20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Composter en ville, c’est possible. A Bruxelles, 150 sites de compostage de quartier ont été créés à l’initiative de citoyens bénévoles soutenus par l’asbl WORMS. Une belle initiative pour valoriser les déchets ménager et mettre sa poubelle au régime!

Le premier compost de quartier

L’asbl WORMS a été fondée en 2008 suite au succès d’un premier compost de quartier sur la commune de Watermael-Boitsfort. Il a été créé par un jeune ingénieur agronome, Benoît Salsac, qui remporta la même année le prix belge de l’énergie et de l’environnement. L’idée de cet éco-projet était simple, mais lumineuse. «Mon souci était de diminuer le volume des sacs-poubelles des habitants de la commune. Pour moi, faire du compostage, c’est un acte citoyen. A Bruxelles, tous les déchets organiques que vous mettez dans les sacs blancs partent à l’incinérateur. C’est de la matière organique qui disparaît pour nos sols et des rejets nocifs de gaz à effet de serre! Il s’agit tout simplement de rendre à la nature ce qu’elle nous a donné

Compost de quartier

Le centre de compostage de Watermael-Boitsfort

Situé à deux pas de la maison communale, le centre de compostage de quartier de Boitsfort accueille les déchets de cuisine d’une centaine de ménages des alentours, principalement des résidents des immeubles à appartement. Il suffit de s’inscrire sur le site de compostage lors d’une permanence des bénévoles. Une poubelle-compostière a été installée en bordure du lieu où tous les participants viennent jeter leurs déchets de cuisine. Le centre reçoit aussi régulièrement du broyat (copeaux de bois) de firmes d’élagage qu’ils mélangent au fur et à mesure aux déchets alimentaires des ménages.

Compost de quartier

Composter avec ses voisins

Si vous ne trouvez pas de centre près de chez vous, pourquoi ne pas créer un projet de compostage de quartier? Il faut prévoir minimum deux personnes prêtes à développer le projet et à entretenir le terrain. Une de ces deux personnes sera le gestionnaire ou la personne de contact, le second doit être un maître-composteur. Il faut ensuite un terrain disponible et clôturé où l’on pourra installer les fûts et bacs à compost, de la place pour le retournement, le stockage de broyat, un chemin d’accès avec un passage pour les brouettes, un cabanon pour entreposer pelle, fourche, bêche, râteau, tige aératrice, tamis, broyeur…) et un récupérateur d’eau de pluie.

Compost de quartier

Une permanence ou un accès 24h sur 24h

Le site de Watermael-Boitsfort recueille environ 400kg de déchets organiques par semaine qui produisent un compost de première qualité utilisé pour semer, rempoter ou bouturer les plantes d’intérieur ou de balcon. Ceci dit, ce centre est à présent victime de son succès et les bénévoles manquent pour gérer les déchets. L’accès à un centre de compostage de quartier peut se faire soit via des permanences, soit via un système de pré-centralisation accessible 24h/24h, style poubelle compostière ouverte côté rue, soit via un accès sur le site fermé par un cadenas à code. Et enfin, il faut évidemment des participants actifs venant déposer leurs déchets compostables. Pour cela, le soutien de la commune, des habitants d’un logement collectif ou d’un comité de quartier est un atout.

Compost de quartier
Compost de quartier
Compost de quartier
Compost de quartier

Un projet encadré par l’asbl WORMS

Chaque projet de compostage de quartier est spécifique. Le principe est simple mais son installation et sa gestion peuvent paraître un peu complexe. C’est pour cette raison qu’a été créé l’asbl WORMS mandatée par Bruxelles Environnement. Accessible par téléphone ou par courriel, l’association tente de répondre à toutes les questions. Elle utilise aussi son réseau de bénévoles pour venir en aide à d’autres citoyens de la région bruxelloise dans leurs projets de valorisation des déchets organiques ménagers ou biodéchets.

Compost de quartier

Des formations de maîtres-composteurs

En plus de soutenir la création et l’encadrement des projets de compostage de quartier, l’association WORMS organise et coordonne la formation de maîtres-composteurs et elle organise des formations sur le compostage et le vermicompostage. «Nous essayons de toucher un maximum de monde de par nos formations gratuites et ouvertes à tous. Nous en organisons aussi pour les sociétés, des associations, des écoles, des comités de quartier. Nous partageons notre savoir-faire avec grande joie à tous ceux qui le souhaitent, nous soutenons toutes les initiatives permettant ainsi d’aboutir à un projet concret.»

Compostage de quartier
Compost de quartier
Compost de quartier
Compost de quartier

Une initiative conviviale et citoyenne

Créer un compost de quartier, c’est comme déclencher une émulation dans un quartier, créer un endroit où s’exprimer et poser un acte concret, visible, en faveur de l’environnement. Un tissu social se crée, on découvre ses voisins et au fur et à mesure d’autres projets se créent comme par exemple un potager, un poulailler, des plantations, une mare… «La plupart des participants sont des personnes âgées qui s’organisent entre elles. Ils arrivent au centre chargés de sacs ou de seaux remplis de leurs déchets de cuisine. Mais il y a aussi des beaucoup de jeunes ménages soucieux de leur environnement.»

Compost de quartier
Compost de quartier
Compost de quartier
Compost de quartier

Zéro déchet

Le centre de compostage est une alternative qui permet de réduire les déchets envoyés à l’incinérateur de Bruxelles et une manière de les valoriser. Il existe aussi à Bruxelles une collecte de matières organiques, non obligatoire, pour nourrir un biométhaniseur situé à Ypres pour produire de l’énergie. Cette collecte permet de recycler des déchets qu’on évite de mettre dans le compost et qui sont principalement du gaspillage alimentaire tels les restes d’assiettes, pain, viande, poisson, produits laitiers et repas cuisinés. Donc, plus aucun déchet organique ne devrait se retrouver à l’incinérateur.

Le saviez-vous?

Une tonne de matières organiques recyclées, c’est près de 3 tonnes d’émissions de CO2 en moins dans l’atmosphère et une économie de 50 sacs-poubelles de 30 litres! Cela permet aussi de réduire les coûts liés à la gestion des déchets (transport, main-d’oeuvre, énergie, incinération), avoir du compost gratuitement, participer à un engagement citoyen, diminuer son empreinte écologique et laisser derrière soi une terre plus propre… Les raisons ne manquent pas et chacun y trouvera son intérêt.

WORMS, aussi en Wallonie

Bruxelles Environnement soutient financièrement la création de nouveaux composts de quartier par le biais d’un appel à projets. Depuis 2017, la Wallonie s’est mise au compost de quartier. Le ministère wallon de l’environnement et de l’économie circulaire a lancé un appel à projet et ils ont reçu plus de 300 dossiers! Voir les infos sur le site de l’asbl WORMS qui se charge d’accompagner les porteurs de projets depuis la préparation jusqu’à l’installation et la pérennité.  www.wormsasbl.org

Pour faire votre compost maison, rendez-vous dans la rubrique Jardinage Jardin bio

Reportage publié dans Jardins & Loisirs 2016 (www.jardinsetloisirs.be)

 

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi