20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Aux portes de Bordeaux, le Château de Tauzia est une ravissante chartreuse bordelaise du 18e siècle classée au Patrimoine des Monuments historiques.

 

Sur le chemin de Compostelle

Une longue allée de platanes mène au Château de Tauzia, au coeur de l’appellation des vins de Pessac-Léognan. Gradignan, c’est déjà la campagne avec ses vignobles et clairières et un modeste ruisseau, l’Eau Bourde, qui faisait tourner quelques moulins. Le domaine se situe sur le chemin d’Espagne qu’empruntèrent jadis les pèlerins vers Compostelle. Au Moyen-Age, le domaine appartenait au prieuré de Cayac dont il ne subsiste que des ruines.

Château de Tauzia

Une chartreuse bordelaise

Jadis, à Bordeaux, jadis, l’été était étouffant et pouvait être pestilentiel. L’aristocratie bordelaise allait passer la belle saison à la campagne. Ainsi naquirent les «chartreuses», de belles demeures rectangulaires et allongées à un seul niveau sur caves. Peu à peu, le style évolue et gagne en prestige. Au milieu du 18e siècle, on ajoute des colonnes pour faire antique. On adjoint des pavillons sur les côtés, parfois un étage permettant d’aménager une vaste terrasse.

Château de Tauzia

Un art de vivre raffiné

Même si elles s’inspirent de l’exploitation agricole de l’époque, les chartreuses cultivent un art de vivre raffiné avec des décors qui évoquent l’amour, la chasse et la musique. C’est ici que l’on gère ses vignobles et que l’on surveille les travaux agricoles. Pendant la belle saison, on reçoit dans ces salons largement ouverts sur des jardins travaillés au cordeau. On aime la nature mais encore faut-il qu’elle soit bien peignée.

Château de Tauzia

Le Château de Tauzia

Classé monument historique, le Château de Tauzia a été élevé en 1778 sur les plans de l’architecte Victor Louis à qui l’on doit le Grand Théâtre de Bordeaux. Le domaine était la propriété de Jacob Diaz-Pereyra, directeur des douanes de Bordeaux. Ses héritiers vendent Tauzia en 1827 à Gustave Petersen, négociant et consul de Suède et de Norvège.

Château de Tauzia

Typique des chartreuses bordelaises, Tauzia comporte un corps de bâtiment en rez-de-chaussée interrompu en son centre par une rotonde coiffée d’une coupole et flanqué de deux pavillons à un étage. La salle à manger située dans la rotonde est ornée d’un très beau décor de stuc, sobre et raffiné, et d’un parquet en mosaïque de bois.

Château de Tauzia

Gustave Petersen fit agrandir la demeure pour la transformer en un véritable château. Dans la cour, il rajoute un porche soutenu par deux paires de colonnes à chapiteau ionique ainsi que des ailes en retour d’équerre à étage. La toiture en ardoise est masquée par des balustrades.

Un jardin à l’anglaise

Une vaste terrasse agrémente la façade côté jardin. On y accède par un large escalier droit gardé par deux lions de pierre du sculpteur bordelais Louis Goeffard de Mazerolles. De cet observatoire privilégié, le regard embrase une vaste pelouse bordé de massifs boisés, dénommé ‘Jardin à l’anglaise’ sur un plan aquarellé de 1840. Il y a aussi une orangerie, un verger et un jardin potager, des prés, des étangs, des vignes et des viviers.

Château de Tauzia

Un manuscrit «Un dimanche à la campagne» datant du milieu du 19e siècle signé F. Bonifas, décrit avec beaucoup de détails le domaine de Tauzia, «parc enchanteur traversé par d’immenses allées, orné de massifs, de bosquets et de retraites isolées où rêver à quelques fêtes galantes.» Il contemple ses lacs où se mirent les cieux, les ormeaux d’alentour, son chalet gracieux et sa fraîche garenne. Plus loin, une fontaine au cristal toujours pur et une grotte humide l’émeuve.

Château de Tauzia

C’est l’époque bénie où la prospérité de Bordeaux rejaillit dans l’art de vivre à la campagne. Autour de son château, Gustave Petersen fait tracer un parc à l’anglaise d’une vingtaine d’hectares par l’horticulteur-jardinier-paysagiste Louis-Bernard Fischer, l’un des plus en vue de son temps. Depuis la terrasse du château, des perspectives en points de vue multiples s’ouvrent sur le parc. On y admire les touffes gigantesques de ses arbres, les ombrages ménagés avec art, asiles impénétrables aux chaleurs de l’été.

Château de Tauzia
Château de Tauzia

Du goût et de la fortune

Il fallait le goût et la grande fortune de son épouse, Madame Petersen, pour entretenir le parc aussi magnifiquement. Avec son habile jardinier, Monsieur Troupeau, la maîtresse de maison s’appliquait à obtenir les plus beaux fleurissements de camélias et d’azalées dont l’excellente tenue faisait l’admiration des sociétés horticoles. Passionnée par les produits de la terre, cette dame de qualité élevait à un degré d’excellence la culture des légumes.

Château de Tauzia

Les Annales de la Société d’Horticulture de la Gironde évoquent une visite de la commission en avril 1858 pour apprécier la floraison des serres et l’ensemble des cultures de ce beau domaine. La serre tempérée était remplie de cinéraires et d’azalées en pleine floraison. Dans le potager, la commission inspecte les cultures maraîchères, avec une récolte précoce des melons cultivés dans des coffres. Dans le verger régnait le même ordre que dans le potager, témoignant du savoir-faire du jardinier.

Château de Tauzia

Tauzia Fête les Jardins

Le château de Tauzia est entré en 1888 dans la famille Calvet, grande famille dans le négoce bordelais. Il appartient actuellement à Hubert et Marie-Amélie Calvet. Depuis 2016, leur fille Aurélie organise deux fois par an une grande Fête des Plantes qui anime son magnifique parc. Pour faire revivre le parc historique de Tauzia et entreprendre sa restauration, Pierre et Aurélie de Ferluc ont réuni autour d’eux «Les Amis de Tauzia». Cette association présidée par la princesse Caroline Poniatowski regroupe des amoureux de la nature et de cette région exceptionnelle. (voir mon reportage sur la fête des plantes à Tauzia en cliquant sur le lien)

Château de Tauzia

Carnet de Route

Crédit photos Agnès Pirlot et les Amis de Tauzia.

Pour découvrir mon reportage Tauzia Fête les Jardins, rendez-vous dans la rubrique Découvertes, Fêtes des plantes et sur un week-end à Bordeaux, rendez-vous dans la rubrique Voyages, Europe ou cliquez sur le lien.

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email