20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Le plus grand danger qui guette les touristes en Afrique du Sud, c’est de passer à côté de Johannesburg. Inspirante, terriblement attachante, cette ville en pleine mutation est l’incarnation même du mot «liberté».

E’Goli, la ville de l’or

Située dans le Gauteng, l’ancienne république boer du Transvaal, Johannesburg est née du néant. Sans même un fleuve ou une rivière pour expliquer son existence sur le veld (la savane en afrikaans).

En 1886, un fermier labourait ses entrailles lorsqu’il a découvert une pépite d’or. Depuis, des millions de migrants ont afflué du monde entier à E’Goli, la ville de l’or de son nom zoulou, pour bâtir une vie meilleure et pour lui arracher tout ce qu’elle avait à offrir.

La ségrégation mise en place à Johannesburg provoqua l’apparition d’immenses bidonvilles à partir des années 30. Officialisé dans les années 1960, le régime de l’apartheid ne pris fin qu’en 1994 avec les premières élections démocratiques. Une classe moyenne noire aisée a surgi des cendres de l’apartheid mais le fossé entre les riches et les pauvres reste profond et il semble difficile de réconcilier les quartiers prospères avec les vastes townships.

Johannesburg

Sandton, le quartier d’affaires

Le Gautrain file à toute vitesse. Ce train ultra moderne relie l’aéroport international de Tambo au centre de Johannesburg, avec un arrêt à Sandton, le quartier d’affaires au nord de la ville. Je vais retrouver ma fille qui s’est installée ici avec son mari et ses enfants, dans l’un de ces quartiers résidentiels ultra sécurisés qui fleurissent autour de la ville.

On se croirait à Miami, les rues sont larges, bordées de jacarandas, des arbres qui se couvrent de fleurs bleues en octobre. Les belles maisons sont entourées de hauts murs, de fils barbelés et de caméras. Ce sont des prisons dorées. Le quartier semble paisible, mais on évite toutefois de s’y balader à pied. C’est en gros 4×4 que Sophie conduit ses enfants au lycée français ou qu’elle se rend avec ses copines dans les grands centres commerciaux de Rosebank ou de Sandton City, près du Nelson Madela Square, où l’on trouve plein de terrasses et de restos sympa.

Johannesburg
Joghannesburg
Johannesburg
Johannesburg

Balade dans le bus rouge

Pour découvrir le coeur vibrant de Johannesburg, que l’on surnomme familièrement Joburg ou Jozi, rien ne vaut une excursion dans le bus rouge CitySightseeing. Il vous dépose devant les musées, dans tous les quatiers trendy et vous conduit même jusqu’à Soweto.

Autrefois ville fantôme squattée par des dizaines d’immigrés illégaux, le centre de CBD (Central Business District) dégage aujourd’hui une incroyable énergie et joie de vivre! Les bâtiments Art Déco de l’époque coloniale, comme l’ancienne poste et l’hôtel de ville sont transformés en salle de concert et les gratte-ciel sont peu à peu réhabilités en résidences d’artistes, en galeries d’art ou en loft avec vue imprenable sur l’immensité de la ville.

Pour prendre de la hauteur, je grimpe en quelques secondes jusqu’au 50e étage de la tour Carlton sur le Top of Africa où j’ai une vue époustouflante sur la ville et sur les anciens puits de mine et de gisements épuisés à l’horizon.

Le plan en damier de la ville délimite des quartiers vivants envahis par des milliers de vendeurs ambulants, des coiffeurs, de minuscules quincailleries et des échoppes d’art africain aussi kitsch que bon marché.

Johannesburg
Johannesburg
Johannesburg

Sur les traces de Mandela

Pour appréhender le passé historique et politique de l’Afrique du Sud, une visite à l’Apartheid Museum s’avère indispensable. Illustré d’innombrables photographies et d’archives sonores, le musée retrace l’histoire de la ségrégation en Afrique du Sud, ainsi que la lutte pour la démocratie. Il faut bien y consacrer deux heures et le faire si possible avec un guide.

Plus loin, le bus rouge me dépose à Constitution Hill qui fut le premier quartier habité par des Noirs et des Blancs. Le complexe s’organise autour de la Cour constitutionnelle sud-africaine, un lieu de mémoire où la flamme de la démocratie brûle en permanence.

La visite de l’Old Fort est particulièrement impressionnante. Construit par le président Boer Paul Kruger à partir de 1896 pour stopper les anglais, le fort fut transformé en prison. Sous l’apartheid, elle devint tristement célèbre avec la détention d’importants leaders politiques tels que Mahatma Gandhi et Nelson Mandela.

Si l’on a le temps, il faut aussi visiter le Liliesleaf Farm dans le quartier de Rivonia, une banlieue nord de Johannesburg. Cette ancienne maison bourgeoise fut le quartier général secret de l’African National Congress (ANC) durant les années 60 et servit de planque à Mandela et aux opposants de l’apartheid.

 

Johannesburg
Johannesburg
Johannesburg
Johannesburg

Les quartiers trendy de Jozi

Certains quartiers du coeur de Johannesburg ont fait l’objet d’un vaste programme de rénovation. Avec ses rues bohèmes, ses théâtres et ses musées, le quartier culturel de Newtown donne un aperçu du nouveau Jozi. L’enclave de Maboneng présente une facette artistique de la ville avec des initiatives très originales comme des cours de yoga ou de salsa éphémères sur un roof top et un marché, Arts on Main, qui attire les hipsters de toute la ville.

Je me balade sans souci dans le quartier de Braamfontein qui accueille les bars de jazz et espaces culturels les plus branchés. Ne pas rater le Neighbourgoods Saturday Market dans un ancien parking qui se transforme en un marché trendy où l’on croise des blacks ultra lookés.

Sophie et ses amies m’emmènent à Melville, banlieue fière de sa grande mixité, avec des rues tranquilles, de bons restos et de nombreux bars. Un peu plus loin, 44 Stanley Avenue, est un endroit branché qui rassemble full boutiques de designers. Plus au nord, Parkhurst fait penser à une petite ville américaine. On s’y promène sans stress, pour un café, un brunch du dimanche matin et les terrasses sont prises d’assaut durant les soirées d’été.

Johannesburg
Johannesburg
Johannesburg
Johannesburg
Johannesburg
Johannesburg

Soweto s’embourgeoise

Acronyme de South Western Townships, Soweto est devenu synonyme de fierté et de prestige social. Longtemps considéré comme un lieu infréquentable et dangereux, le quartier s’embourgeoise sans perdre son âme et les touristes à pied, à vélo ou en voiture avec un guide, rencontrent une population accueillante.

Nous le visitons en compagnie d’un jeune guide zoulou qui y habite depuis son enfance. Ici aussi, il y a différents quartiers avec des riches et des pauvres, des baraquements en tôle ondulée et de coquettes maisons avec de jolis jardins.

Notre guide nous emmène au pied des Orlando Towers où l’on peut faire un saut en élastique! Plus loin, on monte la paisible Vilakazi Street, seule rue au monde qui a accueilli les maisons de deux Prix Nobel de la Paix, le président Nelson Mandela et l’archevêque Desmond Tutu. La visite de la Maison de Mandela vaut vraiment la peine, tout comme l’Hector Pieterson Museum et le Walter Sisulu Square où a été élaborée la célèbre Freedom Charter, texte fondateur de la lutte anti-apartheid et pierre angulaire de l’actuelle constitution sud-africaine.

Nous visitons enfin un centre d’accueil pour les enfants des rues ‘Little Rose’  avec une crèche, une école et un orphelinat. Un tout beau projet!  (http://littlerosedraft.squarespace.com)

Soweto
Soweto
Soweto
Soweto
Soweto
Soweto
Soweto
Soweto
Soweto

Même pas peur…

Dans la ville, 80% des agressions ont lieu dans les quartiers pauvres et dans les townships. Si les rues commerçantes et animées de Joburg sont fréquentables le jour, en revanche, de nombreux quartiers de CBD présentent encore des problèmes de sécurité. Chaque quartier possède son identité propre et il est souvent risqué de tenter de rallier un quartier depuis un autre à pied. Et il est exclu de s’y promener la nuit.

En pleine journée, il est tout à fait possible de visiter une zone de façon autonome en respectant des mesures élémentaires de sécurité, à savoir rester dans les quartiers animés (rues commerçantes, places publiques, musées…), éviter de se promener avec son Iphone à la main, de porter des bijoux voyants et de rouler la nuit si on ne connaît pas son chemin.

Johannesburg

Carnet de route

– Organiser son voyage: Sophie (c’est ma fille) vit depuis 4 ans à Joburg. Elle a rassemblé plein de conseils et de bonnes adresses pour un voyage en Afrique australe dans son blog Poesy by Sophie  www.poesybysophie.com 

– Y aller: Choisissez de préférence un vol de nuit à partir de Paris, Zurich, Frankfort, Londres, Amsterdam, Madrid… jusqu’à O.R. Tambo Airport. Vous monterez ensuite dans le Gautrain qui relie l’aéroport au centre ville. Confortable et bon marché, ce train à grande vitesse est parfaitement sécurisé. www.gautrain.co.za

– Quand venir: les saisons sont inversées mais il fait superbe toute l’année! De mai à septembre, c’est l’hiver et il fait de 15 à 25° sous un ciel bleu azur. De décembre à mars, c’est l’été avec plus de chaleur, jusqu’à 30°, mais avec des orages fréquents.

– Se déplacer dans la ville: le meilleur moyen pour visiter la ville est le bus rouge à étages où vous pouvez bronzer tout en écoutant l’audio-guide.  Il démarre au Park Station et passe toutes les trente minutes à chaque stop. www.citysightseeing.co.za.

– Où loger:

– Saveurs australes: le braai (barbecue) est une institution en Afrique du Sud. On y grille toutes les viandes mais surtout le filet de boeuf qui est fondant à souhait. Et pour calmer une petite faim ou l’apéro, rien de tel que le biltong, des lanières de boeuf, d’autruche ou de gibier marinéeset séchées.

– Jardin botanique: dans la banlieue de Johannesburg, rendez-vous dans le Walter Sisulu National Botanical Garden, une toute belle promenade. https://laterreestunjardin.com/jardin-botanique-walter-sisulu/ et  http://www.sanbi.org/gardens/walter-sisulu/

– Marchés et cuisine africaine: African Craft Market à Rosebank, facilement accessible, avec de belles pièces d’artisanat sud-africain ou le Mai Mai Market près de Maboneng, presque entièrement consacré à la médecine traditionnelle africaine mais déconseillé d’y aller seul.

– Safari: à la rencontre des Big Five

http://www.joburg.org.za  www.johannesburg.inyourpocket.com

Reportage publié dans Femmes d’Aujourd’hui 2015 (www.femmesdaujourdhui.be)

Pour visiter le Walter Sisulu National Botanical Garden à Johannesburg, rendez-vous dans la rubrique Jardins, Afrique, et pour découvrir Le Cap, de la Table Mountain au Cap de Bonne Espérance, rendez-vous dans la rubrique Voyages, Afrique ou cliquez sur le lien

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Facebook
Twitter
Pinterest