20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Les oiseaux chantent, la terre se réchauffe et le jardin se réveille sous les premiers rayons du soleil. Tailles, plantations, nettoyage des massifs, le travail au jardin ne manque pas.

11 mars au jardin

16° à l’ombre, qui dit mieux? Après une longue période de gel durant presque tout le mois de février, c’est enfin le printemps dans le jardin.  Le gel n’a pas fait trop de dégâts mais il a légèrement pétrifié les myosotis qui étaient sur le point de fleurir. Le Viburnum tinus commence déjà à se faner tandis que le Cornus mas et le jasmin d’hiver se réveillent, tout comme le forsythia et le skimmia. Les primevères, crocus, petits narcisses et pulmonaires apportent un peu de couleur au pied des buissons et sur la terrasse. Je mets mes bottes et je sors ma brouette, ma bèche, le sécateur, la petite pelle à main et le sac de terreau pour faire les premières plantations.

Mars au jardin Primevère
Mars au jardin Viburnum tinus
Mars au jardin Jasmin d'hiver
Mars au jardin forsythia
Mars au jardin narcisses
Mrs au jardin Skimmia
Mars au jardin crocus
Mars au jardin Pulmonaria
Mars au jardin primevère

Les Helleborus foetidus, à l’étroit dans leur godet

En février, j’avais mis en jauge dans le potager trois pieds d’ hellébore fétide que j’avais achetés dans une jardinerie. J’avais été un peu optimiste sur la météo et ils ont dû patienter un mois dans la terre légère du potager avant que je ne puisse les installer au bon endroit. Comme je pensais pouvoir les replanter rapidement, je les avais laissé dans leur petit pot, ce qui était une erreur. Résultat, les plantes semblent en pleine forme mais quand j’ai enlevé le pot en plastique, j’ai découvert un chignon de petites racines enroulées autour de la motte. Pour éviter que la plante ne s’asphyxie, j’ai découpé au sécateur cette couche superficielle de racines pour dégager la motte. Les plantes devraient normalement bien reprendre.

Mars au jardin
Mars au jardin Helleborus foetidus
Mars au jardin Helleborus foetidus
Mars au jardin Helleborus foetidus

Les giroflées des murailles

Lorsque je vais voir ma fille en Angleterre, on va toujours faire un petit tour dans une jardinerie. On y trouve des plantes que j’aime, comme les giroflées, Erysimum, qui poussent dans les murets. Les Anglais en raffolent alors que chez nous, ces plantes sont difficiles à trouver. Ce sont des plantes vivaces, mais leur durée de vie ne dépasse généralement pas deux ou trois ans. Après avoir passé un an dans un pot, il est temps pour moi de les installer dans mon massif en pleine terre. Avant la plantation, je dégage le feutre des racines qui entoure la motte avec une petite pelle. Une fois en terre, je bouche le trou, j’arrose puis je tasse avec ma botte pour bien faire adhérer les racines.

 

Mars au jardin Erysimum
Mars au jardin Erysimum
Mars au jardin Erysimum
Mars au jardin Erysimum

Une giroflée en pot sur la terrasse

Sur la terrasse, c’est le moment de préparer les floraisons des prochaines semaines. J’ai une belle giroflée à feuillage panaché qui va fleurir le mois prochain. Je vais la planter dans un bac sur la terrasse à la place d’un géranium citronnelle qui a succombé au gel de février. Un peu de terreau et un arrosoir d’eau. La giroflée a l’air en pleine forme. J’aime son beau feuillage et elle porte déjà des boutons qui s’ouvriront dans quelques semaines..

 

Mars au jardin Erysimum
Mars au jardin Erysimum
Mars au jardin Erysimum
Mars au jardin Erysimum

14 mars au jardin, le rempotage des hortensias

Chaque été, je me laisse tenter par des hortensias en pot. Je les installe sur la terrasse ou dans un coin un peu dégarni de mes massifs. Comme ils sont en pleine floraison, l’effet est immédiat! Je les laisse généralement dans leur pot et j’attend le printemps suivant pour les installer dans un pot un peu plus grand. Le fond du pot doit être percé de trous pour l’évacuation de l’eau de pluie. Je dépose dans le fond quelques cailloux pour faciliter le drainage. Puis je rajoute un mélange de terre de jardin, de terreau et d’amendement organique spécial plantes acidophiles (hortensia, azalée, rhododendron, bruyère…). Je sors la plante de son pot et je dégage la motte des radicelles qui l’entourent. Puis je dépose l’hortensia dans le pot et je comble avec le reste du mélange de terre. Il faut bien tasser le substrat avant d’arroser généreusement.

Mars au jardin Hortensia en pot
Mars au jardin hortensia en pot
Mars au jardin hortensia en pot
Mars au jardin hortensia en pot
Mars au jardin hortensia en pot
Mars au jardin hortensia en pot

16 mars au jardin, la taille des arbustes

« Taille tôt, taille tard, mais taille en mars ». Le dicton s’applique toujours mais la période de taille varie en fonction des derniers grands froids de l’hiver. En taillant trop tôt, les jeunes pousses risquent de souffrir des dernières gelées. En taillant trop tard, on coupe les tiges déjà en végétation et cela retarde la formation des fleurs. A la fin de l’hiver, on peut tailler sévèrement les arbustes devenus trop envahissants. Mais cette taille risque de vous faire perdre la floraison si celle-ci est printanière. Par contre, on peut tailler sans problème les arbustes qui fleurissent en été. 

 

Taille en mars photinia
Taille en mars hortensia
Taille en mars laurier
Taille en mars Cornus
Taille en mars
Taille en mars lierre

Pour connaître les secrets de la taille des arbustes, rendez-vous dans la rubrique Jardinage, travaux de jardinage.

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi