20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Marrakech, Fès, Meknès, Rabat, les villes impériales du Maroc sont liées aux grandes dynasties qui ont construit le pays. Trois mille ans d’une histoire passionnante riche en rebondissements!

Au carrefour de l’Orient, de l’Europe et de l’Afrique

C’est en visitant les villes impériales du Maroc que l’histoire des nombreuses dynasties berbères, arabes ou chrétiennes qui se sont succédées nous est racontée, alternant des temps d’anarchie et de paix. Deux mers, une barrière montagneuse et l’immensité saharienne isolent cette terre que l’on appelait jadis le Maghreb extrême. Mais c’est, en même temps, le pays le plus proche de l’Europe, le plus facile d’accès. Le pays qui fut, au long d’une histoire de trois mille ans, le plus perméable aux courants venus du nord et du sud, de Guinée ou d’Andalousie.

Maroc

Les Phéniciens et les Carthaginois 1000 av JC

C’est mille ans av. J.C. que les bateaux à voile carrée venus de Phénicie ont abordé le littoral atlantique de l’Afrique pour fonder les premières colonies. Puis viennent les Carthaginois qui voisinent avec la population maure (mahour en phénicien). Ils apportent le travail du fer, la culture de la vigne, du grenadier, de l’olivier.

Volubilis

Les Romains à Volubilis 146 av JC

Avec la prise de Carthage en 146 av. J.C., les Romains tiennent les ports de la Méditerranée et fondent les premières cités dont Volubilis qui dresse encore ses ruines près de Meknès. Au delà s’étend le domaine des barbarri, les Berbères, nomades, artisans ou paysans sédentaires.

Volubilis

Vers les premières années de notre ère, Volubilis fut une des capitales de Juba II, roi de Maurétanie dont on a découvert un bronze d’une exceptionnelle beauté à Volubilis. Elevé à Rome dans l’entourage d’Auguste, ce jeune Numide épouse la fille d’Antoine et de Cléopâtre d’Alexandrie, court le monde jusqu’en Orient puis s’entoure de savants, d’artistes et de poètes en son palais de Volubilis. Il fut assassiné par Caligula qui ordonna l’invasion de la Maurétanie. Le Romain, jusqu’alors bien toléré, devient un ennemi. Après trois siècles d’occupation, Rome abandonne ses colonies et les Berbères retrouvent leur indépendance. Romanisés et chrétiens, certains se convertissent au judaïsme.

Volubilis
Volubilis
Volubilis
Volubilis
Volubilis
Volubilis

Les Berbères, les Arabes et l’Islam  8e siècle

Au 8e siècle, les berbères embrassent la nouvelle doctrine prêchée par les envahisseurs arabes et se convertissent à l’Islam. L’arabe remplace le latin comme langue officielle alors que le peuple continue de parler berbère. Le Maroc en tant qu’Etat existe depuis l’an 788, quand Idriss Ier fut proclamé roi par les tribu berbères du nord du pays. Il est étranger et arabe mais son héritier Idriss II sera le fils d’une Berbère

Meknes arabe et berbere

Fès, capitale des Idrissides  9e siècle

Idriss Ier pose les premières pierres de Fès, la nouvelle capitale. Située dans une vallée fertile, aux pieds des Montagnes du Moyen  Atlas et du Rif, Fès est la halte obligatoire des caravanes qui venaient du Soudan et de Guinée à travers le Sahara pour approvisionner en or les cours d’Europe. C’est aussi la terre d’accueil des arabes venus de Kairouan, la ville sainte de Tunisie et des musulmans d’Andalousie chassés par les chrétiens. Ils vont apporter avec eux sciences, commerce, beaux-arts et raffinements divers. La ville construit en 859 sa première université coranique près de la mosquée Karaouiyine. C’est la plus vieille du Maroc.

Fes Mosquée Karaouiyine

Marrakech, capitale des Almoravides 11e siècle

Chevaliers de l’Islam, des nomades berbères voilés sortis du Sahara en 1055 dressent des forteresses monastères, les ribats. Ce sont les Almoravides. Ils fondent Marrakech qui devient leur capitale. Youssef ben Tachfin est leur chef. Il conquiert Fès puis le Rif et les rives de l’Andalousie. Les chrétiens reprennent l’offensive. La douceur andalouse a raison de l’ascèse saharienne et le règne sombre dans la décadence. Un illuminé se disant l’envoyé de Dieu prêche à son tour la pureté et l’unicité de Dieu. Ses disciples seront les Almohades qui prendront Marrakech en 1147.

Marrakech La Koutoubia
Marrakech Menara
Marrakech Medina
Marrakech Medina

Rabat, capitale des Almohades 12e siècle

Le chef des Almohades, Abd el-Moumem prend le titre de calife et unit pour la première fois l’Afrique du Nord tout entière. Rabat est une base militaire qui sert de base aux expéditions menées en Andalousie. Un de ses successeurs, Yacoub el-Mansour fera de Rabat sa capitale. Dans un Maroc pacifié, fertile et prospère, les Almohades sont de grands bâtisseurs. En ce 12e siècle qui est celui des cathédrales chrétiennes, l’islam édifie la Koutoubia de Marrakech, l’enceinte et les portes de Rabat ainsi que la mosquée Hassan et la kasbah des Oudaïas.

Rabat kasbah des Oudaïa
Rabat Tour Hassan
Rabat Jardin andalou
Rabat fortifications

Fes el-Jedid, la dynastie Mérinide 13e siècle

Des nomades insoumis occupent Meknes et Fès au 13e siècle. En face de Fes el-Bali, la ville ancienne, ils édifient une capitale, Fes el-Jedid, la ville nouvelle. Souverain fort pieux, Abou el-Hassan refait un moment l’unité du Maghreb. Il construit à Fes de nombreux édifices religieux, des mosquées et des médersas, les écoles coraniques où se formaient les étudiants en théologie, en science et en histoire.

Fes Medersa bou Inania
Fes Maroc
Fes Maroc
Fes Medersa bou Inania
Fes quartier des tanneurs
Fes tapis

Marrakech, la dynastie Saadienne 16e siècle

Suite à la présence des Portugais le long de la côte atlantique, la tribu arabe des Saadiens prêche le Jihad, la guerre sainte contre l’envahisseur. La prise de Marrakech officialise leur pouvoir. Ils maintiennent Marrakech comme capitale et l’embellissent d’édifices que l’on admire encore. A la fin du 16e siècle, le règne d’Ahmed el-Mansour marque une période glorieuse et prospère pour le Maroc. L’or, les esclaves, le sucre, le coton et l’ambre sont l’objet de marchés importants.

Marrakech Tombeaux Saadiens
Marrakech Tombeaux Saadiens
Marrakech Tombeaux Saadiens
Marrakech Tombeaux Saadiens

Meknes, capitale des Alaouites 17e siècle

Sultans indépendants au sud de l’Atlas jusqu’à Tombouctou, les Alaouites entrent dans l’histoire au 17e siècle avec une lignée de chefs aux qualités exceptionnelles. Ils s’enorgueillissent d’être les descendants directs du Prophète Mahomet, par Fâtimah, la fille du prophète qui épousa Ali, son cousin. Un monarque hors pair, Moulay Ismaïl règnera pendant 55 ans, de 1672 à 1727, presque autant que Louis XIV qui prit le pouvoir en France vers la même époque. Il exerce un pouvoir absolu et fait de Meknes sa capitale. Il l’embelli de palais, de remparts et de portes monumentales.

Meknes Bab el-Makhzen
Meknes Heri Souani
Meknes Heri Souani
Meknes Bab Mansour

Rabat, du protectorat à la monarchie 20e siècle

Alors que le monde occidental opère sa révolution industrielle, le Maroc se dégrade inexorablement. Le pays connaît en 1912 le protectorat français sous la direction du maréchal Lyautey. Il fait de Rabat une capitale moderne et dote de grandes villes comme Casablanca d’infrastructures modernes. En 1956, le Maroc est proclamé état souverain et indépendant. Il réunit les arabes et les berbères, les citadins et les montagnards, les nomades, les gens du Rif, de Fes et du Souss. Aujourd’hui, le Maroc est une monarchie constitutionnelle. Descendant du Prophète, le roi Mohammed VI est de la dynastie alaouite. C’est aussi Commandeur des Croyants, c’est-à-dire le chef religieux du Maroc.

Rabat
Rabat
Rabat
Rabat

Carnet de route

Fes atelier de poterie
Fes Maroc
Fes Maroc
Fes atelier de poterie
Maroc
Fes Maroc
Fes atelier de poterie
Fes Maroc
Fes tapis
  • Y aller. vol direct de 3h30 Bruxelles Marrakech et Casablanca. Passeport obligatoire. Une heure de décalage horaire.
  • Le circuit. En 2018, je suis partie avec un groupe de journalistes, invitée par l’office national marocain du tourisme. Il faut au minimum une semaine pour parcourir les 1000 km et visiter les quatre villes impériales de Marrakech, Rabat, Meknes et Fès.
  • Monnaie. Le dirham (DH). Vous ne pouvez vous procurer des dirhams qu’au Maroc
  • Langue. L’arabe et le berbère, mais on parle presque partout le français.
  • Artisanat. Chaque ville a sa spécialité. Les tapis et les broderies à Rabat, le travail du bois, les mosaïques et le métal incrustés de fils d’argent à Meknès, les poteries, les plateaux en cuivre et le travail du cuir à Fès, les tapis berbères, le cuir et les épices à Marrakech.
  • Muezzin. Celui qui fait l’appel à la prière du haut du minaret en modulant les sourates du Coran. Il a lieu cinq fois par jour par un haut-parleur en haut des minarets de la ville, ce qui provoque souvent une sérieuse cacophonie. Il vous réveillera tôt le matin.
  • Cuisine marocaine. Le couscous, à base de blé dur, d’orge, de maïs ou de seigle, selon les régions. La tajine, un ragoût où se mêlent poulet et citron confit, boulettes et oeufs, agneau et abricots secs.
  • Thé à la menthe. A base de thé vert de Chine, avec un bouquet de menthe fraîche et du sucre. On sert le thé en le versant d’assez haut afin de l’aérer. Il désaltère, réchauffe, se boit à n’importe quelle heure. Un geste d’hospitalité qui ne se refuse jamais.
  • A lire. Le Maroc aujourd’hui, Jean Hureau, Editions J.A., 1969. Toujours aussi passionnant 50 ans plus tard pour son récit historique et la description des villes.

www.visitmorocco.com  et  www.officetourismemaroc.com

Vous trouverez dans la rubrique Voyages, Afrique, un guide pratique pour partir à la découverte des 4 villes impériales du Maroc: Marrakech, Fès, Meknes et Rabat. ou cliquer sur les liens

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi