20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Le Jardin des Plantes de Nantes attire chaque année plus de deux millions de visiteurs. Balade dans un jardin botanique qui joint l’utile à l’agréable.

 

Le jardin des apothicaires

L’histoire du Jardin des Plantes de Nantes épouse celle de la cité maritime m’explique Romaric Perrocheau, le directeur du jardin botanique. En 1688, Louis XIV autorise les apothicaires de la ville à créer un jardin botanique sur un terrain situé au-delà des fossés de la ville, près de la Motte Saint-Nicolas. Les plantes y sont classées selon la méthode de Joseph Pitton de Tournefort, précurseur de Linné.

Jardin des Plantes de Nantes
Jardin des Plantes de Nantes
Jardin des Plantes de Nantes
Jardin des Plantes de Nantes

Un jardin royal au 18e siècle

Reconnu comme Jardin Royal en 1726, le Jardin des apothicaires accueille toutes les graines et plantes exotiques ramenées des colonies d’outre-mer. Acclimatées, «réconfortées et consolidées» dans le jardin de Nantes, elles sont ensuite acheminées vers la capitale. Par réciprocité, le Jardin des Plantes de Paris participe à l’enrichissement des collections nantaises.

Magnolia soulangeana White Geant

Magnolia soulangeana ‘White Geant’

Collection nationale de Magnolia

Revenant d’une expédition aux Amériques en 1711, le voilier Saint-Michel rapporte à son bord un jeune Magnolia grandiflora d’abord identifié comme ‘laurier-tulipier’. Passionné de botanique, René Darquistade est l’armateur du navire. Il fait fi des instructions du roi qui veulent que chaque nouvelle plante intègre d’abord le jardin botanique royal. Le Magnolia grandiflora est débarqué discrètement et on l’installe dans son château de la Mallardière, au sud de Nantes. Le Magnolia végète pendant une vingtaine d’années dans l’orangerie avant d’être plantée en plein air près des dépendances du château. Le sujet revit et fleurit abondamment. L’arbre est multiplié par des marcottes aériennes et planté, de parcs en jardins, affirmant la notoriété botanique de Nantes qui accueille aujourd’hui la collection nationale française de Magnolia (CCVS). (voir mon reportage sur le Magnolia)

Magnolia campbelii mollicomata Lanarth
Magnolia grandiflora
Magnolia campbellii Alba
Magnolia Vulcan

En haut, Magnolia campbellii mollicomata ‘Lanarth’ et Magnolia campbellii ‘Alba’, en bas Magnolia grandiflora et Magnolia ‘Vulcan’

Près du lycée Clémenceau

Le Jardin des apothicaires étant devenu trop petit pour accueillir toutes les plantes venant des colonies, un nouvel emplacement est trouvé en 1793 dans le potager du couvent des Ursulines. Le directeur du jardin, François Lemeignen, est secondé par l’apothicaire botaniste Jean-Alexandre Hectot qui prend sa succession en 1803. Le Jardin des Plantes actuel ne trouve son emplacement définitif qu’en 1806, dans un enclos voisin du lycée Clémenceau.

Jardin des Plantes de Nantes

Le magnolia d’Hectot

Le plan du jardin est confié à l’architecte Ogée. Le tracé général est régulier, avec de larges allées et des plates-bandes parallèles entourant un bassin central circulaire. Hectot plante en 1806 un superbe Magnolia grandiflora de vingt pieds de haut qui proviendrait d’une marcotte prélevée à la Maillardière. L’actuel magnolia d’Hectot est un remplaçant. Cet arbre vénérable, manifestement plus que centenaire, est le plus gros sujet de la région et le doyen du jardin.

Camellia japonica Zoraide Vanzi

Camellia japonica ‘Zoraide Vanzi’

Les camélias de Monsieur Favre

L’introduction en Europe du camélia débute probablement en 1550 au Portugal et en Espagne. Mais c’est en Angleterre qu’il sera cultivé pour la première fois en 1739. En France, Joséphine de Beauharnais le fait planter à la Malmaison en 1783 et le met à la mode. C’est à Gand que Ferdinand Favre, futur maire de Nantes, découvre le camélia. En 1806, il fait venir à grand frais les premières graines d’Angleterre. Il les sème et obtient sept mille plants dans sa propriété située près de Sorinières.

Camellia japonica Ville de Nantes
Camellia japonica Gloire de Nantes
Camellia japonica Comte de Gomer
Camellia japonica Beauté de Nantes

En haut, Camellia japonica et Camellia japonica ‘Comte de Gomer’, en bas Camellia japonica ‘Gloire de Nantes’ et Camellia japonica ‘Beauté de Nantes’

Collection nationale de Camellia

A Paris, le camélia est cultivé en serre, mais Favre pense que le climat nantais sera propice au développement de la plante en plein air et en pleine terre. Durant quarante ans, Favre cultive et distribue ses cultivars à ses amis et pépiniéristes. Grâce aux chemins de fer, les fleurs de Camellia nobilissima, cueillies le matin à Nantes, sont façonnées en boutonnières et acheminées le soir même à Paris pour la sortie des théâtres. La collection de camélias initiée par Ferdinand Favre rassemble aujourd’hui six cents cultivars plantés sur le pourtour de la partie paysagère. Elle est unique en France avec 170 variétés anciennes à l’est et 400 nouvelles à l’ouest.. On compte aujourd’hui à Nantes 1200 variétés de camélias réparties sur cinq sites. L’ensemble est reconnu collection nationale française de Camellia horticoles (CCVS). (voir mon reportage sur le Camellia)

Jardin des Plantes de Nantes

Des plantes exotiques

En 1839, Jean-Marie Ecorchard est nommé directeur du jardin. Il enrichit les collections de Magnolia grandiflora, Magnolia denudata, de Camellia japonica ‘Nannetensis et ‘Governor Mouton’. Des plantes exotiques arrivent des îles Bourbon, de Pointe-à-Pitre et des Indes. Grâce à la serre chaude construite en 1845, Ecorchard produit de beaux régimes de bananes et des caféiers chargés de fruits.

Picea omorica
Jardin des Plantes de Nantes
Jardin des plantes de Nantes
Jardin des Plantes de Nantes

La montagne d’Ecorchard

En 1846, Ecorchard entreprend la création d’une butte artificielle. Ce promontoire permettra au visiteur de découvrir le panorama de la vallée de la Loire. Enterré au sommet du monticule, un dispositif hydraulique sert à alimenter deux cascades. Très ingénieuse, cette fontaine fonctionne par un simple jeu de siphons s’amorçant automatiquement. Le système est si fiable qu’il fonctionne parfaitement depuis plus d’un siècle.

Jardin des Plantes de Nantes

Un parc paysager à l’anglaise

Inspiré par les Jardins de Kew près de Londres et de Meise en Belgique, le parc de style paysager est l’oeuvre d’Ecorchard. Dans la partie haute du Jardin des Plantes de Nantes se dresse une petite maison, la porterie, construite dans le style pittoresque du milieu du XIXème siècle. Des grottes, des ponts, des plans d’eau, des statues et des rocailles agrémentent le parcours du parc qui est ouvert au public. Une rivière est aménagée, bordée d’îlots tapissés de plantes marécageuses.

Jardin des Plantes de Nantes

Les pépiniéristes locaux et angevins enrichissent le jardin de nombreuses plantes. On est étonné par la diversité de leurs catalogues: Pinus monticola, Quercus mongolica, Quercus glauca, Podocarpuss subsp., Taxodium distichum ‘Fastigiatum, Ilex paraguariensis, etc. L’engouement des Nantais pour leur jardin est tel qu’il faut élargir les allées, multiplier les bancs et créer des salles de verdure pour écouter les concerts, fanfares et orphéons. A quelques modifications près, le parc a conservé l’apparence que son directeur Jean-Marie Ecorchard lui a donné au XIXème siècle. Si la partie haute du jardin où est installé l’école de botanique a conservé un peu du tracé à la française, la partie basse est résolument paysagère.

Jardin des Plantes de Nantes

«Charmant arboretum»

La Société botanique de France qui visite le jardin en 1861 en donne une description détaillée. «Le Jardin des Plantes de Nantes, qui ne paraît être, à première vue, qu’un jardin paysager dessiné à l’anglaise, est en réalité un charmant arboretum où les arbres, les arbustes et beaucoup de plantes herbacées d’ornement, au lieu d’être plantés en lignes droites et monotones, comme cela se pratique habituellement dans les jardins-écoles, sont disposés d’après leurs affinités naturelles, en groupes isolés, souvent fort élégants, et bien plus propres à donner à l’artiste ou à l’amateur une idée vraie de la physionomie des végétaux que s’ils étaient alignés au cordeau.»

Liriodendron tulipifera

Liriodendron tulipifera

La douceur du climat nantais

Bénéficiant d’un des meilleurs climats de France, les collections végétales du Jardin des Plantes de Nantes sont particulièrement remarquables. Si les tulipiers de Virginie, Liriodendron tulipifera, ont remplacé dans la superbe allée qui traverse le jardin les magnolias à grandes fleurs, Magnolia grandiflora, ces derniers sont toujours à l’honneur puisqu’on en dénombre deux cents qui forment le pourtour du jardin. Le doyen du parc est le magnolia d’Hectot, planté au centre du jardin, et le plus gros est un Magnolia ferruginea qui affiche une circonférence de tronc de 2,10 mètres.

Metasequoia glyptostroboides

Metasequoia glyptostroboides

Planté en 1955, un Metasequoia glyptostroboides est sans doute l’un des premiers introduits en France. Cette espèce semblait éteinte et connue uniquement à l’état fossile jusqu’à ce qu’on le redécouvre dans une vallée de Chine occidentale en 1941. L’arbre mesure plus de vingt mètres de haut, ce qui donne une idée de la rapidité de sa croissance. On remarque aussi un cyprès chauve, Taxodium distichum, des Platanus hispanica, un Aesculus hyppocastanum, un Sequoia sempervirens et un Sequoiadendron giganteum, tous plus que centenaires.

Jardin des Plantes de Nantes

Wollemia nobilis

Il y a également un bel exemplaire de Wollemia nobilis. Ce jeune arbre issu de parents sauvages a été planté en 2009 et participe au réseau de plan de sauvegarde de cette espèce. Cet arbre très ancien a été découvert dans le parc national Wollemi en Australie en 1994. Il ne reste qu’une centaine de sujets dans la nature dont les plus vieux exemplaires pourraient avoir plus de mille ans.  (voir mon reportage sur le Pin Wollemi)

Jardin des Plantes de Nantes

Les collections des serres

Avec sept hectares de verdure en plein centre ville, plus de dix mille espèces vivantes et plus de 50.000 fleurs plantées chaque saison, le Jardin des Plantes de Nantes figure aujourd’hui parmi les quatre grands jardins botaniques de France. En 150 ans, les collections se sont enrichies et spécialisées. Le Jardin des Plantes dispose de 800 mètres carrés de serres.

Jardin des Plantes de Nantes

Construit en 1895, le Palmarium a longtemps accueilli des espèces tropicales. Depuis une trentaine d’années, il est devenu un véritable laboratoire consacré à l’écologie tropicale où sont cultivés des plantes épiphytes, des lianes et un remarquable specimen d’Amorphophallus titanum, ou l’Arum titan. (voir mon reportage sur l’Arum titan)

Amorphophallus titanum

Arum titan, Amorphophallus titanum

La Serre des Canaries accueille des plantes endémiques des Canaries et du Pérou. C’est dans la Serre des milieux arides que l’on découvre une impressionnante collection de cactées. On peut y admirer un Welwitschia mirabilis, une plante rarissime qui pousse au milieu du désert de Namibie, l’un des plus arides au monde. La Serre tropicale d’exposition permet de découvrir un échantillonnage de l’ensemble des collections sous serre du Jardin des Plantes et des serres d’agronomie tropicale du site du Grand Blottereau.

Jardin des Plantes de Nantes
Lithops terricolor
Welwitschia mirabilis
Jardin des Plantes de Nantes

En haut à droite, Lithops terricolor et en bas à gauche Welwitshia mirabilis

Une tourbière de plantes carnivores

Le jardin abrite l’école de botanique dédiée à la flore du Massif armoricain et aux plantes médicinales et toxiques. Elle perpétue la tradition de cette science déjà enseignée au Jardin des apothicaires au XVIIème siècle. Une vaste tourbière de plantes carnivores d’origine locale et américaine a été installée dans le haut du parc. Elle se prolonge par le jardin des plantes de la lande armoricaine, typique de la Loire atlantique et de Bretagne. (voir mon reportage sur les plantes carnivores

Plantes carnivores
Plantes carnivores
Plantes carnivores
Plante carnivore

Un jardin à vocation scientifique

Aujourd’hui encore, l’histoire et la recherche botanique passent par le Jardin des Plantes de Nantes. Priorité est donnée à la qualité et à l’origine des dix mille espèces du parc. Le jardin botanique n’enrichit ses collections qu’à partir de graines certifiées, provenant d’autres jardins botaniques. Le travail de culture de la graine à la plante adulte monopolise l’essentiel du travail des jardiniers. En retour, le Jardin de Nantes envoie huit mille sachets de graines et semences dans les autres jardins botaniques du monde. Les herborisations sont également l’occasion de récolter des semences dans la nature qui servent à l’enrichissement de l’Index Seminum, le catalogue de graines transmis aux jardins botaniques du monde entier.

Jardin botanique de Nantes

Jardin des Plantes de Nantes

Le Jardin des Plantes de Nantes est une référence pour sa collection de camélias et de magnolias, sa culture de plantes épiphytes en milieu semi-naturel et pour son souci permanent de réintroduction d’espèces rares. Le jardin botanique organise des ateliers pédagogiques et des cours de botanique sur un cycle de deux ans. Ouvert toute l’année, entrée libre. Le jardin est accessible aux personnes à mobilité réduite. Accès par la rue Ecorchard, face à la gare SNCF. Il est conseillé du fait de la pente naturelle du jardin de commencer la visite à partir de l’entrée située rue Sophie Trébuchet. Visites guidées gratuites, visites nocturnes de serres, cours de botanique, salon de thé dans le haut du jardin. www.nantes.fr/jardin-des-plantes et www.nantes-tourisme.com et www.jardins.nantes.fr

Docteur Ecorchard
Jardin des Plantes de Nantes

Crédit photos Agnès Pirlot et Ville de Nantes

Reportage publié en 2019 dans Eden (www.edenmagazine.be)

Rendez-vous dans la rubrique Voyages, Europe, pour découvrir mes reportages sur un Week-end à Nantes et la Vendée de Nantes à La Rochelle, et dans la rubrique Jardins, France Ouest, le Jardin de William Christie au sud de la Vendée, et dans la rubrique Végétaux, les Magnolia, Camellia, Pin Wollemi, l’Arum titan et les Plantes carnivores ou cliquez sur les liens.

Jardin botanique de Nantes

 

Pin It on Pinterest