20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Glycine, clématite, hortensia grimpant, chèvrefeuille, rosier liane, vigne, kiwi, lierre, .. suivez le guide des plantes grimpantes.

 

La glycine, fougueuse volubile

Ses longues grappes parfumées bleu lilas clair, rose pastel ou blanches garnissent au mois de mai les façades des habitations, les grilles, les arceaux solides et les pergolas. Cette plante grimpante est parfaitement rustique et d’une longévité exceptionnelle. La glycine pousse partout mais elle préfère de loin les sols perméables qui se réchauffent rapidement. Méfiez-vous de sa force peu commune qui soulève les toitures, descelle les grilles et tord les descentes de gouttières. La glycine de Chine, Wisteria sinensis, porte une floraison en grosses grappes courtes juste avant l’apparition des feuilles. La glycine du Japon, Wisteria floribunda offre une floraison un peu plus tardive en longues grappes fines, en même temps que le feuillage. Hauteur de 5 à 10 mètres.

 

Le chèvrefeuille, parfumé

Très champêtre, le chèvrefeuille, Lonicera, est un arbuste au feuillage mi- persistant ou caduc selon les espèces. Cette plante grimpante s’adapte à tous les terrains, même ingrats mais apprécie la mi-ombre et les sols frais. Donnez-lui simplement un support solide, comme un treillage fixé au mur, avec un espace pour que les tiges puissent se faufiler. Les branches s’y entortilleront sans que vous ayez à intervenir. Presque toutes les variétés exhalent un délicat parfum, surtout après une journée ensoleillée et prolongent leur floraison par une fructification décorative. Deux beaux chèvrefeuilles, le Lonicera x heckrottii à fleurs violettes à coeur jaune et le Lonicera periclymenum ‘Belgica’, à fleurs rouge pourpre à l’extérieur et jaunâtre à l’intérieur. Hauteur 3 à 4 mètres.

La clématite à grande fleurs, capricieuse

Séduisantes mais capricieuses, les clématites hybrides offrent une floraison brillante, voire tape-à-l’oeil. Les fleurs largement ouvertes couvrent toute la gamme des tons pastels. On plante cette superbe plante grimpante le pied à l’ombre et la tête au soleil. Certaines variétés sont parfois attaquées par un champignon qui provoque le flétrissement du feuillage. On répartit les variétés selon leur floraison précoce, du milieu du printemps au début de l’été, ‘Nelly Moser’, ‘Madame Le Coultre’, ‘The President’, ‘William Kennett’. Ces variétés précoces n’ont pas besoin de taille, sinon en automne pour éliminer le bois mort. D’autres clématites ont une floraison plus tardive de l’été jusqu’en automne, ‘Jackmanii’, ‘Ville de Lyon’, ‘Perle d’Azur’ qui doivent être taillées sévèrement à la fin de l’hiver. Hauteur 2 à 5 mètres.

La clématite de montagne, envahissante

Difficile à contrôler si la place leur manque, ces lianes se couvrent au mois de mai d’une constellation d’étoiles parfumées. Ces plantes grimpantes parfois envahissantes trouvent leur place palissées sur un grand mur ou sur la toiture d’un auvent. Elles supportent toutes les expositions. Comme ces clématites fleurissent sur le bois lignifié de l’année précédente, taillez après la floraison pour limiter leur croissance envahissante. A découvrir les clématites de montagne Clematis montana ‘Grandiflora’ à fleurs blanches, ‘Tetrarose’ rose satiné, ‘Rubens à fleurs rose mauve sur feuillage bronze. Hauteur 6 à 8 mètres.

Les clématites botaniques, légères

Plus fines, plus légères et plus naturelles que les hybrides à grandes fleurs, les clématites botaniques portent à la fin du printemps des fleurs en clochettes souvent pendantes. La floraison qui remonte parfois au milieu de l’été est suivie d’une belle fructification. On peut les palisser sur un treillis ou les faire grimper dans un arbre de petite taille. Parfois sensibles au froid, ces plantes grimpantes se plaisent aussi en pots sur la terrasse. La taille qui est facultative se fait immédiatement après la floraison. Quelques curiosités: Clematis alpina ‘Ruby’ à fleur rose nuancé de rouge, ‘Pamela Jackman’, bleu clair, Clematis macropetala ‘Purple Spider’, violet foncé ou ‘Markham’s Pink’, rose. Hauteur 2 à 5 mètres.

Les rosiers sarmenteux, sauvages

Développant de longues et souples ramifications épineuses, les rosiers sarmenteux se hissent dans d’autres buissons, dans les arbres ou couvrent des façades entières si on les y attache. La floraison de ces plantes grimpantes sarmenteuses ne dure que quelques semaines, entre mai et juillet, mais elle est toujours spectaculaire. Leur croissance est difficile à maîtriser. La taille se fait éventuellement juste après la floraison. Les plus beaux et spectaculaires: ‘Dentelle de Malines’, ‘Albertine’, ‘Kifsgate’, ‘Wedding Day’, ‘American Pallar’, ‘Kew Rambler’, ‘Alberic Barbier’, ‘Seagull’, ‘Thalia’ ou ‘Bobbie James’. Hauteur 6 à 10 mètres.

Les rosiers à fleurs en bouquets

Bien qu’on les appelle grimpants, ces arbustes sont incapables de se fixer par eux-mêmes sur un support. Certains sont de grandes plantes sarmenteuses couvrant de vastes pans de murs, les piliers des pergolas et les clôtures. La floraison est généralement continue jusqu’en automne. La taille au début du printemps est nécessaire pour renouveler la charpente et favoriser les pousses partant du pied. Quelques belles variétés: ‘New Dawn’, ‘Golden Shower’, ‘Guirlande d’Amour’, Sarabande Climbing’, ‘Tour Eiffel 2000′, Crimson Shower’, ‘Guislaine de Féligonde’. Hauteur 2 à 5 mètres.

Les rosiers à grandes fleurs

Ces arbustes grimpants sont souvent des mutations de rosiers buissons à grandes fleurs, comme les hybrides de Thé. Leurs tiges rigides ornent les treillis ou les barrières. D’autres plus vigoureux sont destinés à fleurir des façades. La floraison brillante au début de l’été est suivie d’une remontée au début de l’automne. Une fois la taille adulte atteinte, palissez les branches en oblique pour les forcer à fleurir. Une taille sévère au mois de mars favorise la formation des grosses fleurs. Quelques variétés: ‘Haendel’, ‘Polka’, ‘Messire Delbard’, ‘Parure d’Or’, ‘Gloire de Dijon’, ‘Nahema’, ‘Etoile de Hollande’, ‘Polka’, Rimosa Climbing’. Hauteur 2 à 5 mètres.

La vigne, à feuilles et à fruits

Les rameaux souples et le beau feuillage de la vigne personnalisent grilles, murs et treillis. Grâce à ses rameaux volubiles et à ses vrilles, cette plante grimpante s’accroche d’elle-même autour des supports rencontrés. Parfaitement adaptée à la sécheresse, la vigne aime le soleil et déteste l’humidité stagnante. Très décorative, la Vitis coignetiae porte des feuilles arrondies se fardent de rouge pourpre en automne. La vigne qui produit des raisins, la Vitis vinifera, est palissée sur un guide en position de préférence horizontale pour obtenir une belle récolte. La variété ‘Purpurea’ développe un feuillage décoratif brun rouge au printemps se colore de brun pourpre en automne. Hauteur 10 à 20 mètres.

La bignone, spectaculaire

Surnommée Trompette du Sud, cette plante grimpante à la végétation spectaculaire se couvre d’une multitude de longues trompettes orangées ou rouges, portées en bouquets durant l’été sur un beau feuillage vert. Ses longs rameaux sarmenteux, parfois munis de crampons, s’enroulent solidement autour des montants d’une grille ou d’une tonnelle. L’arbuste qui aime la chaleur et le soleil doit être installé à l’abri des vents froids. Il est taillé en mars. Vous trouverez en pépinière la bignone de Virginie, Campsis radicans, une liane à fleurs rouge orangé munie de racines crampons qui résiste parfaitement au froid et la variété ‘Flava’ à fleurs jaunes. La bignone à grandes fleurs, Campsis grandiflora est un peu plus frileuse, avec de grandes fleurs orangées à rouges. Hauteur 6 à 10 mètres.

Le lierre, très volontaire

On aime le lierre pour ses feuilles persistantes, sa rusticité, sa longévité et sa résistance à la sécheresse. La forme adulte de cette plante grimpante produit des bouquets de fleurs en ombelles jaune verdâtre qui attirent abeilles et papillons. Les fleurs se transforment en fruits qui restent sur la plante une bonne partie de l’hiver. Le lierre pousse aussi bien à l’ombre qu’au soleil. Il s’accroche de lui-même aux murs grâce à ses racines crampons. Parmi les lierres, vous choisirez le lierre commun, Hedra helix à petites feuilles vert foncé, très vigoureux ou sa variété panachée de jaune, ‘Goldheart’, un peu moins vigoureux. Le lierre d’Irlande, Hedera hibernica, porte de grandes feuilles vertes. Le lierre de Colchide, Hedera colchida ‘Dentata Variegata se couvre de grandes feuilles vert clair bordées de crème et ‘Sulphur Heart’ un feuillage vert foncé taché de jaune. Hauteur de 3 à 10 mètres.

L’hortensia grimpant, paresseux

Que planter pour couvrir un mur au nord sans soleil? Le lierre bien sûr mais aussi l’hortensia grimpant, Hydrangea petiolaris. Cette plante grimpante est assez lente à démarrer mais au bout de cinq ans, elle peut devenir envahissante. L’arbuste s’attache de lui-même au support à l’aide de crampons et il peut rapidement atteindre les gouttières ou se glisser en dessous des volets. Il convient également comme couvre-sol à l’ombre. Sa floraison qui a lieu au début de l’été est spectaculaire avec des fleurs en grandes corymbes blanches assez légères. La taille est superflue mais le feuillage coupé est superbe pour faire des fonds de bouquets. Hauteur 6 mètres.

L’ipomée, liseron géant

Plus exubérante que son cousin le liseron, cette belle plante grimpante annuelle n’a pas son pareil pour habiller et fleurir en un temps record, treillages, pylônes, pergolas et rambardes de balcons. Portées par un feuillage vert clair en forme de coeur, les grandes fleurs en entonnoir bleu azur de l‘Ipomoea purpurea ne durent qu’un jour mais se succèdent sur une longue période si l’on supprime les fleurs fanées. Cette plante annuelle doit être semée dans un terreau bien drainé, en exposition chaude et ensoleillée. Prévoyez un tuteur en bambou ou un grillage en support aux tiges volubiles. Il existe des variétés à fleurs bleu pourpré, parme, magenta ou blanches avec des rayures plus foncées ou plus claires sur un coeur blanc. Hauteur 2 à 3 mètres.

La vigne-vierge, flamboyante

Vert en été, le feuillage joliment découpé de la vigne-vierge prend en automne des teintes incandescentes. On utilise cette plante grimpante pour masquer un vieux mur délabré, un vilain crépi, tapisser un treillage peu décoratif ou couvrir la toiture d’un auvent. Certaines espèces grimpent et se fixent seules sur les murs, les clôtures et le tronc des arbres grâce aux ventouses dont leurs vrilles sont munies. D’autres ont besoin d’un treillis de soutien. On distingue la vigne-vierge commune, Parthenocisus quinquifolia, au feuillage découpé en cinq folioles. Cette liane sans système d’accroche retombe en draperie. La vigne-vierge d’Extrême-Orient, Parthenocissus tricuspidata ‘Veitchii’ s’attache lui-même au support. Hauteur 10 mètres.

Le houblon doré, herbacé

Intéressant pour couvrir les treilles ou les pylônes, le houblon est une plante grimpante naturalisée dans les haies boisées de nos campagnes. Cette plante vivace herbacée est très vigoureuse. Le feuillage coloré ou panaché du houblon, Humulus lupulus, est décoratif, tout comme les inflorescences en forme de cône jaune verdâtre qui font de très beaux bouquets secs en automne. Son seul inconvénient est que les lianes aériennes meurent en hiver et qu’il faut attendre le printemps avant que la plante ne développe de nouveaux rameaux. Hauteur 6 mètres.

Le kiwi, au soleil

Très décoratif, rustique et vigoureux, le kiwi est une plante grimpante dioïque dont les fruits comestibles sont très riches en vitamines C. L’Actinidia chinensis a besoin de soleil pour fructifier et se plaît palissée sur une pergola ou contre un mur exposé plein Sud. Il est nécessaire de planter côte à côte des sujets mâles et femelles pour obtenir une fructification. Hauteur 6 mètres. Le kiwi d’ornement, Actinidia kolomikta, porte un feuillage vert bordé de blanc crème rosé très décoratif. Hauteur 2 mètres.

La renouée, cache-misère

Vigoureuse, la renouée de Chine est une plante grimpante aux tiges volubiles qui couvre rapidement les tonnelles, abris, hangars, garages ou autre structures inesthétiques. Utilisez des supports solides. A la fin de l’été, le feuillage du Polygonum aubertii se couvre de fleurs légères en panicules blanc crème donnant un aspect aérien à cette masse touffue. Les fleurs se teintent de rose lorsque les fruits aux ailes colorées se forment. La plante prospère dans toutes les terres, même fortement calcaires. Elle doit être rabattue de temps à autre pour éviter qu’elle ne devienne envahissante. Hauteur 10 mètres.

Le jasmin d’hiver, draperie végétale

Cette plante grimpante ne craint ni la neige, ni les températures négatives. Le Jasminum nudiflorum est idéalement palissé contre un mur ou couvrir un muret où il forme une véritable draperie végétale. Il est facile à cultiver car il est parfaitement rustique et pousse dans toutes les situations et dans tous les sols. Le feuillage caduc tombe en automne et apparaît juste après la floraison. Les fleurs jaunes citron étoilées dépourvues de parfum s’épanouissent entre novembre et mars sur des rameaux nus et grêles plus ou moins raides. Après la floraison, taillez les rameaux à la cisaille, pas trop court afin de les laisser se ployer naturellement. Il peut aussi former un gros buisson touffu. Hauteur 2 à 3 mètres.

Reportage publié dans le magazine Femmes d’Aujourd’hui https://www.femmesdaujourdhui.be/

Rendez-vous dans la rubrique Végétaux, Arbres et arbustes, pour découvrir mes reportages sur les Plantes grimpantes, mode d’emploi, sur les Rosiers grimpants, sur les Lierres , sur le Raisin de la vigne et sur les Clématites ou cliquez sur les liens.

 

 

Pin It on Pinterest