20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Le massacre des Indiens de Patagonie s’est passé il y a cent ans. C’est un des grands génocides de l’histoire moderne.

 

Les Indiens du bout du monde

Avant l’arrivée des “Blancs”, des groupes ethniques habitaient les grandes steppes et les forêts de la Patagonie. Ces nomades Indiens se nommaient Tehuelches que Magellan nomma Patagons, Kawesqar, Yagan, Selknam, Alacalufe, Ona et Mapuche. Tous les Indiens, sauf les Mapuches qui vivaient plus au nord, ont été exterminés.

Génocide Indiens Patagonie

A la recherche de ses origines

C’est lors d’un voyage en Patagonie chilienne que j’ai découvert la petite ville de Puerto Natales, capitale de l’Ultima Esperanza. C’est un ancien port de pêche avec des maisons en tôle ondulées et colorées. Les murs de la ville sont couverts de fresques murales qui font revivre les Indiens de Patagonie. (voir mon reportage sur la Patagonie et sur le Parc de Torres del Paine)

Génocide Indiens Patagonie

Patagonie chilienne
Génocide Indiens Patagonie
Génocide Indiens Patagonie
Génocide Indiens Patagonie
Génocide Indiens Patagonie
Génocide Indiens Patagonie

La disparition des Indiens autochtones de Patagonie a longtemps été un sujet tabou. Mais aujourd’hui, les métisses parlent avec fierté de leur “indianité”. Les Chiliens sont de plus en plus nombreux à entendre la tragique histoire des peuples indiens.

Génocide Indiens Patagonie

Les premiers Sud Amérindiens

Le Musée municipal de Puerto Natales retrace d’une manière vivante l’histoire des premiers peuples Sud amérindiens. Ils sont arrivés en Patagonie il y a environ 12.000 ans via le Détroit de Bering qui réunissait alors les continents d’Asie et d’Amérique du Nord.

Génocide Indiens Patagonie

Dans les steppes et les forêts

Les Indiens vivaient dans les steppes et les forêts peuplées de condor, guanaco, puma et manchot de Magellan. A l’origine, il y avait aussi des espèces disparues, un tigre à dent de sabre, un petit cheval et le célèbre mylodon, une sorte de grand singe dont on a retrouvé des ossements et une peau rousse dans une caverne près de Puerto Natales.

Génocide Indiens Patagonie

Chasseurs et pêcheurs

Couteaux, pointes de flèches et poinçons témoignent des activités de chasse et de pêche des Indiens. Ces peuples nomades organisaient des expéditions en canoë pour chasser les otaries et les oiseaux, mais aussi collecter les oeufs.

Génocide Indiens Patagonie
Génocide Indiens Patagonie
Génocide Indiens Patagonie
Génocides Indiens Patagonie

La chasse à l’arc se faisait à l’origine à pied. Les Indiens adoptèrent le cheval au contact des espagnols. Comme instrument de chasse, ils lançaient une cordelette liant deux ou trois poids pour entraver les membres de l’animal.

Génocide Indiens Patagonie

L’arrivée des premiers colons

L’implantation des colons européens à la fin du 19e siècle fut un désastre pour les Indiens. En brûlant des milliers d’hectares de forêts, les colons éleveurs de moutons les condamnaient à disparaître. (voir mon reportage sur l’usine Frigorifico de Puerto Bories)

Indiens Patagonie

En 1880, le missionnaire Thomas Bridges estima la population des Indiens à environ 3.000 individus. Maladies, massacres, déportations en masse, extermination furent le triste sort qu’on réserva à ces Indiens “trop rebelles pour être civilisés”.

Génocide Indiens Patagonie

Les chasseurs de têtes

Pour se nourrir, les Indiens tuaient des guanacos. Mais les colons avaient chassés les troupeaux pour laisser la place à leurs moutons. Les Indiens tuèrent alors quelques moutons. Le prétexte fut bon, dans les années 1890, pour enrayer le fléau. Les colons engagèrent alors des chasseurs de têtes qu’ils payaient une livre sterling par paire d’oreilles indiennes ramenées. Ces odieuses tueries se prolongèrent jusqu’en 1922.

Génocide Indiens Patagonie
Génocide Indiens Patagonie
Génocide Indiens Patagonie
Génocide Indiens Patagonie

Déportations dans les réserves

Les derniers rescapés durent abandonner leur vie nomade et leurs traditions. Parqués d’en d’infâmes réserves où les missionnaires tentèrent de les “éduquer et de les évangéliser”, ils succombèrent silencieusement, ivres d’alcool et de désespoir. La dernière représentante du peuple Ona et de sang Ona, Angela Loij, est morte le 28 mai 1974.

Génocide Indiens Patagonie

 

Génocide Indiens Patagonie

La mémoire collective

L’histoire s’est attachée à quelques clichés, leur nudité, leur corps peint, leur visage.

Génocide Indiens Patagonie

Génocide Indiens Patagonie

Mais on ne parlait jamais du massacre des Indiens. Ce génocide a profité à une poignée de familles d’origine européenne qui se sont appropriées des millions d’hectares pour l’élevage de leurs moutons.

Génocide Indiens Patagonie

 

La culture Mapuche

Seuls survivants des peuples natifs du pays avant l’arrivée des colons européens, les Mapuches représentent aujourd’hui 10% de la population chilienne. Ayant résisté à l’empire Inca et aux soldats espagnols, ils ont perdu au 19e siècle près de 95% de leur territoire, soit l’équivalent de la surface du Portugal.

Artisanat Indiens Mapuche
Artisanat Indiens Mapuche
Artisanat Indiens Mapuche
Artisanat Indiens Mapuche
Artisanat Indiens Mapuche
Artisanat Indiens Mapuche

Une collection d’art précolombien

Au sud de Santiago du Chili, le Museo Andino de Santa Rita  rassemble une exceptionnelle collection d’objets d’art précolombien. Tissus, parures, poteries, certaines pièces proviennent de la culture Mapuche. Un musée passionnant!

Artisanat Indiens Mapuche
Artisanat Indiens Mapuche
Artisanat Indiens Mapuche
Artisanat Mapuche

Déportés dans des réserves ou poussés à l’exode vers les grandes villes, principalement dans la région de Santiago, les Mapuches revendiquent aujourd’hui la restitution de leurs terres et la conservation de leur langue et de leur culture.

 

Indiens Patagonie

Pour aller plus loin:

 

Rendez-vous dans la rubrique Voyages, Amérique, pour découvrir mon reportage sur le Chili, la Patagonie, le Parc Torres del Paine, Santiago du Chili, l’île de Pâques, l’histoire des Moai de l’Ile de Pâques, l’île de Chiloé, le désert d’Atacama, l’Argentine, la Bolivie et la Cordillère des Andes, ou cliquez sur les liens.

 

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Facebook
Twitter
Pinterest