20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Jardinier, journaliste et écrivain, Georges Lévêque photographie depuis près d’un demi siècle les plus beaux jardins de la planète.

 

Le monde des jardins

C’est dans les pages du magazine ‘Mon Jardin & Ma Maison’ que j’ai découvert les premiers reportages de Georges Lévêque. C’était il y a bien longtemps. J’étais une jardinière débutante et ses photos magnifiquement cadrées et éclairées étaient pour moi une source d’inspiration. Georges est devenu mon ami. Nous faisons le même métier mais il reste pour moi une star!

Georges Lévêque Stowe

Le pont palladien de Stowe, Angleterre

Un style so british

Georges Lévêque est un être charmant à l’humour caustique mâtiné d’érudition. Son élégance innée lui donne un style flegmatique «so british» qu’il a cultivé lors de ses premiers reportages en Angleterre, le pays des jardins. «J’étais jeune reporter et j’ai visité des jardins célèbres dans le sud de l’Angleterre tels que Savill Garden, Sissinghurst Castle, Wisley et Great Dixter, tous tellement inspirants.»

Jardin de Marigny, Orne

Jardin de Marigny de Pascale Alexandre, Orne

Une formation de jardinier

C’est à l’Ecole d’horticulture du Breuil à Paris que Georges fait ses classes comme jardinier. «Enfant, j’étais souvent en mauvaise santé. Mes parents ont pensé que le travail au grand air me ferait du bien.» Il travaille deux ans chez le célèbre producteur d’arbres fruitiers et de rosiers Georges Delbard où il apprend à greffer des rosiers.

Jardin de Helen Dilon à Dublin

Jardin de Helen Dillon à Dublin, Irlande

Un autodidacte

En 1967, Georges Lévêque devient journaliste dans le magazine ‘L’Ami des Jardins et de la Maison’. Il rejoint ensuite la revue ‘Mon Jardin & Ma Maison’ où il est nommé secrétaire de rédaction. Georges sort de son bureau pour visiter des jardins. Ses reportages sont rédigés par un jardinier pour des jardiniers.

Jardin de William Christie à Thiré

Les Jardins de William Christie à Thiré en Vendée https://www.jardindewilliamchristie.fr

A cette époque en France, presque personne ne pratiquait la photographie de jardin. Les livres et les revues de jardinage étaient illustrés par des photographes anglais et allemands. «Les magazines de jardinage ont commencé à passer des photos en noir et blanc aux photos en couleurs. Mes compétences en photographie et en écriture ont été considérablement perfectionnées à ce stade.»

Jardin du Plessis Sasnière dans le Loir-et-Cher

Le jardin du Plessis Sasnières en Loir-et-Cher http://www.jardin-plessis-sasnieres.fr

Les jardins de Grasse

«Ma carrière a pris une autre dimension lorsque j’ai rencontré Jacqueline de Chimay et Charles de Noailles, une des figures les plus influentes du jardinage à cette époque. En 1972, il m’a ouvert son jardin à Grasse sur la Côte d’Azur qui était une merveille. Il me proposa d’appeler quelques amis de la Riviera afin qu’ils me reçoivent amicalement. En quelques jours, je découvrais la Chèvre d’Or, le Clos Fiorentina, le château de la Garoupe, le jardin de la Princesse Poniastowska et la Serre de la Madone, des lieux privés de haute réputation entre 1950 et 1980. J’ai pris des centaines de photos comme une sorte de trésor de guerre pour me souvenir de tout.»

Le Mont des récollet à Castel dans le Nord

Mont des Récollet à Cassel d’Emmanuel de Quillacq dans le Nord http://georgeslevequejardins.com/a-cassel-un-rendez-vous-a-ne-pas-manquer/

De belles rencontres en Belgique

«J’ai le même respect pour les petits jardins des gens simples que pour les oeuvres éloquentes des grands de ce monde. J’avais été bluffé par ce que la princesse Paola de Belgique avait commandé à Arabella Lennox-Boyd pour Le Belvédère à Laeken. Grandiose! Impossible d’oublier Jelena et Robert de Belder pour leur collection d’hamamélis à Kalmthout. Et aussi Sybille d’Ansembourg, artiste, décoratrice d’intérieur et jardinière pour son goût affirmé pour les fantaisies et les objets baroques les plus incroyables. Son mari antiquaire lui a donné beaucoup de belles pièces pour décorer l’orangerie de son château familial près de Bruxelles.»

Jardin d'Etretat en Seine-Maritime

Jardins d’Etretat d’Alexander Grivko en Seine-Maritime https://etretatgarden.fr

«J’ai aussi suivi Jacques et Martin Wirtz dans leurs meilleures réalisations dans le nord de la Belgique. Là, peu de fleurs mais des haies délicatement taillées pour façonner des paysages de verdure autour des maisons et des bassins rectangulaires le plus souvent et des sculptures contemporaines. En comparaison des jardins anglais, il y avait peu de fleurs ce qui décourageait les rédacteurs en chef de la revue. Mais on me laissait faire tout de même.»

Jardin exotique de Vauville

Jardin exotique de Vauville, famille Pellerin dans la Manche https://www.jardin-vauville.fr

Paysagistes et jardiniers du monde

«J’ai eu plusieurs rencontres mémorables avec de merveilleux paysagistes comme Jean Mus dans le sud de la France, Erwan Tymen en Bretagne et Gilles Clément à Paris. L’éminente jardinière Rosemary Verey et l’écrivaine de jardinage Penelope Hobhouse qui travaillaient respectivement aux jardins de Barnsley House et Tintinhull Gardens étaient mes contacts en Angleterre. Helen Dillon, jardinière irlandaise de renommée mondiale, est également une amie. Je considère que le potager créé par Darina Allen près de Cork, en Irlande, est élégant et impressionnant.»

Parc botanique de Haute Bretagne en Ille-et-Vilaine

Parc botanique de Haute-Bretagne d’Alain Jouno en Ille-et-Vilaine https://www.jardinbretagne.com

«La décoratrice Walda Pairon a réchauffé l’atmosphère parfois froide des jardins géométriques de cette époque avec des objets architecturaux de grande qualité et une allure moderne aux multiples couleurs. Ces dernières années, j’ai découvert Mount Stewart dans la région de Belfast. Les statues sont uniques et les riches collections de plantes ont de l’élégance à chaque tournant. Le topiaire a atteint un excellent niveau. Je recommande ce jardin à tout le monde.»

Mount Stewart, Irlande

Mount Stewart en Irlande, http://georgeslevequejardins.com/mount-stewart-un-musee-a-ciel-ouvert/

Les plus beaux jardins de France

«Quels jardins visiter lors d’un séjour à Paris? Le parc de Bagatelle et sa roseraie sont bien sûr à voir. Les jardins des Tuileries aussi et le parc André Citroën. Le mur vertical du jardin du musée du Quai Branly est étonnant. Ailleurs en France, il existe de nombreuses villas consacrées aux jardins comme dans la ville de Menton, près de la frontière italienne. Avec Kerdalo et le jardin du Pellinec, la Bretagne est une figure de proue riche en créations. La Touraine est attractive, surtout avec les jardins du Château du Rivau et de Villandry. Il y a tant de jardins en France qui sont beaux et sont là pour être appréciés!»

Jardin de la Pellerine en Mayenne

Jardin de La Pellerine chez Sylvie Douinot en Mayenne http://lejardindelapellerine.simplesite.com

Les clefs du métier de photographe

Je demande à Georges Lévêque quels sont les jardins les plus difficiles ou faciles à photographier. «Aucun obstacle! Si on commence à se poser la question, c’est mal parti! On fait de son mieux selon les circonstances. L’essentiel, c’est d’être là au bon moment et de composer avec les éléments, choisir son cadrage. Le soleil de midi qui écrase tout est pourtant redoutable. Mais au fil des ans, j’ai appris à photographier par tous les temps. C’est à moi de trouver le positionnement par rapport au soleil. La photographie de reportage implique que l’on photographie tout ce qui paraît utile au reportage. Cela varie aussi selon l’humeur et la gentillesse de l’accueil.»

Jardin de la Louve à Bonnieux

La Louve à Bonnieux, oeuvre de Nicole de Vésian https://laterreestunjardin.com/jardin-de-la-louve/

De l’argentique au numérique

Humble devant l’immortelle beauté des paysages, Georges Lévêque est sans aucun doute l’un des photographes les plus connus dans le monde des jardins en France. Comment perçoit-il l’évolution du métier de photographe? «Il est vrai que tout a été modifié avec l’apparition de la photographie numérique. Le fait de travailler sans pellicule argentique réduit les frais de gestion. Les appareils de photos sont de prix comparables à qualité égale, il me semble. Comme je revendique un statut d’autodidacte dans la photographie, je prends les choses comme elles viennent, sans regret ni excès de  joie. Quoi qu’on fasse, on est toujours en apprentissage. »

Jardin du Bois-Guilbert en Seine-Maritime

Le jardin de Bois-Guilbert de Jean-Marc de Pas en Seine-Maritime https://www.lejardindessculptures.com

Les conseils d’un vieux sage

Quels conseils Georges Lévêque pourrait-il donner à un petit jeune qui veut se lancer dans le métier de photographe de jardin? «Si c’est pour le plaisir, il faut y aller. Si c’est pour gagner confortablement sa vie, il faut choisir un autre métier. Les nombreuses agences de presse affichent des droits d’auteur beaucoup trop faibles. J’ai connu une période bénie entre 1970 et 2000. Aujourd’hui, on va à la catastrophe!»

Georges Lévêque photographe

Georges Lévêque

Journaliste et  photographe, Georges Lévêque est auteur et co-auteur d’une cinquantaine de livres. Il expose ses oeuvres au fil des quatre saisons. De la rose à l’eau, de l’art éphémère au jardin français, du zéro phyto aux beauté de l’arboretum, les thèmes se suivent et ne se ressemblent pas. En savoir plus sur les expositions et les photographies de Georges Lévêque sur son blog www.georgeslevequejardins.com

Crédit photos Georges Lévêque pour les jardins et l’autoportrait et Agnès Pirlot pour le portrait

Rendez-vous dans la rubrique Jardins, France, pour mes reportage sur les Jardins de Grasse, la Serre de la Madone, le Château du Rivau, le Jardin de la Louve à Bonnieux, le Jardin de William Christie à Thiré, dans la rubrique Jardins, Belgique, pour l’Arboretum de Kalmthout, dans la rubrique Jardins, Angleterre, Wisley, Sissinghurst et Great Dixter et dans la rubrique Découvertes, Portrait, le photographe Guidon Marcon et sur le paysagiste Jean Mus, ou cliquez sur les liens.

 

Georges Lévêque (c) Georges Lévêque

 

Pin It on Pinterest