20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

William Waterfield est le dernier représentant des grands jardiniers anglais de Menton. Son domaine Le Clos du Peyronnet est l’ultime témoin d’une époque.

 

Un jardin secret

Le Clos du Peyronnet est un des jardins les plus secrets de Menton. C’est le dernier des jardins qui soit resté la propriété d’une même famille depuis plus d’un siècle. Botaniste un peu rêveur, William Waterfield est le troisième d’une lignée de britanniques qui venaient en villégiature sur la Riviera. C’est un monsieur charmant qui accueille volontiers les vrais amoureux des jardins.

Clos du Peyronnet

Un parfum de Belle Epoque

Noyée dans la végétation, la villa du Clos du Peyronnet a un parfum de Belle Epoque. Sa loggia à colonnades est ombragée par une vénérable glycine, du jasmin et des rosiers qui fleurissent au printemps. Des fauteuils en rotin délavé par les soleils successifs, de multiples pots où sont mis en culture des plantes bulbeuses d’Afrique du Sud et autres plantes rares, un sac de terreau, un tuyau d’arrosage, nous sommes dans un jardin qui vit.

Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet

De grands palmiers

Le jardin entouré de hauts murs sur trois cotés s’étend sur un demi hectare. A un jet de pierre de l’Italie, dans le quartier de Garavan au dessus de Menton, il est dominé par l’énorme corniche de la retombée du massif alpin. La propriété est achetée en 1912 par Barbara et Derick Waterfield, les grands-parents de William. Ayant vécu dans l’ancienne colonie britannique des Indes, ils venaient passer les six mois d’hiver en villégiature à Menton.

Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet

La maison construite en 1897 possède alors son potager et son verger d’oliviers, de figuiers et de citronniers. Les grands palmiers Washingtonia filifera et Phoenix canariensis qui accueillent le visiteur à l’entrée de la villa sont déjà plantés lors de l’acquisition.

Clos du Peyronnet

Humphrey Waterfield, paysagiste

C’est leur fils, Humphrey Waterfield, artiste peintre et paysagiste, qui va donner au jardin son âme et sa structure, dans un subtil mélange de style italien et Art & Craft. Influencé par le paysagiste anglais Harold Peto, il trace entre 1950 et 1960 des perspectives, délimite les zones, avec un verger, un potager et une série de cinq bassins en escalier.

Clos du Peyronnet

Humphrey Waterfield va collecter les plantes rares avec son ami et voisin Lawrence Johnston qui vit à la Serre de la Madone. A cette époque, les plantes circulent et s’échangent entre les propriétaires des grands domaines de la Riviera. Chaque jardin est un petit coin de paradis peuplé de plantes subtropicales.

Clos du Peyronnet

William Waterfield, jardinier

Poursuivant le rêve familial, William Waterfield quitte Oxord pour devenir définitivement mentonnais en 1976. Son objectif est de conserver le jardin en l’état afin de sauvegarder l’oeuvre de son oncle. De ses voyages en Afrique du Sud il rapporte la passion des bulbes. Sa propre collection compte aujourd’hui plus de 300 taxons.

Clos du Peyronnet

Le Clos du Peyronnet est un jardin de collectionneur. Il témoigne de l’émerveillement des Anglais pour les possibilités d’acclimatation de plantes exotiques sur la Côte d’Azur comme de leur intérêt pour les essences méridionales. Dans un charmant fouillis sont rassemblés six cents espèces et variétés de plantes venues d’ailleurs. Un monde touffu de succulentes, de Cycas, de Yucca entremêlés, de Pelargonium, Mimosa, Cercis et de Washingtonia échevelés.

Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet
Clos du Peyronnet

Un jardin discret et subtil

Saturé de parfums et de sensualité, le Clos du Peyronnet est un jardin discret et subtil où l’ordre d’exclu pas la fantaisie. Son alimentation en eau est encore aujourd’hui dépendante d’un collecteur construit sous le Premier Empire. Durant l’été, on entend le chant de l’eau remplir la citerne comme l’entendaient déjà les mentonnais au 19e siècle.

Clos du Peyronnet

Le jardin est une succession de pièces envahies par une végétation exubérante. On se faufile dans un dédale d’escaliers en pierre, de pergolas, de tonnelles, de bosquets, de poteries vernissées. Le jardin compte aussi plus d’un millier de pots. Petits et grands, en terre ou en fonte, ils servent d’écrin aux plantes rares choyées par William Waterfield.

Clos du Peyronnet

Le jardin où se mêlent la pierre et l’eau est un peu sauvage. Enfoui dans cette jungle apprivoisée, l’escalier d’eau est une descente de cinq bassins successifs dont la dernière marche est la Méditerranée.

Clos du Peyronnet

Sur un mur, une pierre gravée évoque la mémoire de Mario Lavagna, le vieux jardinier italien qui soigna le jardin pendant plus de soixante ans. Cette nature luxuriante nécessite une taille subtile, un équilibre délicat entre la spontanéité et le maîtrisé. On s’y assoit pour entendre le chant des oiseaux, le clapotis de l’eau. Il faut s’y perdre pour mesurer le privilège de s’y retrouver.

Clos du Peyronnet

Clos du Peyronnet, avenue Aristide Briand à Menton – Garavan, France. Classé monument historique. www.cotedazur-tourisme.com et https://www.menton.fr/Jardin-Clos-du-Peyronnet-prive

Reportage publié en 2018 dans Eden (www.edenmagazine.be)

Rendez-vous dans la rubrique Jardins, Sud de la France, pour découvrir la Serre de la Madone, le Val Rahmeh, la Citronneraie et les Colombières à Menton, la Villa Les Cèdres et la Villa Ephrussi au cap Ferrat, le Jardin exotique de Monaco, le Domaine du Rayol, le Jardin exotique d’Eze et le Château de La Napoule ou cliquez sur les liens.

 

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Facebook
Twitter
Pinterest