20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Les jardins du Zoute sont parmi les plus beaux de Belgique. Découverte en compagnie de Dominique Eeman, architecte paysagiste qui fait pousser des oasis dans du sable.

Sur la côte belge

Le Zoute est le paradis des jardins et des paysagistes. Ce n’est pas Dominique Eeman qui me dira le contraire. Cet architecte de jardin exerce aussi ses talents dans le Nord de la France, aux Pays-Bas, à Bruxelles, Genève et Marrakech. En quête permanente de symbiose entre habitation et jardin, il joue à la fois d’effets visuels et de sobriété. En vingt cinq ans, il a réalisé plus d’une centaine de projets sur la côte belge. «Je connais le Zoute comme ma poche. Mes grands-parents avaient une villa à la côte, non loin du Zwin. J’ai passé mes vacances à faire du vélo dans les sentiers bordés de saules têtards et de pins sylvestres. On ne se rend pas compte comme le Zoute est vallonné!»

Jardins du Zoute
Jardins du Zoute
Jardins du Zoute
Jardins du Zoute

Jardins sur les dunes

A quelques exceptions près, les jardins de la côte belge sont de petite taille, ne dépassant guère une quinzaine d’ares. Installés sur d’anciennes dunes, ils en épousent le plus souvent le vallonnement, ce qui leur confère un peu de mystère et les fait paraître plus grands qu’ils ne le sont en réalité. «Malgré la demande légitime des propriétaires de fermer leur propriété aux regards des passants et de se protéger des voisins, on ménage quelques échappées pour aérer le jardin et lui donner une certaine transparence à partir de la rue et des sentiers. Pour conserver l’atmosphère typique du bord de mer, je veille à réintégrer certains éléments qui sont en train de disparaître dans les jardins du Zoute, comme le saule têtard, la haie de Ligustrum ou la bande de gazon devant le pavement d’accès du portail d’entrée vers la maison, comme cela se faisait dans le temps.»

Jardins du Zoute

Du sable, du sel et du vent

Les plantations doivent s’adapter à des conditions de vie un peu particulières. Le sous-sol est souvent composé uniquement de sable recouvert d’une fine pellicule de terre humifère. «J’attache beaucoup d’importance dans le choix des végétaux qui doivent être adaptés au terrain. L’olivier de Bohême, Elaeagnus ebbingei, est un buisson qui résiste magnifiquement au vent et au sable. J’aime son feuillage persistant argenté et sa floraison délicieusement parfumée. Cet arbuste forme un contraste intéressant avec le feuillage vert clair luisant du fusain du Japon, Euonymus japonicus, un arbuste compact que l’on peut tailler en boule. L’argousier, Hippophae rhamnoides, est également une plante très utile pour la fixation des dunes. Elle résiste parfaitement à la sécheresse tout comme le peuplier argenté, Populus alba ‘Nivea’

Jardins du Zoute
Jardins du Zoute
Jardins du Zoute
Jardins du Zoute

Sous le soleil

«Grâce au climat tempéré de la côte, nous pouvons acclimater des plantes que l’on rencontre souvent en Angleterre ou au Sud de la Loire, mais celles-ci doivent également supporter l’air salin. On peut ainsi créer de grands écrans de chêne vert, Quercus ilex, qui résiste parfaitement au climat de la côte, même jusqu’à quelques mètres de la mer. Il y a aussi les magnolias à feuillage persistant, Magnolia grandiflora, l’Osmanthus burkwoodii et le Choisya ternata qui réussissent très bien en sol sableux. Le Pittosporum est installé en bac sur la terrasse. Je plante également sans problème l’arbousier surnommé l’arbre à fraise, Arbustus unedo, l’Olearia, le romarin, le ciste, l’hellébore corse, toutes des plantes que j’ai découvertes lorsque j’ai travaillé dans le sud de la France. Mais ces plantes doivent être utilisées avec parcimonie, près d’une terrasse ou contre une façade. Il ne faut pas que le jardin devienne exotique.»

Jardins du Zoute

Un esprit très graphique

Subtile alliance entre force et finesse, les jardins créés par Dominique Eeman jouent sur les formes, les volumes et les textures, dans un esprit très graphique et épuré. Peu exigeants en termes d’entretien, les jardins associent le minéral et le végétal afin que le décor reste beau toute l’année. Les feuillages persistants, comme le buis ou l’if taillés en topiaires sont l’ossature du jardin et le vent oblige souvent le paysagiste à planter d’une façon plus dense qu’à d’autres endroits. «Les persistants sont essentiels pour structurer le jardin et lui donner de la consistance en toutes saisons. C’est le mélange de feuillages persistants parfaitement taillés et d’arbustes d’ornement à fleurs comme les viornes ou les hortensias qui crée l’équilibre et donne du style au jardin.»

Jardins du Zoute

Jeu de graminées

En larges tapis mouvants bordant les allées ou ceinturées de buis, les graminées ornementales trouvent naturellement leur place dans les jardins de Dominique. Equipées pour face face à des conditions de culture difficiles, elles apprécient une terre légère bien drainée enrichie de matières organiques. Miscanthus sinensis, Pennisetum alopecuriodes, Calamagrotis, Stipa, fétuque bleue et d’autres graminées apportent une touche contemporaine dans le décor. Toujours prompte à capter la moindre brise, à miroiter au soleil, elles restent décoratives même en hiver.

Jardins du Zoute
Jardins du Zoute
Jardins du Zoute
Jardins du Zoute

Jardiner à la côte

Léger et facile à travailler, le sol sableux est toutefois incapable de retenir l’eau. La terre filtrante s’appauvrit rapidement, laissant filer les éléments nutritifs par lessivage. Au printemps, la terre se réchauffe vite, offrant des floraisons précoces. En revanche, en été, elle devient brûlante en plein soleil et cuit littéralement les plantes qui n’y sont pas préparées. Les dallages et les murs clairs qui réfléchissent la lumière ont tendance à aggraver encore les effets desséchants du soleil. Les zones ombragées sous un grand arbre ou au pied d’une haie sont souvent sèches car les racines absorbent toute l’eau disponible et le feuillage fait office de parapluie.

Jardins du Zoute

Des plantes frugales

Certains buissons d’ornement sont connus pour leur frugalité et leur résistance à ce terrain en apparence ingrat. Avec leur feuillage persistant, laurier-cerise, fusain du Japon, photinia, aucuba, troène et houx voisinent avec le tamaris, le buddleia, le rosier rugueux, le genêt et la symphorine. Toutes les plantes de la garrigue, lavande, santoline et stachys laineux sont bien adaptées à la sécheresse. Leurs feuillages gris accumulent moins la chaleur que les plantes vertes ou dorées. Côté fleurs, à vous la rose trémière, les grands iris, la lavatère arbustive, l’échinops, les sedums et les soleils vivaces.

Jardins du Zoute
Jardins du Zoute
Jardins du Zoute Dominique Eeman
Jardins du Zoute

Améliorer le sol

Choisir les bonnes plantes ne suffit pas toujours. Il faut alors améliorer le sol en apportant une couche de bonne terre argileuse que l’on mélange au sable, surtout dans les trous de plantation des arbres et des arbustes. Un apport d’humus, compost, amendement organique, tourbe blonde, déchets de tontes ou de broussailles est utile en surface, limitant l’évaporation de l’eau du sol en ralentissant l’élévation de sa température les jours de grands soleil. L’automne est le meilleur moment pour planter. Les végétaux auront le temps de s’enraciner avant les grands froids. Ils seront ensuite plus aptes à tolérer la sécheresse l’été suivant.

Dominique Eeman, Landscape & Garden Architect, Groenhagestraat 7 à 8432 Leffinge. www.eeman.net

Pour d’autres conseils pour les jardins secs, voir le reportage sur le jardin sec sur gravier et l’article sur l’acclimatation des plantes exotiques dans la rubrique Jardinage, Aménagement. Voir aussi mon reportage sur le bilan de la canicule 2018 et comment s’adapter au changement climatique dans la rubrique Jardinage, Travaux de jardinage.

Reportage publié en 2013 dans Jardins & Loisirs (www.jardinsetloisirs.be)

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi