20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Edifiée à la Belle Epoque, la Villa Kerylos est la reconstitution d’une demeure de la Grèce antique. Elle est entourée d’un jardin méditerranéen.

 

Un hymne à la Grèce

Kerylos désigne une hirondelle de mer, un oiseau poétique de la mythologie grecque qui annonçait un heureux présage. Située sur la pointe rocheuse de la baie des Fourmis à Beaulieu-sur-Mer, la Villa Kerylos ressemble à la proue d’un navire. C’est un hymne à la Grèce, un rêve de pierre, une invitation au voyage.

Villa Kerylos

Le rêve de Théodore Reinach

La Villa Kerylos est née de la collaboration de deux érudits passionnés par la civilisation grecque, le mécène Théodore Reinach et l’architecte Emmanuel Pontremoli. Archéologue, historien, mathématicien, musicien et politicien, Théodore Reinach est né en 1860. Il montre très jeune des capacités intellectuelles exceptionnelles. Sa passion pour l’Antiquité grecque en fera l’un des plus importants hellénistes du 20e siècle.

Villa Kerylos

Une déclaration d’amour

Maison du bonheur, du silence et de la méditation, la Villa Kérylos est une espèce de Grèce réinventée. Cette grande bâtisse blanche ornée de pergolas et de balustres s’inspire des maisons nobles de l’île de Délos, deux siècles avant Jésus-Christ, avec une touche de folie Belle-Epoque. Construite de 1902 à 1908, elle allie avec subtilité le luxe de la Grèce antique et le confort moderne propre aux villas de villégiature de cette époque.

la Villa Kerylos

Un voyage dans le temps

Les motifs des fresques et des mosaïques, la vaisselle, les matériaux précieux des meubles et les dessins des étoffes réinterprètent les documents antiques. Le péristyle s’enorgueillit de douze colonnes de marbre de Carrare. La bibliothèque située au levant s’ouvrent par trois portes-fenêtres. Le soleil y entre à flots et la mer s’étire en contrebas.

Villa Kerylos

Une véritable création

Loin du pastiche, la Villa Kérylos est un hommage à l’invention d’une civilisation dans laquelle l’homme est au centre du monde. C’est un ensemble de valeurs littéraires, politiques et philosophiques que la Grèce antique nous a transmises. Avec la Villa Kérylos, Théodore Reinach a livré à la postérité un véritable testament. A sa mort, en 1928, il a légué sa propriété à l’Institut de France.

Villa Kerylos

Le jardin des Hellènes

Torturé par le vent et le sel de la mer, un pin d’Alep se dresse sur le seuil du jardin. Bordé par une haie dense de pittospurum, le jardin est peuplé d’essences méditerranéennes, pins, oliviers, caroubiers et cyprès. Du magnifique belvédère, on jouit d’une vue qui va du cap Ferrat jusqu’à Monaco.

Villa Kerylos

La symbolique des plantes

Les massifs sont peuplés de végétaux tels que l’on pouvait les trouver sur les rives de la mer Egée dans l’Antiquité: olivier donné par Athéna, iris messagère des dieux, myrte consacré à Aphrodite déesse de l’Amour, laurier né d’Apollon, cyprès qui montent au ciel, grenadier et caroubier cultivés depuis la haute antiquité, jasmin qui embaume au crépuscule.

Villa Kerylos
Villa Kerylos
Villa Kerylos
Villa Kerylos

 

Des fresques et statuaires

Aux fresques et mosaïques de la maison répondent des sculptures qui animent le jardin. Les parois de l’exèdre sont constituées de bandeaux de guirlandes de fleurs et de fruits. Deux Hermès de marbre supportent les reproductions en bronze du Doryphore de Polyclète et de la poétesse Sappho.

Villa Kerylos

Une reproduction du discobole se dresse à la pointe de la façade sud. Derrière la villa, un bronze représente une danseuse du théâtre d’Herculanum qui se découpe sur le bleu de la mer. Tout un monde inspiré de la Grèce antique, dans la pureté de son esprit et de sa forme.

Villa Kerylos
Villa Kerylos
Villa Kerylos
Villa Kerylos

Villa Kerylos, Impasse Gustave Eiffel à Beaulieu-sur-Mer, France, www.villakerylos.fr et www.monuments-nationaux.fr

Rendez-vous dans la rubrique Jardins, Sud de la France pour découvrir mes reportages sur le Jardin exotique de Monaco, la Villa Les Cèdres et la Villa Ephrussi à Saint-Jean-Cap Ferrat, le Jardin exotique d’Eze, le Château de La Napoule, le Domaine du Rayol, la Serre de la Madone, le Clos du Peyronnet, le Val Rahmeh, la Citronneraie et le jardin des Colombières à Menton, ou cliquez sur les liens.

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Facebook
Twitter
Pinterest