20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Balade dans le Kirstenbosch National Botanical Garden, au pied de la Table Mountain à Cape Town. Un jardin emblématique d’Afrique du Sud.

Kirstenbosch National Botanical Garden

Le Kirstenbosch s’étend sur 532 hectares sur le flanc oriental de la Table Mountain, à Cape Town. C’est l’un des jardins botaniques les plus renommés au monde grâce à ses collections et sa situation exceptionnelle. Il est géré par le South African National Biodiversity Institute (Sanbi).

Kirstenbosch

Le climat est méditerranéen avec un été long, chaud et sec, de novembre à mars, un hiver pluvieux, de juin à août et des vents parfois violents. La température hivernale descend rarement la nuit en dessous de 8°C et monte le jour en été jusqu’à 25°C.

Kirstenbosch
Kirstenbosch
Kirstenbosch
Kirstenbosch

Les chasseurs de plantes

Plus de 20.000 espèces de végétaux s’épanouissent en Afrique australe, soit 5% de la flore mondiale estimée à près de 400.000 espèces. On trouve à l’état sauvage des dizaines de fleurs cultivées chez nous comme plante annuelle, de balcon, d’orangerie ou de fleuriste, pelargonium, glaïeul, amaryllis, freesia, kniphofia, leucospermum, eucomis, protea, strelitzia et agapanthe.

Kirstenbosch

Ces fleurs ont été ramenées par les chasseurs de plantes à partir du 16e siècle pour enrichir les serres des jardins botaniques d’Europe.

Kirstenbosch
Kirstenbosch
Kirstenbosch

Les explorateurs hollandais

En 1605, Charles de L’Ecluse dessine un Protea neriifolia collecté au Cap de Bonne Espérance en 1597. Charles de L’Ecluse dirige alors le jardin botanique de Leyde. En 1624, le missionnaire Justus Heurnius en route vers Batavia fait halte sur la côte et récolte quelques plantes sauvages.

Kirstenbosch

En 1672, Paul Hermann est engagé comme médecin par la Compagnie des Indes orientales. En route vers Ceylan, il s’arrête au Cap et constitue un herbier des plantes indigènes. A son retour, il introduit au Jardin botanique de Leyde un grand nombre de plantes originaires d’Inde et d’Afrique du Sud.

Jan van Riebeeck
William Burchell
Charles de L'Ecluse
Carl Peter Thunberg

En haut Jan van Riebeeck et Charles de L’Ecluse, en bas William Burchell et Carl Peter Thunberg.

Les botanistes anglais et suédois

Les plantes sud-africaines sont de plus en plus prisées dans l’hémisphère Nord. Francis Masson est envoyé au Cap en 1772 par Joseph Banks, alors directeur des Kew Gardens à Londres, pour y récolter des plantes destinées à enrichir ses collections. Masson introduit 400 nouvelles espèces, Pelargonium, Erica, Cineraria, Ixia, Strelitzia reginae. La même année, Anders Sparrman et Carl Peter Thunberg complètent encore les collections végétales. En 1811, le naturaliste William Burchell découvre lui aussi la richesse botanique, géologique et zoologique du Cap. Ses rapports sont toujours aussi pertinents deux siècles plus tard.

Kirstenbosch

Une haie d’amandiers sauvages

Revenons au Kirstenbosch. Protégée comme monument national, une haie d’amandiers sauvages, Brabejum stellatifolium, est la plus ancienne plantation du parc. Elle date de 1652, à l’arrivée des premiers colons hollandais envoyés au Cap par la Compagnie des Indes orientales. Le gouverneur Jan van Riebeeck dresse un fort et aménage un vaste potager, le Company’s Garden, pour approvisionner en produits frais les navires naviguant vers les Indes. Il entoure les parcelles de culture d’une haie impénétrable d’amandiers pour éloigner la population pastorale Khoikhoi qui vivait dans la région depuis 2000 ans.

Kirstenbosch

L’Allée des Camphriers de Cecil Rhodes

A la fin du 19e siècle, Kirstenbosch est encore un domaine sauvage avec de vieux vergers, quelques vignes, des forêts où l’on coupe du bois de chauffage et où on récolte des glands. Il y a des fermes où on élève des milliers de porcs. En 1895, Cecil John Rhodes rachète une ferme de 130 hectares pour sauver le site de l’urbanisation croissante du Cap. L’Allée des Camphriers, Cinnamomum camphora, également connue sous le nom de Rhodes Drive, est plantée en 1898 en l’honneur de la reine Victoria. Rhodes meurt en 1902 en léguant Kirstenbosch à l’Etat Sud africain.

Cecil Rhodes
Harold Pearson

Cecil John Rhodes et Harold Pearson

La naissance du jardin botanique

Le professeur Harold Pearson est botaniste à l’Université de Cambridge puis de Cape Town. Il est nommé en février 1913 directeur du nouveau jardin botanique de Kirstenbosch. Il est assisté par un curateur, J.W. Mathews. Il n’y a pas d’argent et la tâche est immense. La mission est de conserver et promouvoir la flore d’Afrique du Sud. C’est le premier jardin botanique au monde à préserver sa flore nationale.

Kirstenbosch

Pearson plante une collection de 400 cycas, Encephalartos, dans ce qui est connu aujourd’hui comme The Dell. Il meurt cinq ans plus tard et est enterré dans le jardin, au pied d’un cèdre de l’Atlas, Cedrus atlantica ‘Glauca’, offert par le jardin botanique de Kew. Son épitaphe est «Si vous cherchez son monument, regardez autour de vous.»

Kirstenbosch

Au pied de la Table Mountain

Le jardin botanique de style paysager s’étend sur une quarantaine d’hectares au pied de la réserve naturelle. L’utilisation de la pierre locale de la Table Mountain a été prédominante dans l’aménagement des rocailles, des pavements et des chemins en gravier.

Kirstenbosch

Les parterres mettent magistralement en valeur 8500 espèces végétales originaires d’Afrique australe. On y retrouve le Strelitzia reginae, ou oiseau-de-paris, emblème du jardin. Puis, les parterres laissent imperceptiblement place à la végétation naturelle du fynbos et aux forêts primaires de cycas et de yellowwood, Podocarpus falcatus, qui ombragent les versants orientaux de la montagne.

Kirstenbosch
Kirstenbosch
Kirstenbosch
Kirstenbosch

The Dell

C’est la partie la plus ancienne du jardin. L’amphithéâtre de cycas, Encephalartos, a été planté par le premier directeur du parc, Harold Pearson. Il rassemble une impressionnante collection des plantes rares et menacées, de véritables fossiles vivants. Son centre est animé par le Bain du Colonel Bird, aménagé cent ans plus tôt par un ancien propriétaire du domaine. Pavée et entourée de fougères arborescentes, Diksonia antartica, cette zone ombragée est l’une des plus visitées du Kirstenbosch.

Kirstenbosch

La serre conservatoire

Une vaste serre accueille des plantes qui ne supportent pas le climat du Cap. Les végétaux viennent de différentes zones d’Afrique australe depuis les pics enneigés du Drakensberg jusqu’au zones désertiques et arides du Namib, du Namaqualand ou du Karoo. Aloes, euphorbes, pachypodium, crassula voisinent avec les plantes alpines, les plantes cailloux et autres plantes succulentes.

Kirstenbosch
Kirstenbosch
Kirstenbosch
Kirstenbosch

Fynbos Walk

La partie la plus haute du parc offre une vue magnifique sur la ville du parc. C’est ici que se trouve la promenade du Fynbos. Cette végétation typique du sud-ouest de l’Afrique du Sud se caractérise par des plantes buissonnantes qui ressemblent beaucoup au maquis méditerranéen.

Kirstenbosch

On y retrouve les proteacées, éricacées et restionacées. Près de 300 espèces sont endémiques.

Kirstenbosch

La passerelle Canopy

Le site abrite aussi un jardin des senteurs surélevé afin d’apprécier le parfum des plantes, ainsi qu’un sentier pour malvoyants, une rocaille d’euphorbes et d’Aloe, une colline plantée de perlargoniums, un jardin de sculptures et une section réservée aux plantes utilisées par les guérisseurs. Ondulant comme un serpent, une passerelle en bois et acier se déploie sur 130 mètres au niveau de la canopée, à 12 mètres du sol, offrant au visiteur une vue imprenable sur le jardin et la montagne.

Kirstenbosch

Lorsque l’on visite le Kirstenbosch un dimanche en été, les pelouses sont envahies de Capetoniens qui s’y donnent rendez-vous pour pique niquer et assister à des concerts en plein air.

Kirstenbosch

Carnet de route

Kirstenbosh National Botanical Garden, Le Cap, Afrique du Sud. L’entrée principale se trouve en dessous du parc sur Rhodes Drive. 1km plus haut sur la même route, une seconde entrée donne un accès direct au Restio, la promenade du Fynbos, Protea et Erica gardens. Le jardin botanique accueille 750.000 visiteurs par an. A visiter de préférence durant le printemps austral, d’octobre à décembre. Café, restaurant, boutique, librairie, garden center. Concerts en plein air le dimanche durant l’été austral, de novembre à mars. La ligne bleue du bus City Sightseeing Tours s’arrête à l’entrée du parc. www.sanbi.org/gardens/kirstenbosch

Crédit photos Agnès Pirlot et Sanbi South African National Biodiversity Kirstenbosch National Botanical Garden

Pour découvrir Cape Town rendez-vous dans la rubrique Voyages, Afrique, et le Company’s Garden, la rubrique Jardins, Afrique, ou cliquez sur les liens.

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Facebook
Twitter
Pinterest