20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Créé en 1543, le Jardin botanique de Pise est le plus ancien du monde. Une oasis paisible et riche en histoire.

 

L’ancêtre des jardins botaniques

Au coeur du centre historique de Pise, à quelques pas de la célèbre Piazza del Duomo, se trouve un havre de verdure, un jardin botanique un peu désuet oublié du public. Créé 1543 avant celui de Padoue et de Florence, le jardin botanique de Pise est le plus ancien jardin botanique universitaire au monde.

Le premier directeur du Jardin botanique de Pise fut le fameux botaniste, médecin et naturaliste Luca Ghini (1490-1556). Appelé par le Grand-Duc Cosimo Ier de Médicis comme professeur à l’Université de Pise, celui-ci accepta à la seule condition de pouvoir fonder un ‘Giardino dei Semplici’ dédié à l’étude et l’enseignement des plantes officinales.

Construit à l’origine sur les rives de l’Arno, le jardin a été déplacé à son emplacement actuel en 1591 puis progressivement agrandi jusqu’à son extension actuelle d’environ 3 hectares. Il s’agit du premier jardin botanique académique qui sera suivi par la création de ceux de Padoue et de Florence créé en 1545 par Luca Ghini comme une dépendance de celui de Pise.

Un jardin didactique

Rompant avec les jardins médiévaux, le jardin botanique de Pise avait pour but d’apprendre aux étudiants les propriétés médicinales des plantes collectées par Luca Ghini dans la région de Pise et dans les Alpes Apuanes. L’un de ses outils d’enseignement était un recueil de plantes séchées constituant les prémices d’un herbarium primitif. Le successeur de Luca Ghini, Andrea Cesalpino, devint célèbre pour son système taxinomique qui influença Linné.

Le jardin botanique de Pise fut dessiné par Joseph Goedenhuitze, un botaniste flamand appelé en Italie Giuseppe Casabona. Le bâtiment qui abritait l’ancien Institut de botanique avec sa façade ornée de coquilles date du 16e siècle. Le palais situé au centre du jardin est dédié à Giovanni Arcangeli, directeur du jardin botanique de Pise de 1881 à 1915 qui fut plusieurs fois président de la Société de Botanique d’Italie.

Les quatre éléments

La disposition formelle des plantes à l’intérieur du jardin telle que présentée sur un plan datant de 1723 faisait allusion aux quatre éléments, le carré pour la terre, le cercle pour le ciel, le triangle pour le feu et les bassins pour l’eau. L’ensemble était animé de fontaines et de vasques. Le jardin fut transformé au cours des siècles mais il demeure des éléments Renaissance tels les bassins centraux et les bordures de pierre de certains parterres.

Pendant le 16e siècle, le Jardin botanique de Pise se dote d’une bibliothèque, une galerie de spécimens et un laboratoire. Au 17e siècle, on rajouta une galerie de tableaux. En accord avec la philosophie de l’époque, des liens étaient tissés entre l’art, la médecine, la botanique et l’horticulture.

Le jardin s’agrandit à partir du 18e avec l’addition de serres. Georges Santi, directeur de 1782 à 1814, fut l’auteur de la première ‘Flore Toscane’ et son successeur, Gaetano Savi, écrivit la ‘Flora Pisani’, ouvrage qui a inspiré la création d’un parterre consacré à la flore locale.

Au 19e siècle, le tracé du jardin est modifié avec des parcelles plus petites entrecoupées d’allées et de murets. Ceci afin de disposer les plantes dans un ordre systématique et de mettre en évidence les affinités biologiques, un système de classement imposé par les nouvelles exigences de la botanique.

Des plantes des cinq continents

Le Jardin botanique de Pise abrite environ 3000 plantes des cinq continents, les succulentes des déserts africains et américains, les plantes aromatiques du maquis méditerranéen, les espèces des marais toscans ainsi que de nombreux arbres séculaires. Il est organisé en sept secteurs, Ecole botanique, Orto del Cedro, Orto del Mirto, Serre, Piazzale Arcangeli, Orto Nuovo, Orto Del Gratta. Chaque jardin abrite une ou plusieurs collections organisées sur une base historique et scientifique.

C’est dans l‘Orto del Cedro que l’on découvre les arbres les plus anciens du parc, un Ginkgo biloba et un Magnolia grandiflora qui datent de 1787. En 1935 fut planté un cèdre du Liban, Cedrus libani qui prospère dans ce climat doux. Près de la Piazzale Giovanni Archangeli, on découvre un bel exemplaire de Jubaea chilensis, un des rares palmiers cocotiers du Chili.

L’Orto del Mirto est appelé du fait de la présence d’un ancien exemplaire de Myrtus communis var. tarentina planté en 1815. Ce jardin des plantes officinales regroupe des plantes comme la belladona, le ricin et la digitale qui peuvent soigner mais également être de violents poisons.

Une grande serre abrite une collection de plantes succulentes, cactus, euphorbes, aloès et agaves, ainsi que des plantes tropicales et des déserts africains et américains.

Orto Botanico Pisa (2)
Orto Botanico Pisa (12)
Orto Botanico Pisa (9)
Orto Botanico Pisa (10)

Un arboretum de style paysager fut planté vers 1900. On peut y admirer une collection d’arbres et d’arbustes de pays tempérés.

Les bassins et lagunes sont peuplés de plantes aquatiques, Caltha palustris, Hibiscus palustris et Nelumbo nucifera, le lotus sacré aux feuilles comme des assiettes géantes et à la floraison d’une époustouflante beauté.

Des bosquets de bambous, bruissant au vent, protègent les arbustes plus délicats.

Musée du Jardin botanique

Héritier de l’ancienne Galerie établie en 1591 par le Grand-Duc de Toscane Ferdinand Ier de Medicis, le musée botanique conserve encore la Galerie de tableaux composée de portraits du 17e siècle d’illustres botanistes. Parmi les objets liés à l’enseignement de la botanique depuis la fin du 18e siècle, certains sont de véritables oeuvres d’art comme les modèles botaniques en cire et plâtre et les tableaux didactiques à l’aquarelle. Le visiteur a accès à une visite virtuelle des collections de l’Herbier, Herbarium Horti Botanici Pisani, conservées dans le Palais au centre du jardin botanique.

Orto e Museo Botanico, Universita di Pisa, via Luca Ghini 13, Pise, Toscane, Italie. https://www.ortomuseobot.sma.unipi.it/

Rendez-vous dans la rubrique Voyages, Europe du Sud, pour découvrir mon reportage sur Pise, et dans la rubrique Jardins, Italie, pour découvrir mes reportages sur les Villas et jardins de Ligurie, les jardins de Hanbury, la Villa Durazzo, La Cervara, le Jardin exotique de Pallanca, les Villas et jardins de la région de Lucca, les jardins de la Villa Reale de Marlia, la Villa Garzoni, la Villa Torrigiani à Camigliano, la Villa Oliva, la  Villa Grabau, la Villa Gamberaia et ou cliquez sur les liens.

 

 

Pin It on Pinterest