20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Dans la lumière rasante de l’automne, les arbres, buissons, graminées et plantes vivaces donnent au jardin de Carine et Vincent des couleurs douces et éclatantes.

 

Le jardin de Carine et Vincent

La poignée de main est franche et accueillante. Echevine de la commune de Lasne durant de nombreuses années, Carine est une femme de caractère, positive et communicative. «En 1988, après un mariage, trois enfants et une vie passée à l’étranger, en Afrique et aux USA, je suis revenue habiter dans le village de mon enfance. J’ai été émerveillée par la chance que j’avais de vivre dans un environnement aussi privilégié.»

Jardin Carine et Vincent

Une maison en bois

Son refuge est une maison en bois installée dans une ancienne prairie. Elle est entourée par une couronne de feuillage. Nous sommes en pleine campagne et pourtant si près de Bruxelles. C’est une belle maison contemporaine construite en bois mais recouverte d’un parement de brique pour répondre aux exigences urbanistiques de la commune à cette époque.

Jardin Carine et Vincent
Jardin Carine et Vincent
Jardin Carine et Vincent
Jardin Carine et Vincent

Un jardin dans la campagne

Le jardin s’étend sur près d’un demi hectare, exposé sud-ouest et ouvert à l’arrière sur une prairie et des bois. Il s’est fait petit à petit, avec l’aide de différents paysagistes. Mais les projets ne correspondaient pas vraiment aux aspirations de Carine et Vincent. Il faut dire que Carine a travaillé comme créatrice de jardin et qu’elle avait bien ses idées. «Ma grand mère était une jardinière chevronnée et ma mère avait un réel amour des plantes et des fleurs. C’est quand j’ai eu mon premier jardin à Kinshasa que je me suis lancée. Je pense qu’un jardin doit être en harmonie avec la maison et l’environnement et qu’il doit être agréable à regarder de la maison en toutes saisons.»

Jardin Carine et Vincent

Formes courbes et enveloppantes

Le jardin de Carine et Vincent est un jardin à quatre mains. Vincent aime particulièrement les arbres. «Vincent s’est surtout occupé de la structure du jardin. Il a un excellent sens des volumes, des distances et des perspectives. Dans le sous-bois, il a planté des rhododendrons pour le printemps et des érables du Japon qui s’embrasent en automne.» A deux, ils ont planté des dizaines d’arbres, dans leur jardin, dans le bois et aux alentours. Pour préserver un peu d’intimité et se protéger du vent d’ouest qui balayait la prairie de nombreux buissons ont été regroupés en massifs aux formes sinueuses.  Près de la maison, la terre lourde et argileuse plaît aux rosiers, aux pivoines et aux buis. Dans le fond du jardin, vers le bois, le terrain devient sablo-limoneux et plus léger et acide.

Jardin de Carine et Vincent

 

Une terrasse ombragée de catalpas

Côté rue, le jardin est très dense pour se protéger du bruit, avec quelques arbres fruitiers et des buissons taillés en boule. Un écrin de verdure qui, 25 ans plus tard, devient presque envahissant. «On plante toujours trop et trop serré. Nous avons du couper quelques arbres et chaque année, on doit tailler sévèrement les arbustes.»  A l’arrière, les larges baies vitrées de la maison s’ouvrent sur un paysage lumineux. La terrasse recouverte d’un bois d’Ipé est ombragée par deux catalpas. Quelques boules de buis et de lavande, des bouquets de graminées et, de part et d’autre de la pelouse ensoleillée, des massifs d’arbustes et de vivaces aux formes ondulantes.

Jardin de Carine et Vincent
Jardin de Carine et Vincent
Jardin de Carine et Vincent
Jardin de Carine et Vincent

Une tondeuse robot

Une vaste pelouse constitue l’essentiel du décor. «Comme nous travaillons tous les deux et que nous n’avons pas beaucoup de temps pour nous occuper du jardin, nous avons installé une tondeuse robot pour couper le gazon. Elle nous étonne toujours par ses trajets qui nous semblent farfelus mais il faut avouer que le travail est parfait. Parfois, elle bloque sur le mobilier de jardin ou se perd dans les graminées, mais finalement, elle s’en sort toujours.»

Jardin de Carine et Vincent

Place aux roses et aux buissons

Dans les massifs, les roses se mélangent volontiers aux arbustes. «J’adore les rosiers mais j’en ai perdu beaucoup durant les derniers hivers. Les roses qui me plaisent le plus sont à fleurs simples où on voit les étamines comme les rosiers ‘Sally Homes’ et ‘Sourire d’Orchidée’. Contre la terrasse couverte, on a installé ‘Maigold’ car il fleurit très tôt.». Viornes et spirées ont une belle place dans les massifs.  «Les viornes poussent très bien ici. J’en ai plusieurs variétés. Le plus facile à vivre est le Viburnum plicatum ‘Watanabe’ car il ne prend pas trop de place et il a une jolie silhouette étagée. J’ai aussi des Spirea arguta et ‘Grefsheim’ à fleurs blanches pour le printemps et Spirea ‘Antony Waterer’ à fleurs rose pour l’été»  

Jardin de Carine et Vincent

Graminées, asters et cie

Les graminées se mêlent aux asters qui se ressèment partout. «J’ai découvert une ravissante plante vivace, le Gillenia trifoliata, qui forme comme un petit buisson couvert en été de fleurs blanches étoilées. J’aime les plantes qui viennent toutes seules et qui s’installent dans le jardin comme les euphorbes ou les épilobes. Mais certaines ont tendance à prendre le dessus et il faut alors savoir les éliminer»

Jardin Carine et Vincent

«Le Stephanandra est un buisson précieux car il pousse davantage en largeur qu’en hauteur et il supporte l’ombre. Ses rameaux retombants sont couverts d’un feuillage découpé qui prend une jolie teinte en automne. C’est un excellent couvre-sol. Je suis parfois tentée par des buissons un peu plus fragiles, comme les Ceanothus ou les cistes, mais je sais que je risque de les perdre lors des hivers plus rudes.»

Jardin Carine et Vincent
Jardin Carine et Vincent

Des méthodes douces

Sans prétendre être un véritable potager, la serre et un grand bac potager surélevé permettent d’aller cueillir quelques légumes frais plusieurs fois par semaine, un délice et une grande satisfaction. Depuis quelques années, Carine soigne le jardin avec des méthodes douces. Plus de bêchage ni de pulvérisation de produits toxiques. «Pour éliminer les mauvaises herbes, j’utilise un chalumeau qui les brûle. C’est long comme travail mais efficace. Il y quelques limaces qui dévorent les delphiniums et les hostas, mais c’est la vie. Par contre, les arbres et les buissons attirent une foule d’oiseaux. Et l’année prochaine, on installera des ruches dans le fond du jardin.»

Jardin Carine et Vincent

 

Lasne en Actions. Une journée à la découverte des jardins privés de Lasne, c’est le projet initié par Carine et les membres de l’association, une plate-forme qui soutient des initiatives caritatives ou humanitaires. Une belle manière de faire découvrir cette belle région du Brabant Wallon et d’être plus solidaire.  https://www.lasne.be/vivre-a-lasne/social/monde-associatif/lasne-en-actions

Reportage publié en 2014 dans Jardins & Loisirs (www.jardinsetloisirs.be)

Rendez-vous dans la rubrique Jardins, Belgique, pour découvrir mes reportages de Jardins en Belgique, et dans la rubrique Végétaux, Plantes vivaces, mon reportage sur les Aster et les Graminées, ou cliquez sur les liens.

Jardin Carine et Vincent

 

Pin It on Pinterest