20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Les clématites sont réputées capricieuses mais elles peuvent fleurir avec une générosité sans pareille. Le plus déroutant est de choisir parmi les nombreuses espèces et variétés car il en existe pour toutes les saisons et pour tous les jardins.

Docile ou rebelle

La clématite est une liane superbe qui ne se laisse pas facilement apprivoiser. Les variétés à grandes fleurs ont toujours la faveur du public car elles ne prennent pas beaucoup de place et qu’elles offrent beaucoup de fleurs dans un petit espace. Elles ont pourtant la réputation d’être capricieuses, fragiles et surtout très difficiles à tailler. Proches des espèces sauvages, les clématites à petites fleurs se montrent plus volontaires, quitte à être parfois envahissantes. Mais en règle générale, ces plantes grimpantes ont de grandes chances de réussir si on les installe avec soin et si on les laisse en paix une fois installées.

Myriades d’étoiles odorantes

Parmi les clématites à petites fleurs printanières, la plus populaire nous vient des montagnes. La Clematis montana est une liane incroyablement vigoureuse, la plante idéale pour couvrir de grands murs, auvent et clôtures en toutes expositions. Lors de gelées sévères, les bourgeons peuvent être endommagés. Fleurissant sur le vieux bois, l’arbuste se couvre d’un manteau de fleurs au mois de mai. Il ne doit pas être taillé. Si on souhaite l’éclaircir, il faut toujours laisser quelques fortes tiges en place.

D’autres clématites à petites fleurs sont aussi intéressantes mais moins connues. Vous trouverez dans les bonnes pépinières les Clematis alpina et Clematis macropetala qui fleurissent dès le mois d’avril. Parfaitement résistantes au gel, elles acceptent toutes les expositions. Elles peuvent garnir un mur, partir à l’assaut d’un buisson bien ramifié et s’épanouissent à merveille dans un pot. La taille est facultative. Si cela s’avère nécessaire, l’arbuste peut être légèrement taillé immédiatement après la floraison.

Clématites

Cascades de soies et de velours

Les floraisons des clématites à grandes fleurs se situent vers l’été, plus ou moins précoces selon les variétés, continues ou remontantes en fin de saison. Ces arbustes dépassent rarement 3 mètres de haut. Très décoratives, voire tape-à-l’oeil, elles assurent dans le jardin une présence colorée dans l’angle d’un mur ou sur un support. Les fleurs couvrent toute la gamme des tons pastel, du bleu au rose en passant par le rouge ou le blanc.

La floraison des variétés qui fleurissent en mai juin sur le bois de l’année précédente est particulièrement éblouissante, même si elle ne dure que six à huit semaines. Parmi elles, certaines refleurissent en septembre octobre si elles sont taillées convenablement. D’autres clématites à grandes fleurs fleurissent en juillet août, parfois dès le mois de juin, sur les jeunes pousses de l’année. Les clématites assimilées à la famille des Jackmanii sont les plus faciles à apprivoiser et les plus spectaculaires.

Clématites

Les subtilités de la taille

Toutes les clématites ne se taillent pas à la même époque ni de la même façon. Pour faire simple, disons que les clématites à petites fleurs qui fleurissent au printemps (C. montana…) ne doivent pas être taillées. Si nécessaire, on peut raccourcir légèrement les rameaux après la floraison. Les clématites à grandes fleurs précoces qui fleurissent en juin sur le vieux bois se taillent légèrement après la floraison, environ 1 mètre au dessus du sol. Vous stimulez ainsi une seconde floraison plus riche en été. Les clématites à grandes fleurs estivales (Jackmanii) qui fleurissent en juillet août sur le bois de l’année doivent être taillées au début du printemps très sévèrement à 50cm du sol. Après cela, la plante va former le double de nouvelles pousses et boutons et vous serez récompensé par une plante saine qui produira une multitude de fleurs pendant la saison à venir. Idem pour les variétés tardives à petites fleurs C. viticella et tangutica. Si vous ne les taillez pas, le pied sera dénudé et les fleurs pousseront en hauteur au dessus entre les tiges mortes.

Afin de prolonger la floraison, vous pouvez éventuellement recouper en mai la moitié des tiges qui à leur tour fleuriront au moment où les premières tiges se faneront. Ce procédé vous permettra de prolonger la floraison de 4 à 6 semaines.

Clematite Beautiful bride (1)
Clematite Kiri te Kanawa
Clematite Yukikomanchi
Clematite Viva Polonia
Clematite florida Fond Memories (2)
Clematite tex Princesse Kate Zoprika

En haut Clematis ‘Beautifull Bride’, Clematis ‘Viva Polonia’. Au milieu Clematis ‘Kirite Kanawa’ et ‘Fond Memories’. En bas Clematis ‘Yukikomanchi’ et Clematis texensis ‘Princess Kate Zoprika’

 

Si la taille des clématites donne tant de soucis aux jardiniers, c’est que certaines variétés à grandes fleurs sont difficiles à classer dans l’un ou l’autre groupe. Les catalogues et ouvrages de référence se contredisent souvent à ce sujet, ce qui ne simplifie pas la tâche. On recommande aussi de supprimer les rameaux morts. Méfiez-vous car en hiver les tiges des clématites semblent sèches et il n’est pas facile de reconnaître le bois sain du bois mort.

clématites

Les caprices d’une fausse grimpante

Rien n’oblige les clématites à monter. Elles ne sont d’ailleurs pas très habiles pour grimper car elles ne possèdent pas de crampons. Certaines s’enroulent autour d’un pilier ou une structure en bois grâce à leurs vrilles. Mais sur un mur ou un pilier, il faut les attacher à l’aide de liens si on ne veut pas les voir s’écrouler.
Elles sont bien plus à l’aise pour enrouler leurs jeunes tiges sur un arbuste ramifié qui leur sert de support. Les espèces à petites fleurs peuvent aussi courir à l’horizontale parmi d’autres plantes vivaces. Et si on se fait à l’idée qu’une clématite peut se coucher ou s’appuyer contre une plante au lieu de grimper, on peut laisser libre court à son imagination.

Clématites

La réussite des clématites

Quel est le bon moment pour planter? Lorsque la terre est tiède et humide, entre mars et début juin ou entre septembre et novembre. On peut sans problème acheter sa plante déjà fleurie. Cultivée en conteneur, elle supporte la mise en terre en toutes saisons.

Comment choisir sa plante en pépinière? Les clématites sont généralement vendues en pot ou container de 2 litres. La racine y est en effet mieux développée et offre une meilleure protection contre le dessèchement des premiers jours. Choisissez une plante composée de plusieurs tiges. Enlevez délicatement le pot et plongez la plante pendant dix minutes dans un seau d’eau afin que celle-ci ne se dessèche pas les premiers jours.

Quel est le bon emplacement? La tête au soleil et le pied à l’ombre. En fait, c’est surtout la lumière qui est indispensable. L’exposition à l’Est est idéale. La terre y reste humide tout l’été et le soleil ne ternit pas la floraison car la plante reste à l’ombre pendant les heures chaudes de la journée. S’écarter de 50cm du pied d’un mur ou d’un arbre, endroits trop secs en été. Pour ombrager le pied, il faut le couvrir avec une plante tapissante ou un petit arbuste. Ne pas mettre une tuile où viendront se cacher les escargots.

clematite
clematite
clematite
clematite

Faut-il attacher les lianes? Oui et non. Sur un treillis, on fixe la plante avec des liens souples. Un arbuste comme un lilas peut aussi servir de support sur lequel les jeunes pousses s’accrochent en s’enroulant naturellement autour des branches.

Comment planter? Faire un trou de 40cm en tous sens. Poser une couche de gravier au fond pour assurer un bon drainage. Planter dans un mélange de terre de jardin, de bon terreau et compost. Terminez le tout par un apport d’engrais organique. Arroser abondamment.

Faut-il coucher la motte en plantant? Ce n’est pas utile pour les clématites précoces (montana, alpina,…) et herbacées (tangutica). Pour toutes les autres, c’est nécessaire car cela favorise un meilleur enracinement. Il faut dégager le tuteur de la motte. La motte est posée en biais en enterrant la base des tiges sur 10cm sous le niveau du sol. Le tuteur est ensuite redressé et incliné vers l’appui dont elle a besoin pour s’accrocher.

Comment les soigner? La plante est gourmande et réclame une bonne dose d’engrais organiques  pendant sa période de croissance. Eviter les excès d’engrais qui favorisent la formation des feuilles au détriment des fleurs. Lutter contre la sécheresse en arrosant copieusement au printemps et en été.

Que faire en cas de flétrissement? Les variétés à grandes fleurs précoces sont parfois attaquées par un champignon qui dessèche le feuillage. Tailler sous le point d’infection, au ras du sol, voire sous le collet en dégageant la terre. Désinfecter la plaie avec un fongicide.

Faut-il protéger la plante en hiver? Non car les clématites sont très rustiques. Seules les jeunes pousses peuvent être victimes de fortes gelées. Se méfier aussi des attaques de limaces qui dévorent les jeunes pousses, surtout si le printemps est humide.

Clématis texensis

Clematis texensis

Le bon choix

Clematis alpina. Très précoce, sa floraison légère s’épanouit dès le mois d’avril. L’espèce porte des fleurs en clochettes bleu violet mais il existe des variétés à fleurs bleu clair, rose ou rouge foncé aux étamines blanc crème. Elle atteint 2 à 3 mètres de haut. Supporte la mi-ombre. Taille facultative après la floraison.

Clematis macropetala. C’est une espèce à fleurs campanulées semi doubles de couleur bleu lavande, violet, rose ou blanc selon les variétés. Elles s’ouvrent en avril mai juin et sont suivies d’une fructification d’aigrettes plumeuses. Elle atteint 3 mètres de haut. Supporte la mi-ombre. Taille facultative après la floraison.

Clematis montana. Tirant sur le bronze, les jeunes feuilles se couvrent au mois de mai d’une pluie d’étoiles parfumées. L’espèce sauvage porte des fleurs blanches mais il existe des variantes à fleurs rose satiné, violet ou pourpre. Cette clématite parfois envahissante peut atteindre 6 mètres. Taille facultative après la floraison.

Clématites à grandes fleurs précoces. Nelly Moser (parme rayé de rose), Madame Le Coultre (blanc pur), Miss Bateman (blanc pur), Rouge Cardinal (rouge pur), Mrs Cholmondeley (bleu lavande), The President (violet à coeur rouge), Duchesse of Edinburg (blanc), Vyvyan Pennell (violet double). Elles fleurissent une première fois entre mai et juillet, puis une remontée en août septembre. Ces clématites fleurissent sur le bois de l’année précédente. Il faut attendre la fin de la floraison ou le mois de novembre pour effectuer une taille légère.

Clématites à grandes fleurs estivales. Jackmanii Superba (violet profond), Perle d’Azur (bleu ciel), Gipsy Queen (violet pourpre), Ville de Lyon (rouge cerise), Ernest Markham (rouge cardinal), Hagley Hybrid (rose satiné). Elles fleurissent en juillet août, sur les jeunes pousses de l’année. Certaines variétés peuvent présenter une légère remontée en automne. Afin d’obtenir une croissance vigoureuse, il faut effectuer une taille courte à la fin de l’hiver et ne pas hésiter à rabattre les tiges à 50cm du sol.

Clematis vitalba. Très vigoureuse et rustique, c’est une vivace grimpante indigène qui pousse spontanément en lisière des bois. Elle porte en juin des fleurs blanc crème très odorantes. Ses lianes peuvent courir jusqu’à 15 mètres.

Clematis viticella. Elle porte des petites fleurs du milieu de l’été jusqu’à l’automne. Elle a donné des hybrides très vigoureux principalement dans les tons pourpre ou rouge vineux. Le groupe de clématite idéale que l’on cultive très facilement et en toute confiance. Elle supporte l’ombre ou la lumière. Comme elle fleurit sur les pousses de l’année, on doit la tailler sévèrement au printemps.

Clematis tangutica. Elle est réputée pour ses clochettes jaunes, couleur rarissime chez les clématites, suivies d’aigrettes plumeuses et soyeuses.Elle apprécie les endroits ensoleillés. Floraison tardive jusqu’en octobre. Une taille sévère au printemps retarde la floraison. On peut aussi rabattre de moitié les rameaux de l’année précédente au niveau du sol et laisser l’autre moitié fleurir au début de l’été.

Pépinières Arnaud Travers  http://www.clematite.net/

Pépinière Van Nuffelen. www.clematis.be

 

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi