20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Avez-vous déjà rêvé d’un palmier dans votre jardin? Profitant du réchauffement climatique, de nombreuses plantes du Sud s’installent dans nos régions. Mais prudence, prudence…

Les températures montent

Un hiver doux et humide, un été torride et sec… Depuis quelques années, les indices convergent, attestant du réchauffement de la planète. Certains hivers sont si doux que nos géraniums garnissent encore les balcons à l’approche des fêtes de fin d’année. Le printemps commence de plus en plus tôt, induisant la floraison précoce des magnolias et des rhododendrons. Quant à la période estivale de l’année 2018, elle a probablement battu e Belgique tous les records de canicule et de sécheresse.

Palmier

Biodiversité menacée

Dans la nature, les plantes s’acclimatent en général spontanément à des variations de milieu. Toutefois, le réchauffement climatique menace les plantes qui ont un cycle de vie lent ou une vitesse de dispersion lente car elles ne pourront pas s’adapter suffisamment rapidement à ces nouvelles conditions de vie. Les plantes invasives vont entrer en compétition avec les espèces indigènes. Une lutte inégale qui déjà menace de nombreuses plantes de nos régions.

Magnolia grandiflora

On dirait le Sud…

Les changements climatiques ont modifié peu à peu l’apparence de nos jardins. La hausse des températures a déclenché une migration spontanée de certains insectes, animaux et plantes du Sud vers le Nord. Dans les pépinières, les jardineries et dans les fêtes des plantes, le choix des végétaux s’est élargi, avec l’arrivée massive de plantes méridionales cultivées en Italie ou au Portugal. S’il n’est toujours pas raisonnable d’installer une bougainvillée sur sa terrasse, certaines plantes au feuillage luxuriant et aux fleurs exotiques peuvent être accueillies chez nous. (voir la liste en fin d’article)

Camellia japonica
Ceanothus
Fuchsia de Magellan
Agapanthe

La rusticité des plantes

Lorsque l’on parle d’une plante rustique, on évoque son aptitude à résister au froid. Une plante très rustique comme le houx tolère une température négative de -25°C. Une plante rustique comme le camélia supporte un seuil de rusticité de -15°C. Une plante semi-rustique comme l’oranger va souffrir à partir de -5°C. En Belgique, les possibilités d’installer une plante exotique au jardin vont être différentes selon que l’on habite à la côte ou en Ardennes, en ville ou à la campagne. Un gel est plus dangereux sans couverture neigeuse. La durée de la période de gel est aussi déterminante. Certains agrumes pourront résister à une nuit à -15°C mais ils ne résisteront pas s’il gèle pendant deux semaines.

Agrume

Un micro-climat pour les plantes du Sud

Au Nord de la Loire, les jardins et les parcs urbains abrités du vent, les coins exposés au sud-ouest ainsi que les cours et les patios offrent de bonnes possibilités de cultiver les plantes du Sud les plus sensibles au froid. Installez les plantes qui supportent le plein soleil dans un lieu chaud et ensoleillé, par exemple près d’un mur qui fournit quelques degrés de chaleur supplémentaires, suffisants pour protéger une plante fragile. Pour abriter les plantes du vent, plantez-les près d’une haie ou offrez-leur en hiver la protection d’un filet spécial à mailles serrées. Il faut éviter aussi d’installer les plantes un peu sensible en un endroit où elles recevraient en hiver le soleil du matin car le brusque réchauffement après un gel nocturne entraîne la brûlure des jeunes pousses.

Plante du Sud

Les pieds au sec

L’humidité hivernale est aussi redoutable que le froid pour certaines plantes du Sud. Ainsi, le buddleia, notre bel arbuste à papillons, supporte mal les hivers lorsque le terrain est lourd et détrempé alors qu’il colonise les endroits rocheux en Suisse et y supporte une température de -25°C. On améliore fortement la résistance au froid d’une plante réputée fragile en réalisant un bon drainage du sol au moment de la plantation. Pour éviter le gel des racines, installez la plante dans un sol profond, facile à bêcher et bien drainé avec un apport éventuel de graviers ou de sable du Rhin qui facilite l’évacuation de l’eau.

Gunnera

Protéger les jeunes plantes

La rusticité d’une plante est toujours meilleure si les conditions de culture au jardin se rapprochent de celles qu’elle trouve dans son habitat naturel. Idem, les plantes élevées en altitude sont plus résistantes au froid que celles cultivées en bord de mer. En général, la vigueur d’une plante s’améliore avec l’âge. Il faut surtout les protéger du froid les premières années qui suivent la plantation.

 

Mimosa
Plante du Sud
Aeonium
Palmier

 

Prudence, prudence…

Dans une même famille de plantes, il y a des espèces et variétés plus résistantes que d’autres. Pour éviter de mauvaises surprises, il faut bien se faire conseiller pour choisir son arbuste. Il faut aussi s’assurer que la plante ne vient pas directement du sud mais qu’elle a été cultivée et endurcie dans une pépinière de notre région. Il faut enfin soigner la plantation et veiller à lui trouver un endroit abrité dans le jardin et une protection hivernale en cas de gros gel car la plupart de ces végétaux risquent de souffrir lors des hivers plus rigoureux qui ne manqueront pas de revenir sans nous prévenir.

Hibiscus
Lavande papillon
Olivier
Passiflore

Les plantes du Sud

  • Palmier. Les palmiers sont fort recherchés car ils apportent un style exotique au jardin. Le plus rustique est le palmier de Chine, le Trachycarpus fortunei, souvent commercialisé sous le nom de Chamaerops excelsa. Il résiste jusqu’à -18°.
  • Olivier. Contrairement aux idées reçues, ce dont souffre le plus l’olivier n’est pas le froid mais l’humidité. Si l’air est sec et le terrain bien drainé, l ‘Olea europaea ‘Bouteillan’ peut résister à un gel de -18°.
  • Eucalyptus. Le feuillage persistant bleu gris de ce bel arbre est particulièrement décoratif. Les plus rustiques sont les Eucalyptus gunnii, archeri, debeuzevillei et pauciflora ssp. Niphophila. Ils peuvent résister jusqu’à -15° si le sol est bien drainé.
  • Bananier. Ambiance exotique assurée avec le Musa basjoo qui pousse très bien dans nos jardins et qui résiste jusqu’à -15° en sol bien drainé. Les variétés ‘Sakhalin’ et ‘Sapporo’ sont encore plus résistants. Les gelées automnales détruisent les feuilles mais si le tronc est protégé, la plante résistera à l’hiver.
  • Citronnier. Le Poncirus trifoliata, proche cousin du citron, présente un feuillage caduc, de grandes fleurs parfumées et des fruits jaune orange. C’est le plus rustique des agrumes qui peut résister à un gel de -20°C.
  • Kumquat. Le Fortunella margarita résiste à une température de moins 12°, mais pour fleurir et fructifier correctement, il doit passer la saison froide à l’abri dans une véranda fraîche. L’été, il a besoin de beaucoup de lumière.
  • Mimosa. Séduisant avec sa floraison jaune en janvier février, le mimosa des fleuristes Acacia dealbata est un bel arbre qui déteste le froid. Il supporte toutefois une brève période de gel jusqu’à -10° si le sol est bien sec. Si la partie aérienne meurt, la plante peut repartir du pied.
  • Bigogne de Virginie. Véritable grimpante à la végétation spectaculaire, le Campsis radicans résiste parfaitement au froid. Offrez-lui une place à l’abri des vents et un maximum de soleil pour profiter de sa magnifique floraison estivale.
  • Magnolia à grandes fleurs. Avec son feuillage persistant et ses grandes fleurs blanches qui s’épanouissent en été, le Magnolia grandiflora est un des plus beaux magnolias. Il résiste à nos hivers si on lui trouve un emplacement abrité contre une façade.
  • Camélia. La plupart des Camellia japonica sont des plantes rustiques qui résistent à -15°. Le gel peut toutefois endommager le bouton floral et compromettre la floraison. L’idéal est d’installer l’arbuste en situation abritée, dans un patio ou contre un mur exposé à l’ouest ou sous l’ombre légère de grands arbres. Les plus rustiques sont ‘Donation’, Leonard Messel’, ‘Adolphe Audusson’ et ‘Chandleri Elegans’.
  • Arbousier. L’ Arbustus unedo est connu pour ses fruits rouges décoratifs qui ressemblent à des fraises. Il est réputé rustique jusqu’à -15° mais demande un endroit abrité.
  • Figuier. Le Ficus carica n’est pas réservé aux pays méditerranéens. Si vous l’installez dans un endroit abrité des vents froids et très ensoleillés, vous obtiendrez une belle récolte de fruits sucrés. Choisissez les variétés ‘Brown Turkey’‘Ronde de Bordeaux’, ‘Brunswick’ ou ‘Angélique’.
  • Grenadier. Le Punica granatum est un petit arbre fruitier aux gros fruits rouges décoratif. Il a besoin d’un été chaud et sec pour fructifier. Il peut tolérer une brève période de gel à -15°.
  • Fremontodendron. Installé au pied d’un mur bien ensoleillé et abrité du froid, le Fremontodendron peut supporter occasionnellement un gel jusqu’à -15°. Le sol doit être parfaitement drainé et le pied de plante recouvert de paille en hiver.
  • Oranger du Mexique. Le Choisya ternata est un bel arbuste au feuillage persistant et à la floraison blanche au printemps qui résiste parfaitement à nos hivers à condition de l’installer dans un endroit abrité.
  • Ceanothe. Les espèces qui fleurissent au printemps sont les plus belles mais les plus fragiles. Les Ceanothus impressus ‘Victoria’ et Ceanothus arboreus ‘Trewithen Blue’ sont parmi les plus résistantes, pouvant affronter un gel de -10°.
  • Fuchsia de Magellan. S’il est installé dans un massif abrité du froid, le Fuchsia magellanica peut rester l’hiver au jardin, planté dans une terre légère et bien drainée. Il faut le protéger par un paillis durant les trois premières années.
  • Arbre de soie. Même s’il ne fleurit pas, l’ Albizia julibrissin mérite d’être cultivé chez nous pour son ravissant feuillage finement découpé. Ce petit arbre résiste à une température de -15° si son bois s’est bien lignifié durant l’été.
  • Bambou sacré. Le Nandina domestica est un bel arbuste au feuillage persistant très décoratif. Il résiste à de courtes périodes de gel à -15° s’il est abrité des vents glacés. Si l’hiver est très froid, il perd son feuillage.
  • Oranger de Chine. Le Pittosporum est un petit buisson à feuillage persistant que l’on admire dans les jardins anglais ou dans le sud de la France. Le plus rustique est le Pittosporum heterophyllum qui résiste sans protection à un gel de -10°.
  • Hibiscus. L’ Hibiscus syriacus est un des plus beaux arbustes qui fleurit dans nos jardins en été. Il est parfaitement rustique contrairement à son cousin exotique, l’ Hibicus rosa-sinensis qui doit être cultivé en pot et passer l’hiver en véranda.
  • Lavande. Toutes les lavandes résistent à nos hivers. Seule la lavande papillon, Lavandula stoechas ne supporte pas des températures inférieures à -5°C. Elle doit donc être cultivée en pot.
  • Bougainvillée. Au bord de la Méditerranée, le Bougainvillea couvre des murs entiers de ses bractées richement colorées. Celle belle plante grimpante qui pousse dans les zones tropicales n’est pas du tout rustique et doit être cultivée en pot dans une serre chauffée en hiver.
  • Passiflore. Ses fleurs étranges sont suivis de fruits acidulés. La Passiflora caerulea est semi rustique. Les parties aériennes gèlent à partir de -8° mais la plante supporte -18° si son pied est recouvert d’un bon paillage.
  • Agapanthe. Amoureuse du soleil et de la chaleur, l’ Agapanthus c’est une des plus belles fleurs vivaces cultivée au jardin ou en pot sur la terrasse. Les agapanthes à feuillage persistant ne supportent pas le froid. Celles à feuilles caduques sont plus résistantes en sol bien drainé. Superbe en pot, on les protège durant l’hiver par une couche de feuilles mortes.
  • Rhubarbe géante. Avec son allure exotique et son feuillage géant, le Gunnera manicata est une plante vivace spectaculaire. Si l’on protège la souche en hiver, elle peut résister à un gel de -15°.
  • Aeonium en arbre. Les Anglais raffolent de l’ Aeonium arboreum, avec son feuillage persistant bronze foncé. Malheureusement, elle ne supporte que de courtes périodes de gel à -4° et doit donc être cultivée en pot et passer l’hiver à l’abri du gel.

Grenadier

Canicule, la spirale infernale

La température moyenne du globe va paraît-il augmenter, durant ce siècle, de 2 à 4,5 degrés. Un des effets pervers du réchauffement de la planète est le ralentissement de la croissance des végétaux. Or, la photosynthèse des plantes est indispensable pour absorber une grande partie du CO² (dioxyde de carbone) qui se dégage dans l’atmosphère. Pour compenser cette perte, il faudrait planter chaque année dans le monde un milliard de nouveaux arbres. Un effort qui peut commencer dans notre jardin.  http://www.plant-for-the-planet.org

Pépinière spécialisée:  Exotica, de bons conseils et un grand choix de plantes pour la terrasse et le jardin. Nijlensesteenweg 268, 2270 Herenthout, Belgique. www.plantencentrumexotica.be

Pour découvrir mon reportage sur les jardins secs sur gravier, rendez-vous dans la rubrique Jardinage, Aménagement. Voir aussi l’article sur les jardins secs en bord de mer dans la rubrique Découvertes, Portraits. Le reportage sur le bilan au jardin de la canicule 2018 et l’article sur l’arrosage au jardin dans la rubrique Jardinage, Travaux de Jardinage.

.

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi