20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Niché dans les ruines d’un château féodal, le Jardin exotique d’Eze surplombe un paysage exceptionnel sur la Riviera. C’est le royaume des plantes succulentes.

 

Eze, cité médiévale

A l’entrée du village, malgré les stigmates du temps et les offensives sarrasines et françaises, la poterne du 14e siècle semble encore attendre d’éventuels assaillants. Provençale, Eze passe au Comté de Savoie en 1388. Au milieu du 16e siècle, elle subit l’offensive de la flotte ottomane de Soliman Le Magnifique allié à François Ier.

Jardin exotique Eze

Un château féodal en ruine

Les ruines d’une forteresse médiévale construite à la fin du 12e siècle couronne le village. Elle fut démantelé en 1706 par les troupes de Louis XIV lors de la guerre de Succession d’Espagne. Pour découvrir le village, il faut se fier aux senteurs de jasmin, aux teintes carminées d’une bougainvillée, aux roses qui enlacent les ferronneries ouvragées.

Jardin exotique Eze

Un nid d’aigle

Au sommet du village d’Eze, surplombant un des panoramas les plus exceptionnels de la Riviera, les silhouettes des cactus s’élèvent sur fond de mer bleue.  Le coup d’oeil est vertigineux. Le regard porte jusqu’aux monts de l’Esterel et au Golfe de St Tropez. Nous sommes dans le Jardin exotique d’Eze, à 429 mètres au dessus de la Méditerranée. C’est ici que la montagne se jette dans la Méditerranée.

Jardin exotique Eze

Un projet un peu fou

Le jardin exotique d’Eze est né après la Seconde Guerre Mondiale à l’initiative du maire du village et de Jean Gastaud, chef jardinier du jardin exotique de Monaco. Le lieu n’est qu’un immense tas de pierre et le projet est un peu fou. La tâche est rude car la pente est raide et les plantations se font à flanc de rocher. Le travail se fait à dos de mulet et à dos d’homme qui transportent sur leur dos des sacs remplis de terre et de moellons.

Jardin exotique Eze
Jardin exotique Eze
Jardin exotique Eze
Jardin exotique Eze

Un jardin exotique

Le terme exotique ne fait pas référence aux palmiers et autres bananiers, mais à une remarquable collection de plantes succulentes qui se sont multipliées au fil des ans sur ce sol caillouteux et pentu.

Jardin exotique Eze

Pour survivre, certaines beautés présentent une cuirasse cireuse tandis que d’autres se parent d’une pilosité extrême afin de résister aux écarts de température.

Jardin exotique Eze

Des divinités de la terre

La visite du Jardin exotique d’Eze est à la fois botanique et artistique. Le lieu est empreint de poésie grâce aux élégantes déesses sculptées par Jean-Philippe Richard. Une statue évoque Isis, déesse de la vie et de la fertilité. Délicates, sensuelles et mystérieuses, ces divinités de la terre étirent leur corps gracieux parmi les épines et les fleurs du jardin.

Jardin exotique Eze

Un petit bout de désert

Brûlée par le soleil, la partie sud du jardin abrite plusieurs dizaines d’espèces de plantes xérophytes provenant des régions désertiques de tous les continents. Grâce à une bonne signalétique, les visiteurs apprennent à distinguer un Agave d’un Aloes ou d’un Yucca, un Ferocactus d’une Euphorbia succulente.

Jardin exotique Eze

Des plantes méditerranéennes

Le versant nord, plus ombragé et humide, accueille des plantes méditerranéennes comme les myrtes, Myrtus, les cistes, Cistus, ou les arbousiers, Arbustus unedo. Ces plantes autochtones ont été complétées d’espèces exotiques comme les fougères arborescentes de Tasmanie, Diksonia antartica.

Jardin exotique Eze

Des floraisons éphémères

Parmi le gris verdâtre et le bleu vert de cette végétation inerte et piquante, on entrevoit parfois une tache de couleur, une étincelle rouge et jaune, l’éclat d’une floraison tant attendue et éphémère. Au pied des plantes installées dans des poches de plantation, de jeunes semis annoncent la relève, illustrant la devise de la cité médiévale d’Eze, «Moriendo Renascor», en mourant, je renais

Jardin exotique Eze

Jardin exotique d’Eze

Jardin exotique d’Eze, rue du Château à Eze, France. Difficile d’accès, le jardin est peu fréquenté. Du haut du jardin, on profite d’un des meilleurs points de vue sur la Côte d’Azur. Par beau temps, on peut même apercevoir la Corse. www.jardinexotique-eze.fr et www.ville-eze.fr et www.eze-tourisme.com

Rendez-vous dans la rubrique Jardins, Sud de la France, pour découvrir mes reportages sur la Villa Les Cèdres et la Villa Ephrussi à St Jean-Cap-Ferrat, le Jardin exotique de Monaco, la Château de La Napoule, le Domaine du Rayol, la Serre de la Madone, le Clos du Peyronnet, le Val Rahmeh, la Citronneraie et les Colombières à Menton ou cliquez sur les liens.

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Facebook
Twitter
Pinterest