20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

La pépinière Stanford Gardens rassemble une étonnante collection de rhododendrons et d’azalées dans un parc de dix hectares. Au mois de mai, la floraison est éblouissante.

 

Pépinière Stanford Gardens

C’est au printemps qu’il faut découvrir le magnifique parc paysager de Sybille du Parc Locmaria qui rassemble la plus prestigieuse collection de rhododendrons et d’azalées de Belgique. Une passion commencée avec son époux Bruno au début des années 70 à une époque où la culture des rhododendrons et des azalées était pratiquement inexistante en Belgique.

Située au pied du Lion de Waterloo, la pépinière est devenu un parc à part entière. Plus de 300 variétés et espèces différentes sont cultivées en pleine terre dont certaines sont des variétés anciennes alors que d’autres sont de nouvelles obtentions. La pépinière Stanford Gardens s’est très vite spécialisée en sujets de grandes tailles.

La ronde des rhododendrons

Azalées et rhododendrons font partie des plantes à grand pouvoir de séduction. De celles dont on rêve sans oser les cultiver ou alors en se posant des milliers de questions. Ces deux arbustes qui sont issus de la même famille, les Ericacées, forment un couple indissociable. Les variétés précoces commencent à s’épanouir début avril, les plus tardives le font en juin, avec un véritable rush des floraisons au mois de mai.

Un univers haut en couleurs

En rose, pourpre, rouge feu ou blanc comme neige, la floraison des rhododendrons et des azalées provoque bien des passions. Au gré des modes et des besoins, les créateurs de rhododendrons ont privilégié l’élégance du port, la robustesse et la facilité de culture et bien sûr la fleur, tant dans la forme, la durée, que dans les coloris qui se mélangent au niveau des macules, s’assombrissent dans les pourpres, ou se clarifient avec des blancs purs ou des jaunes subtils.

Rhododendron Excelsior et Azalée Luteum

Descendus du toit du monde

Les trois quarts des rhododendrons viennent du toit du monde, répartis sur la chaîne himalayenne, du Népal jusqu’au Yunnan, à des altitudes souvent très élevées. Descendus de leurs nuages, ces arbres ont besoin d’être arrosés par des pluies fréquentes surtout en été, avec des températures relativement constantes. Supportant difficilement la sécheresse, ils sont donc particulièrement florissants sur les zones côtières de la Manche et de l’Atlantique, ainsi que dans les Alpes et les Pyrénées.

Une terre acide

Au jardin, les rhododendrons exigent un sol acide et riche en matières organiques comme la terre des sous-bois où poussent les bruyères. Les plantes proposées dans la pépinière Stanford Gardens sont robustes, cultivées dans un sol argileux et acide. «Les rhododendrons et azalées ne sont pas réservés aux sous-bois sablonneux de Campine m’explique Sybille. Ils se développent très bien dans les sols argileux et acides du Brabant, Tervueren, Kraainem, Lasne, La Hulpe, Waterloo.»

Rhododendron Yakushimanum et Rhododendron ‘Roseum Elegans’

Des plantes adultes

La taille adulte d’un rhododendron peut varier d’un mètre pour les espèces naines à plus de cinq mètres. Certains rhododendrons qui ont plus de quinze ans font plus de deux mètres de diamètre. Comme ces plantes développent des racines bien compactes, on peut les sortir de terre en pleine floraison à condition de les replanter rapidement et de bien les arroser.

Conseils de plantation

  • Le sol. Les rhododendrons et azalées sont des plantes qui demandent un terrain acide (pH de 4,5 à 5,5), humide mais bien drainé. Si le sol est calcaire, on peut remplacer celui-ci par de la terre de bruyère, des aiguilles de pin ou de la tourbe blonde. En cas de doute, on incorpore au sol, avant la plantation, un mélange de tourbe, terreau et sable du Rhin.
  • Exposition. Contrairement aux idées reçues, le rhododendron aime le soleil, l’air et la lumière. Toutefois, le voisinage des arbres et grands arbustes qui lui apportent une ombre latérale et une protection contre les vents forts est bienvenue. A l’inverse, une situation trop ombragée diminue la floraison.
  • Plantation. Le rhododendron est nourri par un très grand nombre de fines racines qui sont tellement serrées qu’elles constituent une véritable motte. La respiration des racines de surface étant vitale, il ne faut pas couvrir la motte. Celle-ci doit être plantée dans un trou équivalent à la moitié de la couronne du feuillage de façon telle que le dessus de la motte dépasse légèrement le niveau du sol.
  • Entretien. Il est essentiel de surveiller l’arrosage les premières années qui suivent la plantation car l’arbuste déteste la sécheresse. Plutôt que d’épandre des engrais, optez pour un paillis de tourbe, d’écorces de pin, de feuilles mortes, de tonte de gazon ou de fougères. La taille est inutile, voire déconseillée, sauf pour diminuer le volume du buisson.
  • Maladie. Le pire ennemi du rhododendron est une petite sauterelle appelée cicadelle. A la fin du mois de juin, elle pond ses oeufs dans les écailles des boutons de fleurs qui noircissent et se dessèchent. On en vient à bout en pulvérisant un insecticide de contact au début de l’été.

Quel rhododendron choisir ?

  • R. ponticum, un rhododendron très vigoureux. Fleurs mauve lilas en juin. A placer en bordure d’un sous-bois. H. 4m.
  • R. ‘Pink Pearl’, superbe variété à fleurs lumineuses rose corail en mai, idéale pour les grands jardins. H. 3m.
  • R. ‘Cunningham’s White’, les boutons floraux mauve clair dévoilent en mai des fleurs blanches. Un arbuste très touffu et bien dense. H. 2,5m.
  • R. ‘Britannia’, variété à croissance lente et au feuillage vert jaunâtre. Les fleurs rouge écarlate éclosent en juin. H. 2m.
  • R. yakushimanum, un buisson au port en dôme très compact. Fleurs blanc rosé très pâle en mai. H. 1,5m.

Stanford Gardens

Après 45 ans d’existence, la pépinière Stanford Gardens fermera définitivement ses portes en juin 2021. Liquidation du stock avec de nombreux rhododendrons de grandes tailles. Chemin de la Maison du Roi 180, 1428 Lillois, Belgique. Accès par le ring, sortie 26 Mont-St-Jean, suivre pendant 3km la N5 vers Charleroi, tourner à droite dans une zone de repos. http://www.stanford-gardens.be/

Reportage publié en 2010 dans L’Evénèment (www.eventail.be)

Rendez-vous dans la rubrique Végétaux, Arbres et arbustes, pour découvrir mes reportages sur Choisir un rhododendron pour son jardin, l’Azalée de Chine, l’Azalée Rustique de Gand et dans la rubrique Jardins Belgique, le Parc de la Feuillerie à Celles ou cliquez sur les liens.

 

Pin It on Pinterest