20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Situé aux portes de Bayreuth, L’Eremitage fut la résidence d’été de la princesse Wilhelmine. Balade du vieux château au temple du Soleil, chef d’oeuvre d’art baroque.

Bayreuth et ses jardins

Avec les parcs de Fantaisie et de Sans Pareil, le parc du Château de l’Eremitage fait partie de la trilogie des jardins de Bayreuth. Si la ville est surtout connue aujourd’hui pour sa musique, cela n’a pas toujours été le cas. Il y a deux cent ans, les jardins étaient renommés pour leur originalité et leur extravagance. Pour découvrir Bayreuth, rendez-vous dans la rubrique Voyages, Europe ou cliquez sur le lien.

Bayreuth Eremitage

Un ermitage champêtre

Les origines du parc de l’Eremitage remontent au début du 17e siècle. C’était un domaine de chasse des Margraves de Bayreuth. Un siècle plus tard, Georg-Wilhelm von Hohenzollern, margrave de Brandenburg-Bayreuth (1678-1726) déboise une partie du domaine bordé par la rivière le Main et fait construire un château d’allure rustique conçu comme un ermitage avec de gros moellons de pierre évoquant une sorte de grotte.

Le marquis et sa pétillante épouse forment un couple excentrique. A l’exemple du hameau de la reine à Versailles, le château sert de refuge de campagne à la cour. Les courtisans habillés en moines y mènent une vie simple dans sept ermitages, de modestes cabanes recouvertes de chaume cachées dans les bois et accessibles par des chemins sinueux.

Bayreuth Eremitage

 

De Georg à Wilhelmine

Georg-Wilhelm décède sans descendance. C’est son neveu Georges-Frédéric qui lui succède de 1726 à 1735. A sa mort, son fils Frédéric III devient le nouveau margrave de Brandenburg-Bayreuth. Il offre l’Eremitage à son épouse, la princesse Wilhelmine.

Wilhelmine est une princesse de sang royal. C’est la fille aînée du roi de Prusse et la soeur de Frédéric le Grand. Cultivée et spirituelle et influencée par l’esprit du rococo français, elle transforme cette résidence de plaisance pour en faire lieu de beauté et d’harmonie, un siège des muses.

Wilhelmine, Jean Etienne Liotard 1745
Bayreuth Eremitage
Bayreuth Eremitage
Bayreuth Eremitage

Le Château de l’Eremitage

L’ancien château construit en 1715 par Johann David Räntz est agrandi et embelli par Wilhelmine. Elle y rajoute une aile avec un salon de musique, un cabinet japonais et un cabinet chinois des miroirs ornés de stucs, de dorures et de peintures.

Bayreuth Eremitage
Bayreuth Eremitage
Bayreuth Eremitage
Bayreuth Eremitage

C’est dans ce château que Wilhelmine écrivit ses mémoires. Cette femme fine et très sensible y dépeint avec férocité son enfance à la cour de Prusse du temps du terrible roi sergent Frédéric-Guillaume Ier. C’est aussi le tableau pittoresque, amusant et cruel de la petite cour de Bayreuth au début du 18e siècle.

Bayreuth Eremitage

Des grottes et des ruines

Dès 1736, Wilhelmine donne libre cours à sa fantaisie pour aménager des jardins. Elle dégage de belles perspectives. Dans ses mémoires elle écrit «la rivière coule au bas tout autour de la montagne. Il y a des promenades et des vues magnifiques de quelque côté qu’on aille se promener.»

Bayreuth Eremitage

Elle agrémente le jardin d’un certain nombre de petites folies pittoresques. Entre 1743 et 45, son architecte Karl von Gontard réalise de fausses ruines dont une grotte profonde avec des fontaines et jets d’eau qui s’étend dans les profondeurs du bois. Plus loin se dressent les ruines d’un théâtre romain avec de larges arcs en pierre pour des représentations d’opéras en plein air.

Bayreuth Eremitage
Bayreuth Eremitage
Bayreuth Eremitage
Bayreuth Eremitage

Le nouveau palais baroque

En 1749-53, Wilhelmine fait construire un nouveau palais par l’architecte Joseph Saint-Pierre. C’est une pure merveille d’art baroque qui prend la forme d’une orangerie semi circulaire avec deux ailes qui rejoignent un bâtiment central appelé le Temple du soleil. L’ensemble d’une grande élégance s’étend autour d’un bassin situé en contrebas de l’orangerie.

Bayreuth Eremitage

Les ailes du palais sont rythmées par 43 colonnes animées de bustes en marbre représentant des empereurs romains. Au centre de la composition, le pavillon central orné de colonnes aux chapiteaux dorés est couronné d’un char solaire d’Apollon doré tiré par quatre chevaux.

Bayreuth Eremitage

Wilhelmine entoure son palais de chambres de verdure, de statues, de volières, de pergolas et de jeux d’eau, achevant ce chef d’oeuvre global de l’Eremitage. Selon les dires de l’historienne de l’art Sylvia Habermann, L’Eremitage comptait vers 1750, parmi les parcs les plus importants de l’art paysager européen.

Bayreuth Eremitage
Bayreuth Eremitage
Bayreuth Eremitage
Bayreuth Eremitage

Après la mort de la Wilhelmine, les jardins sont transformés en parc paysager à l’anglaise. Les bosquets sont remplacés par des pairies et des bois. Le jardin est en partie abandonné. Des décors baroques de l’intérieur du nouveau palais rien ne subsiste, ayant été détruit pendant la seconde guerre mondiale. Après 1945, le domaine de 46 hectares est restauré redonnant aux jardins leur ancienne splendeur.

Eremitage Bayreuth

Schloss Eremitage, Eremitage 4 à Bayreuth, Allemagne.  http://www.bayreuth-wilhelmine.de/deutsch/eremitag/index.htm et www.schloesser.bayern.de

Pour découvrir les jardins du Château de Fantaisie et de Sanspareil rendez-vous dans la rubrique Jardins, Allemagne et pour un week-end à Bayreuth, rendez-vous dans la rubrique Voyages, Europe ou cliquez sur les liens.

Crédit photos Agnès Pirlot et Bayreuth Tourisme Bayerische Sclösserverwaltung

 

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi