20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Au coeur de la Cordillère des Andes, l’Altiplano est l’une des régions les plus désolées de Bolivie. Cap sur la Ruta 5 de San Juan à Potosi à une moyenne de 4000 mètres d’altitude.

 

Le Sud Lipez

Après la route des Incas en Argentine et le désert de Atacama au Chili, je poursuis mon voyage dans le Sud Lipez et les déserts de l’Altiplano en Bolivie. Le poste frontière entre le Chili et la Bolivie est une baraque en tôle ondulée perdue au milieu de nulle part et il n’y a que quelques 4×4 de tourisme. (voir mes reportages sur la Cordillère des Andes, le Chili et l’Argentine)

Altiplano Bolivie

La route des Joyaux

Je suis à 4200m d’altitude entourée des sommets de la cordillère des Andes. C’est le mois de novembre. Le ciel est bleu, le soleil brille, il fait froid mais l’air est incroyablement pur et l’endroit est grandiose! Nous allons faire trois jours de pistes chaotiques dans un paysage minéral surréaliste. Dans le désert de Dali, les roches volcaniques font penser aux oeuvres de l’artiste.

Altiplano Bolivie

Geysers Sol de Manana

A 4800 mètres, de nombreux geysers bouillonnants d’eau chaude, fumeroles et mares de boue témoignent de l’activité géothermique omniprésente dans ce désert d’altitude. Surgissant des anciens calderas, les jets de vapeur chargés de souffre et d’eau chaude peuvent monter jusqu’à 50 mètres!

Altiplano Bolivie geysers

Réserve nationale Eduardo Avaroa

Avec une altitude moyenne de 4000 mètres, la Réserve nationale Eduardo Avaroa est la plus haute de Bolivie et la plus désertique. Dans cette nature rude et désolée où l’élément minéral prend les formes les plus étranges, seuls quelques paysans Indiens Aymara s’accrochent encore farouchement à leurs terres. Le Stipa ichu,  surnommée Paja brava, la paille brave, résiste au vent et à la neige. Cette graminée endémique est le fourrage privilégié des lamas.

Altiplano Bolivie
Altiplano Bolivie
Altiplano Bolivie
Altiplano Bolivie

Laguna Colorada

Les lagunes salées se colorent de rose, de bleu ou de vert émeraude, bordées de borax blanc. C’est le lieu de reproduction des flamants des Andes, des échassiers migrateurs qui apprécient cette eau riche en algues et en minéraux. La coloration de l’eau est due à des sédiments et aux pigments de certaines algues qui y vivent. Les roches sont recouvertes par endroit de coussins vert fluo. C’est l‘Azorella compacta, une sorte de mousse endémique protégée mais en voie d’extinction. Elle ne pousse qu’à cette altitude et c’est un excellent combustible quand elle est sèche. Sa croissance est très lente mais elle peut vivre plusieurs milliers d’années dit-on.

Altiplano Bolivie
Altiplano Bolivie
Altiplano Bolivie
Altiplano Bolivie

Désert de Siloli

Ce désert de sable est l’un des plus arides au monde. D’énormes blocs rocheux se dressent, tel l’Arbol de Piedra, l’arbre de pierre sculpté par le vent. Dans la roche se cache un viscache, un mammifère rongeur de la famille du chinchilla. Au loin, un renard andin s’approche lentement vers nous. Quand le vent souffle, il fait très froid. Il a neigé cette nuit sur les sommets à plus de 6000 mètres.

Altiplano Bolivie
Altiplano Bolivie
Altiplano Bolivie
Altiplano Bolivie

San Juan de Rosario

Le petit village rural de San Juan de Rosario à 3875m d’altitude est une halte sur la route du désert de Uyuni. Une centaine de familles y vivent de l’élevage du lama et de la culture du quinoa. Les maisons en adobe sont construites avec des briques de terre faites sur place.

Bolivie San Juan de Rosario
Bolivie San Juan de Rosario
Bolivie San Juan de Rosario
Bolivie San Juan de Rosario

A l’extérieur du village, je visite une étonnante nécropole pré-incas à ciel ouvert. Dans des stromatolithes, formations rocheuses très anciennes, je découvre une multitude de tombes qui abritent des ustensiles et des momies des communautés andines ancestrales des Lipez.

Bolivie Necropolis San Juan
Altiplano Bolivie
Bolivie Necropolis San Juan
Bolivie Necropolis San Juan

Salar d’Uyuni

Situé dans la dépression centrale de l’Altiplano, à 3700 mètres d’altitude, le Salar d’Uyuni est une immense croûte de sel balayée par un vent glacé. Une véritable banquise de 15.000 kilomètres carrés qui constitue selon les géologues la plus grande réserve de sel du monde.

Salar d'Uyuni

Le sel s’y est déposé et aggloméré lors de l’assèchement d’un lac salé continental qui occupait une grande partie de l’Altiplano. Dur comme du béton, ce désert d’une blancheur étincelante est traversé chaque année par le rallye du Dakar.

Salar d'Uyuni
Salar d'Uyuni
Salar d'Uyuni
Salar d'Uyuni Rallye Dakar

L’île Incahuasi

Glissant sur la croûte de sel, mon 4×4 me mène à l’Ile Incahuasi, un amas rocheux hérissé de cactus dont certains ont plus de 600 ans. Au sommet de l’île se déroule chaque année au mois d’août un rituel sacré où les Indiens Aymara font l’offrande d’un lama à la Pachamama, la déesse de la terre.

Salar d'Uyuni
Salar d'Uyuni
Salar d'Uyuni
Salar d'Uyuni

A l’entrée d’Uyuni, un cimetière de trains assemble les silhouettes fantomatiques de vieilles locomotives abandonnées en plein désert.

Bolivie Uyuni

Uyuni et son marché

La petite ville de Uyuni, à 3650m d’altitude, est animée car c’est le jour du marché. Parmi les fruits, les légumes et les poulets, on trouve des sacs de feuilles de coca pour l’infusion. Les Indiens en font une boulette qu’ils chiquent toute la journée pour lutter contre le mal d’altitude.

Bolivie Uyuni
Bolivie Uyuni
Bolivie Uyuni
Bolivie Uyuni
Bolivie Uyuni
Bolivie Uyuni

Potosi, la ville d’argent

A 4070 mètres d’altitude, Potosi est la ville la plus haute de la planète. Installée au pied du Cerro Rico, la cité minière doit sa naissance aux Conquistadores et à un seul objectif: les mines d’argent. Au 17e siècle, la ville qui avait le statut de cité impériale égalait Londres en superficie et la dépassait largement par son opulence.

Bolivie Potosi

Le Cerro Rico

La montagne est visible de toutes les rues de la ville. Les Incas savaient que cette montagne rouge et aride recelait de l’argent mais ils ne firent rien pour l’exploiter. Potosi fit la fortune des Espagnols et de l’Europe de la Renaissance et des Lumières. Pour les Amérindiens, la richesse de Potosi aura été une malédiction. Mis aux travaux forcés dans les mines, ils ont péri par milliers dans des conditions abominables.

Bolivie Potosi
Bolivie Potosi
Bolivie Potosi
Bolivie Potosi

Une ville musée

De nos jours, Potosi fait figure de relique. Classée par l’Unesco, c’est la mieux conservée des villes espagnoles d’Amérique du Sud. La cité minière a conservé ses 32 églises de style métis baroque, San Francisco, San Lorenzo, San Bernardo, l’église de la Cie de Jésus ou le couvent des carmélites de Santa Théresa…, parfois transformées en musées.

Bolivie Potosi

Casa de la Moneda

Le joyau de Potosi est la Casa de la Moneda, l’Hôtel de la Monnaie construit à la fin du 16e siècle sur la place principale et qui retrace toute l’histoire de Potosi à l’époque de la domination espagnole. J’y découvre une salle de numismatique, des peintures mais surtout d’exceptionnels presses et laminoirs venus d’Espagne et magnifiquement conservés.

Bolivie Potosi
Bolivie Potosi
Bolivie Potosi
Bolivie Potosi

Le marché de Potosi

Les ruelles de Potosi sont bordées de maisons aux portes en pierres sculptées et aux balcons précieusement travaillés en bois. La place du marché rassemble les femmes venues vendre les produits de leur campagne. Mon circuit va me mener par la route à Sucre puis par un vol intérieur à La Paz, la plus haute capitale du monde.

Carnet de route

  • Saison idéale: les saisons sont inversées. J’y suis allée au printemps, au mois de novembre, et il a fait beau, sec et froid pendant tout le séjour. En été, de décembre à février, il fait sec et plus chaud mais le Salar d’Uyuni est parfois inondé. Durant l’hiver, juin juillet, il peut geler et neiger.
  • Altitude: l’altitude peut provoquer des vertiges, des nausées, des insomnies et des maux de tête. Il faut éviter les efforts le temps de l’acclimatation et boire beaucoup d’eau car l’air en altitude est très sec. Ne pas oublier de prendre crème solaire, lunettes, chapeau et polar pour les soirées.

Vous retrouverez mon reportage complet sur la Cordillère des Andes, la route des Incas en Argentine, le Chili et La Paz, dans la rubrique Voyages, Amérique, ou cliquez sur le lien.

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Facebook
Twitter
Pinterest