20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Offertes à l’occasion des fêtes, les azalées de fleuriste ont la réputation d’être difficiles à conserver. Découvrez les bons gestes qui prolongeront leur floraison.

Azalée de Gand

L’Azalée de Gand est le premier produit horticole européen à bénéficier d’une IGP, Indication Géographique Protégée. Cette belle plante d’intérieur porte désormais fièrement ce signe européen d’origine, gage de qualité d’une production régionale qui se concentre dans la région de Gand. Aujourd’hui, 80% de la production européenne provient de Flandre avec une culture annuelle de près de 30 millions d’unités! Seuls 10 millions d’azalées reçoivent le label d’Azalée gantoise car les plantes doivent répondre à des exigences de qualité strictes. Par exemple, la couleur de la fleur doit être identifiable sur 80% des boutons.

Azalée de Gand

Azalea indica

L’azalée des fleuristes est un membre de la grande famille des rhododendrons. Originaire de Chine et du Japon, l’azalée fait son apparition dans nos régions à la fin du 18e siècle. A cette époque, l’horticulture à Gand était déjà florissante. Le travail des horticulteurs s’est principalement porté sur l’azalée d’intérieur, Azalea indica, qui ne supporte pas le gel contrairement à sa cousine qui pousse dans nos jardins.

Dans la nature, ce petit buisson au feuillage persistant fleurit au printemps, se couvrant d’une multitude de petites fleurs. Au fil des décennies, de nombreuses sélections et croisements ont permis aux azalées de développer de belles grosses fleurs. Les professionnels forcent la plante à s’épanouir durant six semaines au cœur de l’hiver.

Azalée de Gand

Une floraison brillante

Il existe à présent près de 150 variétés à fleurs simples ou à fleurs doubles. La floraison brillante des azalées de Gand se décline dans une gamme de couleurs allant du blanc au violet en passant par le rose, le parme, le saumon et le rouge. Certaines variétés proposent également des fleurs aux pétales panachés, striés, frangés de rose ou gansés de blanc. D’autres portent des fleurs si grosses qu’on dirait une rose.

Azalée de Gand

Guide de survie

De la serre fraîche du fleuriste au living surchauffé de nos maisons, le choc est souvent rude pour cet arbuste délicat. On assiste alors à un vrai désastre. Le feuillage se dessèche en quelques jours puis les boutons se fanent et la plante atterrit immanquablement à la poubelle. Avec des soins adéquats, l’azalée de Gand peut toutefois jouer les prolongations et vivre durant plusieurs dizaines d’années.

– Température: plus la pièce est fraîche, plus longue sera la floraison. L’idéal est de ne pas dépasser 15 à 20°C et de placer la nuit les azalées dans une pièce plus fraîche. Plus la pièce est fraîche et lumineuse, plus longue sera la floraison.

– Luminosité: une lumière indirecte et tamisée prolonge la floraison et évite l’évaporation trop rapide de l’eau. Il faut éviter les courants d’air et le soleil direct.

– Arrosage: cultivée dans un substrat de tourbe très léger, l’azalée risque de souffrir d’un coup de soif. Deux fois par semaine, immergez la plante dans un sceau d’eau sans oublier d’égoutter. La motte doit pouvoir s’imbiber pour rester humide. Utilisez de l’eau en bouteille peu minéralisée ou de l’eau de pluie.

– Humidité: posez votre pot dans une soucoupe garnie d’une couche de graviers humides. Vaporisez le feuillage chaque jour avec une eau à température de la pièce.

– Engrais: durant la floraison, la plante n’a pas besoin d’engrais ni de traitement. Elle n’est sensible ni aux maladies ni aux insectes. De mars à septembre, rajoutez tous les quinze jours de l’engrais à l’eau d’arrosage pour favoriser la floraison à venir.

Azalée de Gand

Pour qu’elle refleurisse

Cultivée en pot, l’azalée des fleuristes ne résiste pas à la rigueur de nos hivers. On peut tenter de la garder d’une année à l’autre en taillant la plante après la floraison. Il faut ensuite la rempoter avec de la terre de bruyère et la garder dans un local frais et bien éclairé, sans oublier de l’arroser. La plante peut passer l’été au jardin. L’idéal est d’enterrer le pot à l’ombre d’un arbre en n’oubliant pas de l’arroser et de fertiliser régulièrement. Fin septembre, vous rentrez l’arbuste dans une pièce fraîche et lumineuse de la maison. Ainsi cultivée, l’azalée de forte chances de vous offrir une nouvelle floraison au début du printemps suivant.

www.azaleegantoise.be

Pour avoir des conseils de culture du cyclamen et du poinsettia, rendez-vous dans la rubrique Végétaux, plantes annuelles et d’intérieur

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi