20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Le Limbourg belge est une terre féconde en jardins et celui d’Alain Dor est probablement l’un des plus beaux. Démonstration dans le jardin recouvert d’un manteau de neige.

 

Le père et la fille

«On ne naît pas jardinier, on le devient avec l’expérience.» Le jardin d’Alain Dor en est la brillante démonstration. Paysagiste depuis quarante ans, Alain Dor a appris le métier sur le terrain et il a transmis sa passion du métier à sa fille Charline, architecte paysagiste. De sa formation dans une école d’horticulture, Alain a surtout retenu que le monde végétal offre une gamme presque infinie de combinaisons. Mais pour dessiner un jardin, la nature pose ses conditions, celles des plantes, du climat et de la nature du sol.

Jardin neige Alain Dor

Jardins contemporains

«Epuré et en harmonie avec la maison, le style des jardins actuels a évolué vers plus de sobriété. L’important, c’est la structure du jardin, surtout en hiver.» En s’accrochant aux feuilles, la neige redessine les formes, accentue ou transforme les matières. On y lit le tracé des plantations. La neige souligne la ligne claire d’une bordure de buis, la densité sculpturale d’un bosquet de topiaires ou la silhouette fine et tortueuse d’un arbre.

Jardin neige Alain Dor

Entre structure et nature

Le jardin d’Alain Dor recouvre près de deux hectares. Il a été créé il y a 60 ans lorsque ses parents se sont installés dans cette propriété proche d’Hasselt. «A l’époque, on était au milieu des champs et des prairies. Le jardin était tout simple avec une vaste pelouse, un verger et de belles ouvertures sur la campagne.» Au fil du temps, il a fallu fermer le jardin pour préserver son intimité. Le terrain se divise en deux parties, séparé par un petit ruisseau. Autour de la maison s’étend un jardin à la française. Sa structure ouverte tranche avec les chambres de verdure qui occupent la seconde partie.

Jardin neige Alain Dor

 

Un jardin formel

Un jardin classique entoure l’élégante demeure rose construite vers 1950 par Jean-Charles Moreux, architecte, peintre et paysagiste français, parfait représentant d’un classicisme rigoureux et poétique. De l’ancien jardin, il reste quelques vieux pommiers taillés en parasol, un grand chêne et un immense saule pleureur au fond du jardin.

Jardin neige Alain Dor

Le style du jardin d’Alain Dor est formel et parfaitement maîtrisé mais librement interprété avec fantaisie. Le jardin fait écho aux lignes architecturales de la maison avec une banquette de chèvrefeuille arbustif et un alignement d’Hydrangea ‘Annabelle’ aux grandes fleurs blanches. Le fond du jardin est structuré par de grands topiaires vestiges de la pépinière d’Alain, des Chamaecyparis lawsoniana ‘Minima Glauca’ qui gardent naturellement leur forme en boule. Au delà, un berceau d’Hydrangea petiolaris et des cônes de hêtre montent la garde.

Jardin neige Alain Dor

Des plantes résistantes

Un dessin de broderies de buis ornait le centre du jardin. Alain l’a remplacé par une bordure d’Osmanthus. C’est un des premiers paysagistes à renoncer au buis en raison de ses maladies. «Il faut choisir des plantes résistantes. Pour remplacer le buis que l’on voit partout et qui souffre d’une maladie qui jaunit les feuilles, je propose l’Osmanthus burkwoodii et Osmanthus heterophyllus qui gardent leurs feuilles en hiver, tout comme le Prunus lusitanica, qui peut former un grand topiaire, ou le Ligustrum ovalifolium qui offre un beau volume et qui pousse rapidement. Pour une large banquette ou une haie basse, je conseille le Lonicera nitida ‘Elegans’ qui supporte aussi l’ombre.» (voir mon reportage sur les plantes à feuillage persistant qui remplacent le buis en topiaire)

Jardin neige Alain Dor

Des palmiers sous la neige

Une étonnante serre attire l’attention sur le côté du jardin d’Alain Dor. Elle fut construite il y a bien longtemps pour abriter une piscine. La serre est chauffée en hiver pour la maintenir hors gel. Elle sert surtout à hiverner les plantes fragiles en pot, citronnier, agave, pittosporum et géranium. Il y a aussi deux grands palmiers de trente ans. Ils sont installés les pieds dans la serre mais leur tête dépasse de la serre et se dresse vers le ciel. Recouvert d’un manteau de neige, le spectacle est surréaliste!

Jardin neige Alain Dor
Jardin neige Alain Dor
Jardin neige Alain Dor
Jardin neige Alain Dor

Des chambres de verdure

En 1990, Alain se lance dans la création d’une série de chambres de verdure cloisonnées par de hautes haies de hêtre et reliées par des sentiers en dolomie. Un axe central recouvert d’un berceau de glycine s’ouvre sur un jardin rythmé par deux ifs taillés en bouteille. Il y a aussi deux Ginkgo biloba ‘Horizontalis’, aux feuilles jaune or en automne et quatre Cornus florida en fleurs tout au long du mois de mai. Plus loin, un autre jardin formel est divisé en quatre rectangles garnis de rosiers ‘Ballerina’. La structure est soulignée par une haie de Taxus et un alignement de tilleuls palissés, superbes en hiver lorsqu’ils sont recouverts de neige.

Jardin neige Alain Dor

Sur le côté, dans un autre jardin, un bassin rectangulaire a été aménagé et encadré d’une banquette d’if et de six mûriers, Morus alba. Trop peu utilisé dans les jardins, ce petit arbre est taillé chaque année afin de garder une silhouette homogène. A l’opposé, le jardin suivant est consacré aux plantes vivaces. On peut l’admirer en montant en haut d’un petit pavillon à la Mansart construit par Alain où se sont installés des pigeons et tourterelles.

Jardin neige Alain Dor

Une question d’équilibre

Chaque chambre de verdure est différente et peut être une source d’inspiration pour créer son propre jardin. «Au plus un jardin est petit, au plus il doit être structuré. Le rythme peut être donné par des différences de niveau, un jeu de haies en étages ou des arbres en alignement. Il ne faut pas nécessairement mettre du feuillage persistant. Les haies d’érable champêtre ou d’aubépine sont magnifiques et très poétiques. Ce type de jardin ne demande pas beaucoup d’entretien, juste une ou deux tailles par an. »

Jardin neige Alain Dor

Un jardin de vivaces

D’après Alain, les plantes vivaces sont plus difficiles à cultiver et offrent moins d’intérêt en hiver. «C’est peut-être le jardin le plus difficile à créer car il faut faire les bons choix de plantes pour obtenir de bonnes combinaisons. L’entretien nécessite également un suivi pour éliminer les mauvaises herbes entre les plantes. Il faut aussi couper les plantes au ras du sol à la fin de l’hiver. La croissance des vivaces les plus envahissantes doit être maîtrisée pour faire de la place aux plus fragiles, pour que toutes restent à leur place.»

Jardin neige Alain Dor

Le jardin utilitaire

Un potager a été réalisé dans le fond du jardin d’Alain Dor, avec des carrés de légumes et de plantes aromatiques bordées d’un plessis de châtaignier tressé et un cloître couvert de vigne. Le verger est bordé d’une allée en érable champêtre qui serpente, telle une vague ondulante.

Jardin neige Alain Dor
Jardin neige Alain Dor
Jardin neige Alain Dor
Jardin neige Alain Dor

Alain Dor et Charline Dor, architectes paysagistes. Le jardin d’Alain Dor se visite dans le cadre de l’association «Jardins Ouverts de Belgique» www.jardinsouverts.be. On peut également le visiter un week-end au mois de juin lors de journées portes ouvertes organisées par le bureau d’architecture d’Alain Dor. www.alain-dor.be.

Crédit photos: Charlene Dor

Reportage publié en 2012 dans le magazine Nest (www.roularta.be)

Rendez-vous dans la rubrique Découvertes, Associations mon reportage sur l’association des Jardins Ouverts de Belgique, dans la rubrique Végétaux, Arbres et arbustes, pour découvrir mon reportage sur les arbustes à feuillage persistant qui remplacent le buis, sur l’Ilex crenata qui remplace le buis et dans la rubrique Jardinage, Travaux de Jardinage, sur le Buis, la pyrale et les champignons, ou cliquez sur les liens.

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Facebook
Twitter
Pinterest