20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Etre au coeur de la nature en restant à l’intérieur? C’est la magie du jardin d’hiver de Danielle. Un endroit un peu hors du temps et des saisons où elle chouchoute ses plantes préférées.

Le jardin d’hiver

Un jardin dehors, c’est déjà un rêve. Un rêve qu’on ne tarde pas à vouloir prolonger jusque dans la maison. Voilà pourquoi Danielle a aménagé contre la façade de son habitation une splendide véranda toute de rouge vêtue. «J’ai installé cette véranda pour agrandir le salon et l’ouvrir sur le jardin. Une table, un canapé garni de coussins douillets et quelques étagères couvertes de plantes… C’était une nouvelle pièce à vivre au plus près du jardin, à l’abri des intempéries et sans sortir de sa maison. Au fil des années, les plantes ont progressivement occupé tout l’espace si bien qu’aujourd’hui, il n’y a plus de place pour installer le moindre fauteuil!»

véranda de Danielle

‘Madame Pot’

Il faut dire que Danielle est plus active que contemplative et que le jardinage est sa passion. «On m’appelle ‘Madame Pot’. J’ai l’âme d’une collectionneuse et comme mon jardin est tout petit, j’accumule les plantes en pot dans le jardin, sur la terrasse et contre les murs de la maison. Je ne puis pas résister devant une plante que je découvre dans une pépinière, une foire aux plantes ou dans un jardin que je visite. Il me la faut!  Au besoin, je prélève lors de mes expéditions des graines ou des petites branches que je ramène dans un sac et qui vont me permettre de multiplier la plante par semis ou par boutures.»

jardin de Danielle

Une jungle luxuriante

Sous abri vitré, toute graine semée lève, toute bouture s’enracine, toute plante fragile trouve son équilibre… C’est ce que nous démontre Danielle en nous faisant les honneurs de sa véranda. Les plantes les plus délicates sont installées sur des étagères en fer forgé, groupées dans un coin ou sur une petite table. «Grâce à la chaleur et à l’humidité, la croissance des plantes est presque garantie. La seule chose qu’il faut faire, c’est de surveiller de près l’arrosage des plantes, car chacune a des besoins différents.»

véranda de Danielle

La vie au chaud

Installée contre la façade sud-est de la maison, la véranda est bien ensoleillée durant l’hiver, sans souffrir trop de la chaleur en été. Elle se compose de deux parties, l’une étant simplement maintenue hors gel durant l’hiver, tandis que la seconde est une véritable serre chauffée avec un minimum de 10°C l’hiver pour cultiver les plantes tropicales et exotiques. Les plantes d’appartement comme les ficus, crassula, cactus, coléus, streptocarpus, tradescantia et grandes euphorbes s’épanouissent et fleurissent sans problème. C’est aussi l’endroit où l’on peut hiverner les plantes gélives et acclimater quelques raretés.

véranda de Danielle
véranda de Danielle
véranda de Danielle
véranda de Danielle

Le rempotage et la taille

Eté comme hiver, Danielle veille à l’aération et l’arrosage des plantes en pot. Quand elles sont à l’étroit dans leur contenant, Danielle les rempote dans un pot plus grand. Le terreau est un substrat spécial pour plantes d’appartement avec un apport d’engrais organique en granulés. Il faut parfois diviser la plante en coupant un bout de racines, comme pour l’agapanthe. Les plus anciennes plantes ont entre vingt et quarante ans. Certaines sont devenues trop grandes. Elles ont du être taillées et évidemment, les rameaux coupés ont été repiqués dans des pots pour faire des boutures. S’il n’y a pas de problèmes de maladies, en revanche les plantes sont parfois attaquées par des insectes suceurs, pucerons, cochenilles et mouches blanches qui sont éradiquées par un nettoyage au chiffon  des feuillages des plantes ou, si besoin, par un insecticide systémique adapté.

véranda de Danielle
véranda de Danielle
véranda de Danielle
véranda de Danielle
véranda de Danielle
véranda de Danielle
veranda de Danielle
véranda de Danielle

 

Coin pouponnière

Dans la partie la plus chaude de la véranda, Danielle a installé un espace pouponnière qui rassemble les bébés plantes qui viennent d’être semés ou bouturés. Il faut dire que Danielle a les doigts verts. Elle explique volontiers comment elle fait ses boutures. «Je prélève un rameau à talon de 15cm, ni trop tendre, ni trop dur, au-dessous d’une paire de feuilles. J’enlève toutes les feuilles inférieures du rameau et je n’en garde qu’une, qui servira de tire-sève. La bouture est piquée et bien tassée dans un pot rempli d’un terreau spécial bouturage. Après un arrosage léger, le pot est placé dans un endroit chaud et humide. Pour garder l’humidité, je recouvre le pot d’une bouteille d’eau en plastique coupée dans le fond. Le fond de la bouteille sert de soucoupe au pot. Cela forme une mini serre et la bouture se développe à l’étouffée. Je n’utilise jamais d’hormones de bouturage. Quand les racines arrivent et dépassent dans le fond du pot, c’est que la bouture a pris et qu’une nouvelle plante est née.»

jardikn de Danielle
jardin de Danielle
jardin de Danielle
jardin de Danielle

Dans le jardin

A la belle saison, Danielle passe presque toute la journée dans son jardin de 8 ares rempli d’un mélange d’arbustes et de vivaces, de plantes inhabituelles et de semis naturels. Le sol sablonneux est amélioré avec du compost et recouvert par un mulching de broyat de branches qui empêche la venue des mauvaises herbes. Dans le fond du jardin, une balançoire sert de support à une glycine bleue et blanche et à une bignone qui monte vers la lumière tandis qu’au sol règnent les plantes tapissantes, hosta, pulmonaire, heuchère, fraisiers, primevères et lierre.

jardin de Danielle
jardin de Danielle
jardin de Danielle
jardin de Danielle

Jardin de collection

Danielle est une collectionneuse. Vous verrez dans son jardin une collection de dahlias en pot, de fougères, d’hydrangeas et d’asters. La piscine a été transformée en un étang à l’italienne. Il a maintenant six ans et les petits koïs y ont parfaitement grandi et sont devenus énormes. Grâce aux potées placées le long de la margelle, le héron ne peut se poser pour pêcher. Danielle y a rassemblé des fleurs à bulbes, glaïeul d’Abyssinie très parfumé, dahlias de toutes les couleurs, cannas, et des plantes d’orangerie, agrumes, eucomis, datura, fuschia, callistemon, pittosporum, abutilon, strelizia et mimosa qui rentreront l’hiver dans la véranda.

Pour avoir des conseils de culture des cactus, rendez-vous dans la rubrique jardinage, plantes d’intérieur

Avez-vous une véranda ou une serre chauffée? Comment chouchoutez-vous vos plantes? Je serais heureuse de connaître votre expérience. Vous pouvez m’écrire dans l’encadré ci-dessous.

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email