20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Qu’ils fleurissent à Noël ou à Pâques, les hellébores sont des plantes magiques qui restent éveillées pendant tout l’hiver. Pour garnir votre terrasse ou votre jardin, adoptez ces merveilles nimbées de brume et de mystère…

Des étoiles qui défient le froid

Vivaces au charme indéfinissable, les hellébores portent le nom latin de Helleborus. Ils font partie de la famille des Renonculacées.  Ces plantes qui semblent timides et fragiles sont au contraire très volontaires.  Parfaitement rustiques, elles s’installent en touffes buissonnantes dans les massifs. Durant tout l’été et jusqu’au coeur de l’hiver, les hellébores portent un beau feuillage persistant très décoratif. Au cœur de l’hiver, les feuilles âgées se fanent et s’affaissent. Il est alors temps de les couper pour découvrir les boutons floraux qui apparaissent au centre de la plante. Ils profitent d’un jour à peine plus doux que les autres pour offrir une floraison discrète mais lumineuse, ouvrant des pétales cireux lavés de roses, pourpre, blanc ou vert tilleul.

Hellébore

Hellébore orientale
Hellébore orientale
Hellébore orientale
Hellébore orientale
Hellébore orientale
Hellébore orientale
Hellebore orientale
Hellébore orientale
Hellébore orientale

Rose de Noël, l’hellébore niger

Première à fleurir, la rose de Noël, Helleborus niger, est aussi la plus délicate des hellébores. Ses grandes corolles blanc porcelaine lavées de vert ne s’épanouissent que si l’hiver est ensoleillé, de janvier à fin mars. Elles sont portées par une tige solide et composées de cinq pétales bien développés dont le coeur regroupe de nombreuses étamines jaune vif . Quand le thermomètre descend trop bas, les tiges se couchent et attendent le moment de se relever pour attraper la lueur d’un rayon plus chaud qui redonnera aux fleurs tout leur éclat. L’hellébore niger est très décoratif et apprécié comme fleur à couper. On peut hâter sa floraison par un forçage au jardin à l’aide d’une cloche transparente maintenue sur les touffes à partir de novembre, sans oublier d’arroser régulièrement.

Helleborus niger

Une reprise difficile

L’hellébore niger se plaît entre l’ombre et le soleil. La plantation a lieu idéalement juste après la floraison, dans un sol au pH neutre, riche en humus et bien ameubli, humide mais bien drainé. La reprise est parfois difficile et la plante supporte mal d’être changée de place car elle a besoin de plusieurs années pour prendre de l’ampleur. La division des grosses touffes âgées se fait également au printemps, après la floraison. Si en été la plante est en plein soleil, il faut pailler le pied afin de garder le plus longtemps possible une terre fraîche. Un paillage à base de feuilles mortes ou une fine couche de déchets de tonte du gazon offrent une humidité constante, très favorable à l’extension des racines noires et charnues qui ont donné leur nom à la plante.

Hellebore niger Het Wilgenbroek

Roses de Carême, l’hellébore orientale

C’est avec une espèce d’Europe orientale, l’hellébore orientale, Helleborus orientalis, que cette belle vivace est devenue à la mode dans nos jardins car elle offre une incroyable diversité de coloris et de formes. Plus facile à cultiver que la rose de Noël, il s’adapte à tous les terrains, même lourds et calcaire. Il supporte mieux la sécheresse car il s’enracine plus profondément. Plus tardive, sa floraison a lieu en février jusqu’au mois de mai. Les premières variétés avaient tendance à arborer une couleur pourpre, voire prune, très foncée, originale mais peu lumineuse. Les hybrides qui en sont issus exhibent des coloris étonnants, allant du blanc pur au pourpre presque noir, en passant par des dégradés de vieux rose que les sélectionneurs s’évertuent à rendre plus francs, ou encore des verts acides ou des jaunes lumineux et purs, parfois striés ou mouchetés.

Hellebore orientale White
Hellebore orientale Red spotted
Hellebore orientalis Super Yellow
Hellebore orientale Red
Hellebore orientalis Double White
Hellebore Rod Anemone
Hellebore orientale Double Green
Hellebore orientalis White Spotted
Hellebore orientalis Double Picotee

En bordure d’une haie

J’ai installé quelques pieds d’hellébore orientale en bordure d’un massif de buissons exposé à l’ouest. La floraison est précoce si l’ombrage que la plante affectionne en été provient d’un arbuste à feuillage caduc et qu’elle reçoit de la lumière en hiver. Si l’ombre provient d’un mur ou d’une haie dense, la floraison est plus tardive. Si la plante est en plein soleil en été, il faut pailler le pied afin de garder le plus longtemps possible une terre fraîche. Si votre terrain est sablonneux et léger, vous devrez ajouter de l’argile bentonite au terreau, ce qui augmente sa rétention en eau. En terrain lourd, on peut mélanger à la terre de la dolomie ou des gravillons qui améliorent le drainage et apportent un peu de calcaire que la plante apprécie.

Hellébore

Les planter, les soigner

Les hellébores sont des plantes rhizomateuses. Ils préfèrent un terrain humide mais bien drainé car ils ont horreur d’avoir les pieds dans l’eau. Creusez un trou de 30 sur 30cm et ameublissez le fond car les racines sont profondes. Mélangez à la terre de plantation du terreau de feuilles ou du compost. Ne plantez trop profondément car si la couronne de la plante se trouve dans un creux, il y a risque de pourriture à cause de l’eau stagnante. Respectez un écart entre 40 et 60cm entre chaque pied selon les variétés. Pendant la floraison, on peut apporter un engrais organique riche en magnésium. En début d’hiver et au printemps, répandez des algues marines riches en calcaire. La division des touffes âgées se fait éventuellement en septembre.

Hellébore

Sauvage, l’hellébore fétide

Dans mon parterre de plantes vivaces près de la maison, j’ai installé une belle touffe d’hellébore fétide, Helleborus foetidus. C’est une espèce indigène en Belgique, très volontaire et facile à cultiver. Je l’aime car elle porte un joli feuillage persistant vert foncé finement palmé ce qui me fait un bouquet de verdure durant tout l’hiver. La floraison s’ouvre à la fin de l’hiver en clochettes pendantes vert clair, parfois teintées de pourpre sur le bord des pétales. Dommage que la plante sente si mauvais lorsqu’on la froisse! C’est en terrain mi-ombragé et bien drainé que vous aurez le plus de chance de le voir se multiplier. On l’associe souvent aux euphorbes qui prolongent sa floraison.

Helleborus foetidus
Helleborus foetidus
helleborus foetidus

Frileuse, l’hellébore de Corse

C’est en Angleterre ou au sud de la Loire que vous aurez le plus de chance de rencontrer l’hellébore de Corse, Helleborus argutifolius (syn. Helleborus corsicus). Moins résistante au froid, la plante apprécie par contre le soleil et un sol bien drainé. Elle forme un buisson aux fortes tiges d’abord dressées, puis plus ou moins couchées. Le feuillage persistant est très décoratif. Les feuilles couleur vert pomme sont lumineuses, brillantes et coriaces, composées de trois folioles à dents épineuses. En février mars, elles sont coiffées d’un bouquet de grandes fleurs vert tilleul assez pâle. C’est une plante de courte vie, de trois à cinq ans, mais qui se ressème facilement. Elle est très appréciée par les fleuristes pour son feuillage qui rehausse un bouquet.

Helleborus argutifolius
Helleborus argutifolius Silver Lace
Helleborus argutifolius

Helleborus argutifolius

D’autres hellébores à découvrir

Une hybridation de l’hellébore argutifolius a donné naissance à l’hellébore de Stern, Helleborus x sternii. Cette belle plante ressemble à l’hellébore de Corse mais le feuillage et les tiges sont plus ou moins nuancées de rose rouge selon les sélections. Elle offre un feuillage persistant finement dentelé et des fleurs vert crème nuancé de rose pourpré. Supportant le soleil, les terrains secs, caillouteux et calcaires, elle déteste les vents froids et les gelées printanières. Plus petit, l’hellébore pourpre, Helleborus purpurascens, est une plante parfaitement rustique. Cette beauté sombre à la floraison précoce est encore très rare dans les jardins. Elle porte des fleurs d’une remarquable couleur lie-de-vin mélangée de vert.

Helleborus x sternii
Helleborus sternii

Indigène, l’ Helleborus viridis est peu cultivée mais intéressante en plantations naturalisées en bordure d’un massif ombragé. Ses fleurs vert pâle se développent en février et mars, avant le développement du feuillage. Celui-ci qui n’est pas persistant tombe en été ou en automne. Toutes les espèces sauvages se ressèment spontanément dans les massifs et forment de larges colonies dans les sous-bois.

Helleborus viridis

Helleborus x nigercorps

De nouveaux cultivars d’hellébores ont fait leur apparition il y a quelques années, très robustes et poussant aussi bien à l’ombre qu’au soleil. Ils ont simplement besoin d’un sol bien drainé, allégé éventuellement par du sable du Rhin ou des graviers. Les Helleborus x nigercors sont issus d’un croisement entre Helleborus niger et Helleborus argutifolius. Ils ont donné naissance à de nombreux cultivars, résultats de travaux de sélection intensifs effectués par les horticulteurs. On découvre ainsi l’adorable ‘Snow Love’ à la floraison blanc crème et au feuillage persistant vert lumineux pigmenté de gris. Une autre sélection s’est fait remarquée, l’ Helleborus x ericsmithii ‘Candy Love’, issue d’un croisement entre Helleborus niger et Helleborus x sternii. Celle-ci porte un gros bouquet de fleurs rose crème au dessus d’un feuillage persistant dentelé vert foncé. Lorsque les fleurs se fanent, elles se parent d’une couleur chocolat. Leur port compact et leur longue durée de floraison, de décembre à mars, en font des plantes parfaites pour décorer une véranda, une terrasse ou un balcon.

Hellébore Candy Love
Helleborus Snow Love

Du semis à la fleur

Les hellébores poussent lentement ce qui explique un prix plus élevé à l’achat que celui des autres plantes vivaces. Le problème se pose aussi quant au choix des variétés, car les hellébores ne portent pas toujours de nom. Les croisements sont nombreux, même entre différentes espèces et on ne sait plus trop quels en sont les parents. Même si le meilleur moment de plantation de l’hellébore est la mi-septembre, on peut aussi acquérir une plante en février, lorsqu’elle est en pleine floraison. Mieux vaut acheter les plantes en grand conteneur, de minimum 1 litre, où elles ont formé de bonnes racines, car elles n’aiment pas être transplantées. Si on achète un hellébore dans un petit godet, il faut attendre deux ou trois ans avant d’espérer une fleur. De même pour les semis. On peut alors observer son rythme laborieux. Une feuille la première année, trois la seconde… Mais lorsque la plante est enfin développée, elle refleurit fidèlement chaque hiver, à condition qu’on ne la dérange plus.

Hellébore

Hellébore

En bouquet ou sur le balcon

Très tendance, les bouquets d’hellébores sont superbes, coupés courts dans un vase en forme de coupe. La fleur ayant une fâcheuse tendance à piquer du nez lorsqu’elle se trouve dans un vase, il faut cautériser le bas de la tige à l’eau bouillante durant quinze secondes. Si l’on prend soin de renouveler l’eau régulièrement, le bouquet tiendra trois ou quatre jours. On peut également profiter au coeur de l’hiver des grosses potées fleuries d’hellébores cultivées en serre et vendues par les fleuristes et les pépiniéristes. Vous pourrez les installer sur le balcon ou la terrasse dans une jardinière ayant au minimum 20cm de diamètre et pourvue d’un excellent drainage. Vous profiterez ainsi de leur floraison avant de les installer au début du printemps dans un parterre proche de la maison.

Hellébore

Une plante toxique

La sève des hellébores peut occasionner des allergies cutanées. Dans les fables de Jean de La Fontaine, le lièvre proposait à la tortue de se purger de quatre grains d’hellébore. En réalité, toutes les parties de la plante sont toxiques, principalement les feuilles et les racines qui contiennent un alcaloïde, l’helléborine. Ce poison violent provoque des douleurs gastro-intestinales, vomissements, délires, convulsions et mort par défaillance respiratoire.Et si Hypocrate conseillait son emploi comme remède à la tristesse et à la folie, il faudrait être fou pour en tenter l’expérience!

Hellébore nigercors

Pépinières spécialisées:

Pour découvrir l’univers des hellébores, des espèces botaniques et de nombreux hybrides aux incroyables couleurs allant du blanc au noir, en passant par les rose, pourpre, vert, prune, nuancés de jaune ou de crème, rendez-vous dans ces deux pépinières qui font des journées portes ouvertes pendant le mois de février:

Pépinière de la Thyle, Thierry de Ryckel vous conseillera dans le choix des plus belles espèces et vous donnera d’excellents conseils de culture. La pépinière est également spécialisée en Hemerocallis et Hydrangea. Pépinière de la Thyle, rue de Nivelles, Faux à 1490 Court-St-Etienne, Belgique. www.pepinieredelathyle.com

Pépinière Het Wilgenbroek. Thierry van Paemel. Vous y trouverez parmi leurs obtentions les hellébores ‘Candy Love’ et ‘Snow Love’ de la Winter Magic Collection. Het Wilgenbroek, Wilgenbroekstraat 60 à 8020 Oostkamp, Belgique. http://www.hetwilgenbroek.be

Crédit photo Agnès Pirlot, Pépinière de la Thyle et Het Wilgenbroek

 

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi