20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Dans la lagune de Venise, l’île de Murano perpétue l’art du verre soufflé. Une tradition transmise à travers des générations.

 

Le verre de Murano

Située à 2 km de Venise, Murano est facilement accessible par vaporetto. C’est en me baladant dans ce village composée de sept petites îles reliées par des ponts que j’ai découvert au fond d’une impasse un atelier de souffleur de verre (sur la photo, porte à gauche de la Mazzega Glass Factory). Moment magique où de la chaleur extrême des fours naissent des pièces d’art unique.

Murano souffleurs de verre (1)
Murano souffleurs de verre (24)
Murano souffleurs de verre (22)
Murano souffleurs de verre (23)

Murano naquit en même temps que Venise. C’était d’abord un port de pêche qui s’est transformé en producteur de sel. Au 13e siècle, la Sérénissime décide d’éloigner de la ville les industries du feu pour éviter les risques d’incendies. Installés à Murano, les souffleurs de verre développent un art d’un grand raffinement qui connaît son apogée du 16e au 18e siècle.

Une technique ancestrale

Les techniques de fabrication du verre de Murano se transmettent de père en fils. Les pièces sont toujours faites à la main. Le temps pour fabriquer un objet en verre soufflé peut prendre d’une heure pour une cruche à eau à plusieurs semaines pour un lustre élaboré. Le verre est fait de 70% de sable de silice auquel on rajoute le flux fait de soude et de calcaire. La poudre de verre est chauffée dans un four à pot à une température de 1300°C. Elle se transforme en une pâte qui devient liquide à partir de 1500°C. En refroidissant, le verre retrouve une consistance pâteuse ce qui rend possible son façonnage. Il retrouve sa malléabilité lors d’un bref échauffement. Vers 500°C il commence à se solidifier et à devenir cassant.

Murano souffleurs de verre (13)
Murano souffleurs de verre (15)
Murano souffleurs de verre (19)
Murano souffleurs de verre (20)

Avec sa canne, le souffleur cueille dans le four une masse de verre en fusion. La matière est malléable mais molle et le souffleur doit en permanence effectuer une rotation de sa canne pour régulariser la masse. En soufflant dans sa canne creuse, il fait naître une bulle d’air chaud qui dilate le verre. La pièce est alors façonnée, élargie, allongée ou évasée pour obtenir l’objet souhaité. A l’aide d’une canne pleine, le pontil, le verrier réchauffe la pièce pour la retravailler, la cintrer à l’aide de pinces, l’ouvrir à l’aide de fers ou en la rognant avec des ciseaux.

 

Murano souffleurs de verre (16)
Murano souffleurs de verre (12)
Murano souffleurs de verre (11)
Murano souffleurs de verre (17)

Le verrier peut prélever du verre pour rajouter à la pièce une anse ou d’autres éléments qui ne doivent pas être soufflés. Le façonnage terminé, le pontil est détaché et la pièce est enfournée dans une arche de recuisson puis refroidie très lentement.

Le verre de Murano est naturellement incolore. Les couleurs sont obtenues en ajoutant à la poudre de verre de petites quantité de minéraux, oxydes et dérivés chimiques. Le cobalt est utilisé pour les gradations bleues, le sélénium pour le rouge, le nickel au chrome de fer pour le violet, le manganèse pour le noir, l’oxyde de cuivre pour le vert.

Les maîtres verriers de Murano ont développé au cours des siècles de nombreuses techniques comme le verre plaqué qui permet de faire ressortir davantage les couleurs et motifs, le cristal, l’émaillage du verre, le filigrane, les parures au fil d’or, le millefiori des verres multicolores, le lattimo au verre blanc comme la porcelaine ou encore le Ghiacciato, une technique de verre craquelé et l’imitation de pierres précieuses.

Méfiez-vous des contrefaçons

Sur l’île de Murano, il y a plus de boutiques de souvenirs en verre que de cafés et restaurants et les magasins regorgent de contrefaçons venues de République tchèque ou de Chine. Le vrai verre de Murano n’est produit que sur l’île de Murano. Chaque pièce est unique. Le verre de Murano se reconnaît à ses petites imperfections qui peuvent être par exemple des bulles d’air introduites lors du soufflage du verre. Le verre de Murano n’est jamais totalement clair. L’objet soufflé a toujours une petite cicatrice laissée par le maître verrier lorsqu’il sépare l’objet de sa tige en fer. Cette marque se trouve au bas d’une oeuvre d’art soufflée à la main.

Carnet de route du verre de Murano

  • Y aller: De Venise, prendre le vaporetto 4.1, 4.2 ou 12 à la station Fondamenta Nove. Il y a 7 stations à Murano: Collona, Faro, Navagero, Museo, Da Mula, Venier, Serenella mais comme l’île est petite (1km2), on peut facilement tout faire à pied.
  • Museo del Vetro: le Musée de Verre de Murano est installé dans le Palazzo Giustiniani. Il retrace l’histoire de la verrerie depuis l’époque égyptienne jusqu’à nos jours. La collection est enrichie par les artistes locaux. https://museovetro.visitmuve.it/
  • Visiter un atelier de verrerie: Il n’est pas facile de visiter un atelier. Souvent, les touristes sont invités à assister dans un magasin à la fabrication d’un cheval cabré. Mais les véritables ateliers des maîtres verriers se trouvent dans des entrepôts situés en dehors des circuits touristiques. L’atelier qui m’a ouvert ses portes est Salvadore, Fondamenta Da Mula 148 à Murano.
  • Le vrai verre de Murano: Le verre de Murano n’est pas une marque. C’est un lieu d’origine et les plus belles pièces sont pourvues d’une signature du maître verrier et du certificat d’origine. La marque ‘Vetro Artistico Murano’ certifie que les produits sont fabriqués sur l’île de Murano. https://www.muranoglass.com/
  • Acheter sur Internet: On ne peut pas toujours se rendre à Murano ou à Venise pour acheter une pièce en verre de Murano. Catalogue en ligne: Murano Glass Italy https://www.muranoglassitaly.com//fr/

Rendez-vous dans la rubrique Voyages, Belgique, pour découvrir mon reportage sur la Cristallerie du Val Saint-Lambert, dans la rubrique Voyages, Europe du Sud, pour découvrir mes reportages sur les îles de Murano, Burano et Torcello, un Week-end à Venise, la Place Saint-Marc à Venise, les Peintres de Venise, le Carnaval de Venise, Pise, les Jardins et Villas de Ligurie, les Jardins et Villas de Lucques en Toscane, les Villages perchés de l‘Istrie en Croatie, la Riviera de l’Istrie et du Kvarner ou cliquez sur les liens.

 

 

Pin It on Pinterest