisse facilement circuler entre le mur et la plante. Associez au rosier une autre plante grimpante, une clématite ou un chèvrefeuille qui l’ombragera un peu.

Cherry Bonica Meilland

‘Cherry Bonica’ Meilland

Préparer le sol

Bêchez profondément le sol pour faire un trou de 50cm à 70cm de profondeur et de large. Installez la plante sur un lit de terre bien ameublie. Ajouter deux à trois kilos d’humus (type Or Brun) à la terre de rebouchage. Rajoutez une poignée de poudre d’os ou d’engrais rosier qui favorisera le développement rapide des racines. Attention, les racines ne doivent pas être en contact avec un compost frais qui les brûleraient. Si vous plantez des rosiers dans un parterre où il y avait déjà des rosiers, il faut renouveler la terre pour éviter les maladies et nématodes présents dans le sol. Le rosier pousse mieux dans un sol qui contient un peu d’argile. Si le sol est trop lourd et collant, il peut être allégé avec un peu de sable de rivière ou de gravier. C’est en effet le manque d’air dans la terre qui affaiblit la plante et la rend vulnérable aux parasites.

Lady of Shalott David Austin

‘Lady of Shalott’ David Austin

Planter en pot ou à racines nues

Les rosiers en pot peuvent être plantés toute l’année. Trempez le pot dans un seau d’eau jusqu’à dégorgement. Laissez sécher pour ne pas briser la motte au dépotage. Les rosiers à racines nues sont idéalement plantés en novembre et décembre mais plus généralement de la mi-octobre à fin mars, lorsque la végétation est au repos. Ils sont souvent vendus les racines emballées dans un sachet en toile ou en plastique avec un peu de tourbe afin que les racines ne souffrent pas de sécheresse. Avant la plantation, pralinez les racines en les faisant tremper dans un seau rempli d’eau et de boue argileuse. Si les racines sont trop longues ou abîmées, on peut les raccourcir. On peut aussi tailler les branches en ne laissant que 10 à 20cm environ. Positionnez le rosier en enterrant le point de greffe (l’endroit où les tiges prennent naissance) de 3 à  5 cm sous le niveau du sol. Bien ancré, le rosier résistera mieux aux grands vents et souffrira moins de l’alternance des gels et des dégels. Bouchez le trou, tassez la terre à la botte et arrosez copieusement.

plantation rosiers
Plantation rosiers
plantation rosiers

Désherber et pailler

Les rosiers supportent mal la concurrence des herbes indésirables. Tous les produits de désherbage sont nocifs aux rosiers. Utilisez une pelle à main, une binette ou une petite griffe pour éliminer les mauvaises herbes. Dans la nature, le sol est rarement nu. Lorsque le sol est propre, vous pouvez répandre un paillage, mulch, compost, tontes de gazon. Cette couverture organique va garder le pied du rosier au frais et éviter la germination des mauvaises herbes. L’idéal est une couche de cosses de cacao. A éviter, les écorces de pins qui sont trop acides.

Santé des rosiers

Donner de l’engrais organique

Les rosiers apprécient une terre riche en matières organiques. En hiver, apportez de l’humus, un compost ou amendement de type Or Brun, à enfouir en griffant superficiellement la terre. En avril mai, avant la première floraison, apportez une poignée d’engrais organique spécial rosier riche en potasse. Si la floraison est remontante, renouvelez cet apport fin juin, après la première floraison. Ne donnez aucun engrais après le mois de juillet. Répandez sur le sol un compost bien décomposé au printemps ou à l’automne . C’est une excellente source de nourriture mais en plus il améliore la structure du sol. Les cendres de bois sont également un bon amendement car elles contiennent beaucoup de potasse. Evitez les engrais chimiques qui donnent un coup de fouet mais qui risquent d’épuiser la plante.

Château de Chevergny Delbard

‘Château de Cheverny’ Delbard

Supprimer les fleurs fanées

Si vous plantez à racines nues, l’idéal est de ne pas laisser s’épanouir les fleurs pendant la première saison en prélevant les boutons. Un peu frustrant pour le jardinier mais excellent pour la croissance de la plante. Pour encourager la remontée des rosiers qui fleurissent tout l’été, il faut couper les fleurs fanées au dessus d’un oeil dirigé vers l’extérieur du rosier.

Santé des rosiers

Arroser le rosier

Un rosier est naturellement résistant à la sécheresse. Un excès d’arrosage est souvent l’origine de bien des maladies. Leurs racines pivotantes plongent pour trouver en profondeur la fraîcheur qui fait défaut en surface. Un arrosage efficace est un arrosage en profondeur, une fois par semaine même si le temps est humide pendant les premières années de sa plantation. Il ne faut jamais arroser le feuillage qui est sensible aux maladies mais arroser uniquement le sol au pied du rosier. Un mulching de feuilles mortes ou de tontes de gazon séché maintient l’humidité.

Santé des rosiers

Prévenir les maladies

Une longue période de pluie suivie par l’arrivée d’un grand soleil est le temps le plus néfaste pour vos rosiers. C’est à ce moment qu’apparaissent les moisissures, maladies de la tache noire, de la rouille et de l’oïdium sur le feuillage. Enlevez les feuilles suspectes, jaunes ou marquées de petites taches noires, signe de champignons parasites qui provoquent les maladies. Un traitement préventif est toujours plus efficace qu’un traitement curatif. On peut pulvériser à la fin de l’hiver un produit à base de sulfate de cuivre comme de la Bouillie Bordelaise. Mais il ne faut pas en abuser car un excès de cuivre est toxique pour les micro-organismes dans le sol. Dès le débourrage des premières feuilles, une pulvérisation de purin d’ortie ou une décoction de prêle renforce la résistance naturelle des plantes. Il faut traiter le revers des feuilles et des tiges et répéter l’opération trois semaines plus tard. Il existe des fongicides de contact à base de soufre pour lutter contre l’oïdium. Mais attention aux brûlures sur les plantes par temps chaud. Un bon paillage et des arrosages hebdomadaires au pied de la plante vont éviter la propagation de la maladie. Prévoyez un fongicide en pulvérisation pour traiter les rosiers les plus sensibles aux maladies. Un apport d’engrais minéral riche en potasse, type Patentkali peut améliorer l’enracinement des rosiers et la résistance aux maladies. Les feuilles mortes sous les rosiers et les déchets de taille doivent être ramassés et éliminés car ce sont de véritables réservoirs de germes, spores, larves et oeufs divers qui n’attendent que le premier réchauffement du printemps pour attaquer.

Marsonia rosier
Pucerons rosiers
rosiers
Maladie des rosiers

Lutter contre les pucerons et les fourmis

Les pucerons se regroupent en colonies d’insectes vert pâle, gris ou noirs qui s’agglutinent à l’extrémité des jeunes tiges et boutons floraux et provoquent leur malformation. Ils se reproduisent par génération spontanée, avec de nouvelles naissances tous les dix jours.  Evitez les pesticides chimiques qui vont aussi éliminer leurs prédateurs naturels tels que les coccinelles, les guêpes et les abeilles solitaires. Un simple fin jet d’eau ou une grosse averse suffit souvent à les déloger. Les pucerons sucent la sève et rejettent un miellat sucré et collant recherché par les fourmis. Supprimez les nids de fourmis qui élèvent les pucerons pour s’en nourrir. Pulvérisez régulièrement une solution de savon de Marseille diluée dans de l’eau pour éliminer les pucerons. Il faudra certainement renouveler l’opération plusieurs jours de suite jusqu’à disparition des parasites. Les produits à base de pyréthrine et de roténone sont également efficaces, mais ils ne sont pas sans danger pour les animaux et l’environnement. Le purin d’ortie est également efficace en pulvérisation. C’est sans danger pour l’environnement et les rosiers seront en pleine forme.

Harlow Carr David Austin

‘Harlow Carr’ David Austin et lavande

Intercaler des plantes compagnes

Rien n’est plus mauvais que de planter des rosiers avec des rosiers car les maladies se propagent facilement d’un sujet à l’autre. Dans vos massifs, associez les rosiers à d’autres buissons à fleurs comme des viornes, spirées sou seringats odorants. Intercalez entre eux le plus grand nombre possible de plantes vivaces à feuillage aromatique, lavande, sauge, rue officinale, géranium odorant, népéta, camomille, fenouil vivace, menthe, achillée et même persil. Toutes ces plantes ont une efficacité certaine contre la plupart des maladies, des parasites et des insectes indésirables. Pour lutter contre les nématodes, des vers minuscules qui attaquent les racines des rosiers, installez des tagètes ou roses d’Inde. Ces plantes assainissent le sol en libérant un poison fatal qui brûle les nématodes.

 

Santé des rosiers

Tailler judicieusement

Le but de la taille du rosier est de charpenter le rosier de façon harmonieuse et de permettre à la lumière et l’air d’atteindre le centre de la plante. Il vous faut un bon sécateur, des gants et une brouette pour recueillir les déchets de taille. La coupe doit être nette. On coupe à 1cm au dessus d’une feuille dirigée vers l’extérieur du rosier. La coupe se fait de biais. Il faut éliminer le bois mort, les branches qui se croisent ou qui poussent vers le centre du rosier et les tiges trop grêles qui ne seront pas porteuses de fleurs. Pour les rosiers qui fleurissent tout l’été, taillez au printemps lorsque les forsythias sont en fleurs, entre la mi-mars et mi-avril. Selon les cas et le but recherché, rosier arbustif, buisson, polyantha, hybride de Thé, supprimez 1/3, 1/2 voire 2/3 de la longueur des branches. Au lieu de tailler très court pour provoquer la croissance de tiges épaisses et pourvues de grosses fleurs, essayez de laisser quelques branches s’allonger s’arquer. Vous obtiendrez beaucoup plus de petites fleurs, sans forcer la végétation. Pour les rosiers qui ne fleurissent qu’une fois au mois de juin, on taille après la floraison ou pas du tout pour profiter des fruits souvent décoratifs.

Santé des rosiers

Supprimer les sauvageons

Les variétés de rosiers sont généralement greffées sur un porte-greffe qui leur offre un solide encrage dans le sol. Un coup de bêche malencontreux ou un binage trop profond peut blesser les racines et provoquer un appel de sève qui donnera naissance à une nouvelle branche non désirée. Le sauvageon est une repousse du porte-greffe qui part du point de greffe ou des racines. Il faut le couper à la naissance du point de pousse, quitte à dégager le pied du rosier. S’ils ne sont pas éliminés, ces sauvageons risquent de prendre le pas sur la variété greffée. Celle-ci ne recevra plus assez de sève et finira par dépérir.

Santé des rosiers

Pépinière FilRoses

Rosiers en conteneur toute l’année et rosiers à racines nues de novembre à mars. Catalogue en ligne. Pépinière ouverte le vendredi après-midi, le samedi et le dimanche, ou sur rendez-vous. La pépinière est fermée de juillet à septembre et de décembre à mars. Journées portes ouvertes les 19, 20 et 21 juin 2020 et les 26, 27 et 28 juin 2020. Rue Cyrille Dewael à Orp-le-Grand, Belgique. www.filroses.com

Reportage publié en 2011 dans Femmes d’Aujourd’hui (www.femmesdaujourdhui.be)

Rendez-vous dans la rubrique Végétaux, Arbustes, pour découvrir mes reportages sur les Rosiers grimpants, les Rosiers parfumés, les Rosiers Meilland, les Roses d’André Eve ou cliquez sur les liens.

Santé des rosiers

 

Pin It on Pinterest