20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

A une heure de Berlin, au coeur d’un domaine constellé de palais, de jardins et de lacs, le château de Sanssouci domine un extravagant vignoble en terrasses.

 

Havre de paix

Sanssouci se situe à Potsdam, au sud-ouest de Berlin. Chef d’oeuvre de luxe et de raffinement, ce château de style rococo fut inspiré par le château du Grand Trianon à Versailles. Plus qu’un palais royal, Sanssouci était pour Frédéric II dit le Grand, roi de Prusse de 1740 à 1786, un endroit pour mener une vie simple, sans les soucis et les intrigues de la cour.

Sanssouci

Un vignoble royal

Frédéric le Grand avait une passion pour les fruits frais. Il avait toujours à portée de main un compotier débordant de raisin, de pêches et de figues. C’est à cheval qu’il découvre en 1744 le site enchanteur du Wüsten Berg, à Potsdam. Il demande à son architecte d’aménager sur une colline six immenses terrasses destinées à la production de fruits. De forme concaves, les terrasses sont orientées plein sud de façon à recevoir le maximum d’ensoleillement.

Sanssouci

Les murs de briques exposés au soleil emmagasinent la chaleur pour les vignes, les cerisiers, les abricotiers et les pêchers en espalier. Ils sont percés de 168 niches fermées par des volets qui protègent des figuiers des intempéries. Chaque niveau est rythmé par des ifs taillés en pyramide qui marquent la symétrie. Des agrumes et des grenadiers en pots complètent le décor.

Le vignoble en terrasse devient l’axe central du domaine. Au dessus du vignoble, bénéficiant d’une vue panoramique sur les alentours, le roi fait construire de 1745 à 1747 un petit château, «mein Weinberghäuschen», mon petit cellier, comme Frédéric se plaît à l’appeler.

 

Sanssouci

Un pavillon d’été

Précédée par une colonnade en hémicycle qui entoure la cour d’honneur, la demeure est conçue comme un pavillon d’été. Longue de 97 mètres, haute de 12 mètres, elle est de taille assez modeste pour une résidence royale. On la découvre à mesure que l’on gravit les 132 marches d’un escalier monumental qui traverse les vignes.

Sanssouci
Sanssouci

Le palais est flanqué de deux ailes pour les communs. Celles-ci sont cachées par une rangée d’arbres et se terminent chacune par une gloriette en treillis richement décorée d’ornements dorés.

Sanssouci

La monotonie de la façade côté sud est rompue par le dôme d’un pavillon central arrondi. Le bâtiment ne possède qu’un seul niveau et à peine une dizaine de pièces en enfilades. Le décor en stuc doré des salles reflète les goûts personnels du roi pour le rococo et toute la virtuosité des artistes chargés de leur ornementation.

Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci

Despote éclairé et ami de Voltaire, Frédéric le Grand est imprégné de culture française. Influencé par l’esprit des Lumières du 18e siècle, il collectionne des oeuvres d’art de France de Watteau et Chardin, puis des tableaux de l’école italienne ou flamande.

Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci

La ‘Bildergalerie’, la galerie de tableaux qu’il fait construire en 1763 à côté du château pour abriter ses oeuvres se présente comme une grande salle dorée. On peut y admirer aujourd’hui des tableaux de Rubens, Van Dyck, Caravage et d’autres artistes renommés.

Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci

Le jardin à la française

Le château domine un jardin à la française. Il était formé par quatre parterres de broderies fleuries et des parterres de gazon. Au centre se tenait une grande fontaine dont la vasque avait la forme d’un trèfle à quatre feuilles allongé. Elle était ornée d’un groupe sculpté doré représentant Thétis. Aujourd’hui, les parterres ont disparu et la pièce d’eau a été simplifiée, mais l’ensemble conserve néanmoins intacts l’harmonie du tracé d’origine.

Sanssouci

Maison de thé chinoise

L’autre joyau de Frédéric est le ‘Chinesisches Haus’, un extraordinaire pavillon de thé chinois. Son toit en forme de chapiteau est coiffé d’un mandarin tenant une ombrelle brillante d’or. Ce pavillon est orné de statues représentant des personnages chinois, grandeur nature. Erigé entre 1754 et 1757, il incarne comme aucun autre le goût de l’époque pour les chinoiseries, archétype d’un Extrême-Orient idéalisé.

Sanssouci
Sanssouci

Le nouveau Palais

Une fois les terrasses et les jardins terminés, le roi tourne son attention sur le paysage environnant. Il trace, perpendiculairement à l’axe du palais de Sanssouci et des terrasses, une allée rectiligne qui s’étend sur 2,5 km de long. Elle mène à l’ouest vers le ‘Neues Palais’, le Nouveau Palais que le roi lui-même qualifiait de «fanfaronnade». Sa construction est entreprise en 1763, après la guerre de Sept Ans. Lieu de réception de princes royaux et autres dignitaires importants, ce château de plus de 200 pièces ornées de marbres, de pierres et de dorures montrait la puissance et la gloire de la Prusse.

Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci

Orangerie et pavillons

L’Orangerie construite en 1747 pour abriter les agrumes fut agrandie par la suite pour servir de pavillon pour les invités. Il est dominé par un moulin de style hollandais construit à la fin du 18e siècle. Démoli par un incendie en 1945, il a été reconstruit en 1993. Le château de Charlottenhof, situé au sud, fut ajouté en 1826 pour le prince héritier Frédéric-Guillaume IV et son épouse, aux bords du parc. Un peu plus loin, on découvre les Bains romains, un ensemble pittoresque dans le style d’une villa de l’Antiquité. Le château de l’Orangerie, Orangerieschloss, se situe au nord du parc. Edifié en 1851, c’est le dernier édifice construit dans le domaine.

Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci
Sanssouci

Le parc paysager

En un peu plus d’un siècle, le parc de 300 hectares s’est ainsi vu orné de nombreux palais jusqu’à ce que Sanssouci devienne ce complexe grandiose surnommé le Versailles allemand. Doté de près de 70 km de sentiers, le parc met à profit les légères ondulations du terrain et y intègre les folies du roi comme le temple de l’amitié qu’il dédie à sa soeur Wilhelmine, margravine de Bayreuth.

Sanssouci

De larges prés, des étangs et des îles créent des perspectives visuelles qui lient Charlottenhof au Nouveau Palais. Elles sont l’oeuvre de Peter Joseph Lenné, le plus talentueux paysagiste de Prusse qui fut chargé au début du 19e siècle par le roi Frédéric-Guillaume III de la restructuration complète du parc et des jardins. Lenné fait preuve d’une extraordinaire habilité pour concilier le style baroque et formel du parc de Frédéric le Grand avec l’esprit romantique du jardin paysager très en vogue à cette époque. Le parc de Sanssouci a été classé en 1990 sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco.

Sanssouci

Châteaux et jardins de Sanssouci

Schloss und Park Sanssouci. Le parc se trouve à Potsdam, à un quart d’heure à pied de la Brandenburger Tor, à une heure de Berlin, en Allemagne. www.spsg.de et  www.berlin.de/fr

Crédit photo Agnès Pirlot et Hans Christian Krass Fondation des châteaux et jardins prussiens de Berlin-Brandebourg

Rendez-vous dans la rubrique Voyages, Europe, pour visiter Potsam et Berlin, et dans la rubrique Jardins Allemagne pour visiter le parc du château de Charlottenburg et le jardin du peintre Max Lieberman à Wannsee ou cliquez sur les liens.

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email