20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Des montagnes couvertes de neiges éternelles aux vallées verdoyantes, guide de voyage à pied, à cheval ou en 4×4 au Kirghizistan.

 

En Asie centrale

Avec pour voisins la Chine, le Tadjikistan, l’Ouzbekistan et le Kazakhstan, le Kirghizistan est une petite république d’Asie centrale. Essentiellement montagneux, le pays offre un dépaysement rare avec des airs de steppes mongoles, des hauts plateaux, des lacs d’altitude et des vallées sauvages, des paysages vierges de toute construction humaine pendant des kilomètres.

Montagnes du Kirghizistan

Les Monts Célestes

Le Kirghizistan est traversé par les Tian-Shan, les Monts Célestes qui forment le massif montagneux le plus élevé du pays. Trois sommets culminent à 7000 mètres d’altitude, le pic Lénine, le Khan Tengry et le pic Pobedy. Dans ces montagnes vivent le mouton sauvage Marco Polo, l’ours brun et le léopard des neiges. (voir mon reportage sur les montagnes du Kirghizistan)

Monts Tian Shan Kirghizistan

L’eau des glaciers

Les glaciers, les rivières et les lacs d’altitude constituent une immense réserve d’eau qui approvisionne l’Ouzbékistan, le Kazakhstan et le Turkménistan pour l’irrigation de leurs terres. Le réchauffement climatique a provoqué ces dernières années une fonte accélérée des glaciers. Rien que dans la zone des Tian-Shan, plus d’un tiers de la zone glacière aurait disparu au cours du 20e siècle ce qui pourrait entraîner une diminution de l’ensemble des réserves du pays.

Fonte des glaciers du Kirghizistan

L’épopée de Manas

La culture kirghize est avant tout basée sur la tradition orale. L’épopée de Manas serait la plus longue épopée du monde avec près d’un million vers. L’épopée relate l’histoire de la vie de Manas puis de son fils Semeteï et petit-fils Seïtek. Cette chronique historique est le fondement spirituel du peuple kirghize.

L’épopée de Manas Kirghizistan

Un peuple nomade

Peuplé à l’origine de bergers nomades, le Kirghizistan est profondément ancré dans ses traditions. La région rassemble de nombreuses ethnies, des Mongols venus de Sibérie, des Kirghizes, Kazakhs et Ouzbeks. C’est dans les jailoo, les alpages à 2500 ou 3000 mètres d’altitude, que l’on découvre la vie traditionnelle kirghize.

Guide du Kirghizistan (7)
Guide du Kirghizistan (9)
Guide du Kirghizistan (8)
Guide du Kirghizistan (10)

La conquête tsariste

Profitant des rivalités entre les chefs de clan de la région, les armées impériales russes pénètrent dans le domaine kirghize à partir de 1862. La colonie accueille les premiers colons slaves, russes, biolorusses et ukrainiens qui s’installent dans les villes de Karakol, Naryn et Bischkek créant une double culture. Le Musée Prjevalsky à Karakol évoque la vie d’un célèbre explorateur russe.

Musée Prjevalsky à Karakol Kirghizistan

L’époque soviétique

La naissance de l’URSS entraîne en 1936 la création de la république socialiste soviétique du Kirghizistan avec comme capitale Bichkek. Dans les années 1930-1950, les purges staliniennes imposent la collectivisation et la sédentarisation forcée des peuples nomades d’Asie centrale. Le russe devient la langue officielle pratiquée dans le commerce et la politique mais la langue dominante reste le kirghize.

Bichkek Kirghizistan

Bichkek, la capitale

Née à l’emplacement d’une ancienne forteresse dans la vallée de la rivière Chouy, Bichkek est un savant mélange entre l’Orient et l’ex URSS. Rien n’a changé ou presque depuis l’époque communiste. On apprécie les larges avenues arborées tracées par les colons russes au 19e siècle, les parcs et jardins et le Bazar Osh, un immense marché populaire très animé.

Musée National historique de Bichkek

Le centre historique de Bichkek rassemble de remarquables bâtiments publics de l’époque soviétique, mélange de classicisme et de modernité tel le Musée National Historique et le palais présidentiel, un prestigieux palais de marbre blanc surnommé la ‘Maison Blanche’.

Statue de Lénine à Bichkek

Une gigantesque statue Lénine se dresse derrière le Musée historique. C’est l’une des plus grandes statue de Lénine à rester debout au monde. Kirghizes et Russes sont restés de bons amis depuis l’indépendance malgré l’arrêt du soutien financier du grand frère et l’abandon de chantiers en construction. Les Russes sont majoritairement restés présents dans le nord du pays.

Immeuble soviétique abandonné au bord du lac d’Issyk Kul

L’indépendance en 1991

Profitant de la perestroïka, le Kirghizistan devient une république indépendante en 1991. Le pouvoir passe dans les mains des tribus du Nord puis du Sud du pays, dans un échiquier politique parfois très tendu. Le pays dispose de ressources minérales dont une mine d’or mais l’économie est essentiellement tournée vers l’agriculture dans les plaines et l’élevage du bétail dans les alpages.

1991 – 2021 Les trente ans de l’indépendance du Kirghizistan

Drapeau du Kirghizistan

Sur le drapeau national du Kirghizistan, le rouge est une évocation de l’étendard d’Attila, chef des Huns. Il est frappé d’un soleil jaune à 40 rayons qui symbolise les 40 tribus kirghizes originelles. Le centre de ce soleil représente le tunduk, cette ouverture pratiquée au sommet du toit des yourtes pour laisser pénétrer la lumière et s’échapper la fumée du foyer.

Drapeau national du Kirghizistan

La yourte nomade

La yourte est l’habitat traditionnel des nomades du Kirghizistan qui s’installent l’été dans les hauts-plateaux. On la retrouve aussi au bord des routes et dans les villages près d’une maison pour accueillir les invités. Cette tente de feutre est soutenue par une armature de bois démontable. Situé au sommet de la yourte, le tunduk est un orifice circulaire qui permet à la fois l’entrée de la lumière et l’aération de l’espace intérieur. (voir mon reportage sur la yourte

Yourte au Kirghizistan

Des milliers de conteneurs

Le Kirghizistan est l’un des pays les plus pauvres d’Asie centrale et près de 40% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Les roulottes rouillées et les conteneurs reconvertis en maison bordent les routes et s’installent aux carrefours des grands axes, proposant quelques échoppes aux voyageurs qui s’arrêtent le temps de siroter d’un tchaï ou un kumiss.

Habitat en conteneurs au Kirghizistan

Maisons kirghizes

Dans les villages, les maisons sont de plein pied, avec un vaste sous-toit qui offre un espace de stockage pour le foin aéré par deux lucarnes latérales. Planchers et murs sont recouverts de tapis et de tentures en tissus. Les murs extérieurs sont peints en blanc avec les chambranles des portes et des fenêtres en bleu turquoise. La maison est entourée d’un petit jardin et de dépendances et hangars et d’une cuisine extérieure.

Maison kirghize

L’Islam au Kirghizistan

Le Kirghizistan est un pays musulman sunnite islamisé tardivement. La pratique religieuse est tolérante. Elle ne constitue pas une priorité ou un facteur d’identité nationale. L’héritage nomade a conservé des croyances ancestrales liées au zoroastrisme et au chamanisme.

Mosquée au Kirghizistan

Les églises orthodoxes

Les chrétiens orthodoxes se retrouvent surtout chez les Russes et les Slaves arrivés dans la région au 19e siècle. Les églises comme celle de la Sainte Trinité à Karakol étaient construites en bois. Persécutée sous les Soviétiques, la religion orthodoxe est à nouveau pratiquée par les Russes et les Ukrainiens restés en Asie centrale.

Eglise orthodoxe de la Sainte Trinité à Karakol

Temple bouddhiste

La culture au Kirghizistan est faite de métissages comme en témoigne la pagode colorée du temple bouddhiste à Karakol conçue au début du 20e siècle par un architecte chinois et érigée par des ouvriers dungans. C’est un édifice remarquable construit entièrement en bois. Ses fondations ‘flottantes’ résistent aux tremblement de terre. Le bâtiment devint une mosquée en 1910.

Temple bouddhiste de Karakol transformé en mosquée

Guide du Kirghizistan (26)
Guide du Kirghizistan (24)
Guide du Kirghizistan (25)
Guide du Kirghizistan (27)

Cimetières fantômes

Entre chaque village, dans les vallées et les hauts plateaux, s’élèvent des cimetières qui ressemblent à des cités fantômes. La tombe proprement dite n’est qu’une simple butte de terre recouverte de graviers et précédée d’une stèle. Mais d’autres s’entourent de hauts murs, de coupoles et de piliers, mélangeant la culture nomade kirghize et les insignes musulmans.

Cimetière du Kirghizistan

Mausolées

Isolés le long d’une route ou couronnant fièrement la cime d’une colline, les mausolées sont la dernière demeure des notables du pays. Ces monuments funéraires ostentatoires ont surtout fleuri à l’époque soviétique reflétant le statut social et les moyens financiers du commanditaire.

Mausolée au Kirghizistan

Traditions et culture

La culture nomade se vit sur les rives des lacs d’altitude plus que dans les musées. Gravures rupestres, fouilles archéologiques, armes et tissus constituent un témoignage précieux du passé que l’on peut admirer dans les musées comme celui de Karakol qui présente une collection d’animaux empaillés tel l’ours brun et le mouton sauvage Marco Polo.

Guide du Kirghizistan (31)
Guide du Kirghizistan (32)
Guide du Kirghizistan (30)
Guide du Kirghizistan (33)

Marchés aux bestiaux

Les marchés aux bestiaux sont une immersion dans la vie des Kirghiz. Le marché de Karakol qui se tient le dimanche matin est le plus grand du pays avec des milliers de personnes et d’animaux, chevaux, vaches, chèvres et moutons qui sont négociés puis embarqués à l’arrière de pick-up. De petits Oulak-tartych sont improvisés avec de jeunes cavaliers Kirghiz qui s’affrontent à coup de cravache.

Marché aux bestiaux de Karakol

Marchés et bazar

Le bazar d’Osh à Bichkek et le bazar de Karakol sont l’occasion de se plonger dans la vie locale. On se balade entre le souk au tapis, les vendeurs d’étoffes, de paniers, de paillassons, d’épices, de poteries, de bottes, de selles, de couteaux, de pains frais, de légumes, de melons verts et de poivrons rouges.

Marché de Karakol

Guide du Kirghizistan (37)
Guide du Kirghizistan (35)
Guide du Kirghizistan (39)
Guide du Kirghizistan (38)

Le Kalpak

La fabrication du feutre est inscrite depuis des millénaires dans la vie des nomades avec des tapis, des vêtements, chapeaux et toiles imperméables pour la yourte. Les hommes kirghizes portent le Kalpak, une coiffe de feutre de forme conique aux bords retroussés. Il est en général blanc avec des motifs noirs qui symbolisent la montagne.

Kalpak, coiffe d’homme des montagnes du Kirghizistan

Le Shyrdak

Principale production artisanale kirghizie, le Shyrdak est un tapis de feutre qui se trouve dans toutes les yourtes et dans les maisons. Ces tapis de feutre où dominent les tons jaunes et rouges aux couleurs chaudes sont en feutre appliqué, c’est à dire que les motifs découpés dans le feutre sont cousus ensemble à la main, une bordure venant parachever l’ouvrage.

Shyrdak tapis de feutre du Kirghizistan

Artisanat local

Kochkor est un grand village, parfait point de départ pour un trek dans les montagnes du centre du Kirghizistan. On visite le petit musée régional qui expose quelques pièces d’artisanat local. Il est alimenté par la coopérative de femmes de la région où sont fabriqués des tapis de feutre traditionnels, les Shyrdaks.

Guide du Kirghizistan (44)
Guide du Kirghizistan (46)
Guide du Kirghizistan (43)
Guide du Kirghizistan (45)

Lac Song-Kul

Dans une large cuvette encerclée des montagnes Tian-Shan qui se reflètent dans les eaux turquoises, le lac Song-Kul forme un décor extraordinaire. Situé à 3016 mètres d’altitude, il n’est accessible que deux à trois mois de l’année. Dès la fin du printemps, les bergers nomades installent leurs yourtes sur les rives du lac pour surveiller leurs troupeaux. La région accueille en été le festival de la transhumance.

Lac Song-Kul

Lac Issyk Kul

Résidu d’un océan disparu il y a bien longtemps, le lac Issyk Kul, à 1610 mètres d’altitude, est le deuxième plus grand lac de montagne du monde après le lac Titicaca avec 180 km de long sur 60 km de large. En été, il y règne une ambiance balnéaire avec une eau à 18°C alimentée par des sources chaudes. Près de Karakol, le petit port de Pristan propose des mini croisières sur le lac.

Lac Issyk Kul Pristan

Sources d’eau chaude

Comme dans tout pays de montagnes, le Kirghizistan possède de nombreuses sources d’eau chaude minérales naturelles qui sont recueillies à Cholpon-Ata ou dans des bassins près de la gorge Arashan à 10 km de Karakol. L’occasion d’une petite baignade curative dans un endroit propice à la détente.

Sources d’eau chaude d’Arashan

Sanatorium, dans la nature

Dans les régions riches en sources d’eaux chaudes, les Soviétiques ont bâti des sanatoriums qui permettaient de mêler cure thérapeutique et communion avec la nature. Certains sont en ruines. D’autres ont été rénovés et sont devenus très prisés des riches familles kirghizes, russes ou kazakhes comme les sanatoriums sur les rives du lac Issyk-Kul.

Sanatorium soviétique au Kirghizistan

Pétroglyphes

Le musée à ciel ouvert des pétroglyphes situé sur la hauteur de Cholpon-Ata est un véritable jardin de pierres où l’on dénombre 5000 roches couvertes de dessins rupestres. Les plus anciens datent de la fin de l’âge du bronze, environ 1500 avt. J.C. Mais d’autres datent de la période scythe, avant l’arrivée des Kirghizes dans la région. Ils représentent des scènes de chasse avec des loups et des bouquetins, des cerfs, taureaux, chèvres et loups.

Guide du Kirghizistan (52)
Guide du Kirghizistan (50)
Guide du Kirghizistan (51)

Forteresse de Koshoy Korgon

Situé sur la Route de la Soie, le territoire kirghize représente jusqu’au 16e siècle un véritable corridor d’échanges économiques et culturels entre l’Asie, l’Europe et le monde arabo-musulman. Sur un haut plateau, à mi-chemin entre Naryn et le col de Torugart, on découvre la forteresse en ruines de Koshoy Korgon. Véritable tour de Babel, les marchands de tous horizons s’y croisaient le temps d’une étape pour discuter, échanger des idées ou des informations et faire du commerce.

Forteresse de Koshoy Korgon

Caravansérail de Tach Rabat

Le Kirghizistan abrite l’un des plus beaux caravansérail d’Asie centrale, Tach Rabat, isolé dans son écrin de montagne à 3200 mètres d’altitude le long de la Route de la Soie qui mène au col de Turugart, porte de la Chine. Encastré à flanc de colline, ce solide carré de pierre est ouvert par un haut portail. Surmontée par une coupole, la pièce centrale conduit à une trentaine de salles. (voir mon reportage sur Tach Rabat) 

Caravansérail de Tach Rabat

Minaret de Burana

Située sur l’une des ramifications de la route de la soie, l’ancienne ville de Balasagoun était il y a dix siècles la plus importante cité de la vallée de Chuy. Il n’en reste rien qu’un minaret de briques rouges construit au 11e siècle. Légèrement penché, le minaret de Burana est orné de motifs géométriques. Un escalier intérieur très raide conduit en haut du minaret.

Minaret de Burana

Au pied du minaret de Burana sont rassemblées dans un musée à ciel ouvert des pétroglyphes datant du 2e siècle avt. J.C. ainsi que des dizaines d’énigmatiques stèles funéraires tûrk, les Balbals, qui datent du 6e au 10e siècle. Elles se caractérisent par une apparence anthropomorphe représentant un personnage portant souvent un bol dans ses mains.

Guide du Kirghizistan (57)
Guide du Kirghizistan (58)
Guide du Kirghizistan (59)
Guide du Kirghizistan (55)

La transhumance

Les jailoo sont des pâturages d’altitude où les bergers kirghizes restent tout l’été pour surveiller leurs troupeaux. Banni pendant la sédentarisation forcée imposée par le pouvoir soviétique, le mode de vie nomade est vite réapparu après l’indépendance. Il s’agit en fait plus de transhumance que de nomadisme. Se déplacer à cheval, vivre des produits de l’élevage et habiter sous la yourte en été sont un mode de vie unique au monde.

Pâturages d’altitude dans les Jailoo

Chevaux kirghizes

Un proverbe kirghize affirme que les «chevaux sont les ailes de l’homme». Compagnons des nomades, le cheval conserve une grande place dans les traditions et le mode de vie. Le cheval kirghize est protégé tel un trésor national. C’est un animal de taille moyenne, endurant et parfaitement adapté à la montagne et à la vie dans les pâturages d’été. Le lait de jument fermenté, le célèbre kumiss, est considéré comme la boisson nationale kirghize.

Berger Kirghize à cheval

Chasse à l’aigle

Depuis des millénaires, les Kirghiz et les Kazakhs des Tian-Shan et de Mongolie dressent les aigles à la chasse. Les oiseaux de proie sont capturés très jeunes et relâchés dans la nature quand ils sont adultes. Cette tradition est maintenue dans les fermes du village de Bokonbaevo, au bord du lac Issyk Kul et fait l’objet de compétitions chaque été.

Chasse à l’aigle au Kirghizistan

Dormir en yourte

Quelques camps de yourtes pour touristes sont installés en altitude, au bord du Lac Song-Kul, à Tach-Rabat et au bord du lac Issyk-Kul. Les yourtes sont confortables avec des lits, des couettes, des tapis et un petit poêle à charbon qui est allumé à la tombée de la nuit. Il faut réserver longtemps à l’avance surtout en juillet et août. (voir mon reportage sur Dormir en yourte au Kirghizistan) 

Logement sous yourte dans les montagnes du Kirghizistan

Léopard des neiges

Protégé par une épaisse fourrure blanche à taches noires, le léopard des neiges peut vivre jusqu’à 6000 mètres d’altitude. Vous avez très peu de chance d’en croiser car on estime sa population au Kirghizistan à 500 individus, soit le dixième de la population totale sur la planète. Le léopard des neiges fait partie des dix espèces les plus menacées d’extinction. A lire: ‘Le Léopard des neiges’ de Tchingiz Aïtmatov, célèbre écrivain kirghize.

Léopard des neiges au Kirghizistan

Carnet pratique du Kirghizistan

  • Kirghizistan: Situé en Asie centrale, le Kirghizistan (Kirghizstan ou Kirghizie) est une destination en dehors des sentiers touristiques classiques. C’est un pays très sûr qui pratique un Islam modéré.
  • Y aller: L’aéroport international de Manas est situé à 30 km de Bichkek. Les compagnies aériennes kirghizes sont sur la liste noire mais le pays est relié aux principales capitales européennes par de nombreux compagnies dont Turkish Airlines avec un vol qui fait escale à Istanbul. https://www.turkishairlines.com/
  • Circuit: Ce voyage en solo de 8 jours au mois de septembre a été organisé par Travel Land, une agence basée à Bichkek en partenariat avec Evaneos. https://www.evaneos.fr/kirghizistan/ et https://trvlland.com/fr/
  • Climat: continental et sec, très chaud en été et très froid en hiver avec une grande amplitude thermique entre le jour et la nuit, surtout en montagne. Juin et septembre sont les périodes idéales pour visiter le pays. Juillet et août sont la meilleure période pour l’alpinisme.
  • Décalage horaire: GMT + 5, soit 4 heures de décalage en été et 5 heures en hiver.
  • Devise: la monnaie nationale est le som kirghize. 100 soms valent environ 1 Euro. La vie est très bon marché, un repas dépassant rarement les 5 Euro.
  • Langue: le russe, le kirghize mais dans la plupart des guesthouses on parle anglais
  • Se déplacer: aucun déplacement n’est facile. Les grands axes reliant Bichkek à Naryn, Osh et Karakol sont asphaltés mais la plupart des routes de montagnes sont des pistes empierrées et poussiéreuse. D’octobre à avril, la neige bloque les routes rendant la montagne inaccessible, sauf vers les stations de ski.
  • Hospitalité: le sens de l’accueil est ancré chez les populations nomades qui sont bienveillantes vis à vis de l’étranger. On est accueilli avec un Tchaï, thé vert ou noir, à tout moment de la journée. C’est surtout le cas lorsqu’on s’éloigne des grandes villes.
  • Tourisme local: Pour découvrir le mode de vie nomade et l’hospitalité kirghize, les CBT Community-Based Tourism ont développé des programmes d’éco-tourisme durable. https://cbtkyrgyzstan.kg/
  • Jeux nomades: après les trois éditions du Nomad Games organisés au Kirghizistan à Cholpon-Ata en 2014, 2016 et 2018, la prochaine aura lieu en 2022 en Turquie. Un festival de la Transhumance est organisé chaque été fin juillet près du lac de Song-Kul.
  • Randonnées: à chaque étape, il est possible de louer guides et chevaux pour des randonnées équestres hors des sentiers battus. Les chevaux sont robustes et dociles et connaissent parfaitement la montagne. Le trekking se concentre principalement autour de Karakol.
  • Cuisine kirghize: pas besoin d’apporter des tonnes de biscuits secs au Kirghizistan. On mange bien, copieusement ou pour pas cher. La soupe populaire est faite de pomme de terre, légumes et mouton ou cheval bouilli. Le plov, sorte de riz pilaf sauté agrémenté de viandes, d’oignons et de carottes est excellent. Il y a aussi les manty, raviolis bouillis farcis à la viande de mouton et aux oignons et le kurut, petite boule de fromage sec fabriqué à partir de lait caillé.
  • Sécurité: Corruption au passage des frontières et dans les contrôles de police sur la route.
  • Religions: une majorité d’Islam d’obédience sunnite modéré et des chrétiens, russes orthodoxes
  • Que prendre avec vous: crème solaire, Polar et sac de couchage, lampe de poche, papier WC, pas besoin d’adaptateur car prises électriques 220 volts de type européen

 

Rendez-vous dans la rubrique Voyages, Asie, pour découvrir les Montagnes du Kirghizistan, le caravansérail de Tach Rabat sur la Route de la Soie et Dormir dans une yourte de nomades ou cliquez sur les liens.

 

Pin It on Pinterest