20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

En plein coeur de la métropole lilloise, le Sentier du Chimonobambusa est un jardin raffiné qui nous embarque dans un voyage hors du temps, au pays du Soleil Levant.

Parfum d’Asie

Martine est une grande passionnée de l’Asie. Elle a baptisé son jardin le Sentier du Chimonobambusa, une espèce très rare de bambou japonais. «J’ai découvert le monde des bambous, des graminées et des plantes de collection et ce fut le départ d’un nouveau jardin qui s’inspire de l’Asie.» L’invitation au voyage est immédiate! Et pourtant, Martine n’a jamais mis les pieds en Asie. «J’ai toujours été subjuguée par l’Asie, sa philosophie et son rapport à la nature. J’ai peut-être des origines asiatiques? J’avais besoin de revenir à l’essentiel, d’opérer un retour aux sources. J’aime aussi toucher la terre, cela me fait un bien fou!»

Sentier du Chimonobambusa
Sentier du Chimonobambusa
Sentier du Chimonobambusa
Sentier du Chimonobambusa
Sentier du Chimonobambusa
Sentier du Chimonobambusa

Le plan du jardin

Situé à l’arrière de sa maison de ville, le Sentier du Chimonobambusa se dévoile à travers une grande baie vitrée. Il y a quinze ans, ce long rectangle de 8m de large sur 45m de long n’était que du gazon avec quelques arbustes. Dès l’entrée dans ce jardin d’inspiration japonais, une sensation de dépaysement et d’émerveillement nous envahit. La première partie du jardin est très structurée avec une terrasse en teck, un bassin où nagent en toute tranquillité des carpes Koï et une zone de lagunage. Au fil de la visite, le jardin joue avec les zones ombragées ou ensoleillées et les dénivellations. Une réalisation riche en contrastes et en diversité végétale.

Sentier du Chimonobambusa

Un rideau de bambous

Le jardin est divisé dans sa longueur par un rideau de bambous géants, Phyllostachys vivax aureocaulis. Derrière leurs hautes cannes dorées, la jardinière a aménagé un jardin plus sauvage en multipliant les niveaux et les ambiances. Un sentier encaissé chemine entre différentes scènes japonaises où les sculptures et plantes rares ravissent le regard. Il y a plus de 300 plantes, mais tout est miniature. La balade se termine au Pavillon de thé, élément incontournable dans un jardin japonais. C’est l’endroit préféré de Martine car il lui permet de contempler son jardin dans son ensemble et de méditer.

Sentier du Chimonobambusa

Miroir d’eau et lagune

L’une des réalisations phare de ce jardin est un grand bassin de 55 mètres cube qui fait 1,60m de profondeur. Animé d’une cascade et d’une zone de lagunage, c’est un biotope très naturel qui attire une grande diversité de faune et de flore. Martine a choisi un recouvrement en résine sur une structure en parpaing. Entourée d’une bordure en pierre bleue de Soignies, la pièce d’eau est traversé par deux grandes passerelles en bois sur pilotis qui se croisent au dessus du bassin. Ces ponts protègent les poissons de la chaleur et du froid. Un skimmer aspire l’eau qui est remontée dans une zone de lagunage garnie de lave où sont installées des plantes aquatiques qui filtrent l’eau. Quelques câbles tendus en croisillons au dessus des murs à 3 mètres de haut empêchent les hérons amateurs de poissons de s’approcher de la pièce d’eau.

Sentier du Chimonobambusa
Sentier du Chimonobambusa
Sentier du Chimonobambusa
Sentier du Chimonobambusa

Graphisme des végétaux

Les arbres et buissons ont été sélectionnés par Martine pour leur port pleureur ou étalé et le graphisme de leur silhouette. Elle les a décentrés pour ne pas gêner la vue. Les arbres pleureurs trouvent leur place près de la pièce d’eau tandis que les érables du Japon sont employés en spécimens isolés le long des sentiers. Il y a de nombreux conifères qui se prêtent à une taille sévère en «niwaki» pour limiter la croissance du feuillage et sculpter la silhouette en nuage ou en plateau. Il y a peu de fleurs, quelques bruyères, camélias, azalées, des hostas, des iris, Il y a aussi des fougères, des graminées et des mousses.

Sentier du Chimonobambusa
Sentier du Chimonobambusa
Sentier du Chimonobambusa
Sentier du Chimonobambusa

Un peu de yin, un peu de yang

Sobre, paisible, élégant, le jardin japonais constitue l’anti-stress parfait. Les jardins sont comme une image du paradis, un monde où tout doit être beau et aussi parfait que possible. L’univers du jardin repose sur deux principes: le yin, l’eau et le yang, la montagne. La pierre symbolise la montagne tandis que l’eau, animée par une cascade ou limpide et miroitante dans un bassin, est source de vie et symbole de pureté. Lanternes, stèles en pierre, statues, fontaines en bambou, chaque détail a son importance. Rien n’est laissé au hasard ou à la fantaisie. Tout a sa raison d’être.

Sentier du Chimonobambusa

Pour réussir son jardin zen

  • Faites simple, tant dans l’aménagement que dans les plantations
  • Bannissez le désordre. Privilégiez la symétrie et misez sur les détails
  • Remplacez le gazon par de la mousse, de la pierre, du bois et de l’eau
  • Limitez le nombre d’espèces de plantes. Faites un mélange d’arbustes à feuillage persistant, à feuilles caduques et des conifères
  • Complétez avec quelques plantes à fleurs, camélias, cerisier du Japon, azalées, chrysanthèmes

 

Le Sentier du Chimonobambusa, 97 rue Roger Salengro à 59260 Hellemmes (près de Lille) France. Le jardin fait partie des Parcs et Jardins de France. Il a reçu le prix Bonplant en 2012, concours organisé par la Société nationale d’horticulture française. www.lesentierduchimonobambusa.fr

Reportage publié en 2015 dans Femmes d’Aujourd’hui (www.femmesdaujourdhui.be)

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi