20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Le Conservatoire botanique national de Bailleul est un jardin promenade à la découverte du monde végétal sauvage du nord-ouest de la France. Un catalogue vivant à ciel ouvert!

Un jardin pédagogique

Entouré d’un site naturel de 25 ha de bois, de pâtures, de prairies et de bocages, le Jardin des plantes sauvages de Bailleul rassemble sur près d’un hectare une collection de mille espèces de plantes qui vivent dans le Nord Pas de Calais, la Picardie et la Haute Normandie. Ce jardin pédagogique propose au public de mieux comprendre ces plantes que nous côtoyons chaque jour, de découvrir leurs milieux de vie et leurs rapports avec l’homme.

Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Orchis purpurea orchidée sauvage
Jardin des plantes sauvages de Bailleul

Des hellébores, des primevères, des colchiques

Observer des hellébores en hiver, des primevères au printemps, des marguerites en été et le colchique en automne… Ces plantes qui nous sont familières sont pourtant sauvages, car non introduites et gérées par l’homme. En flânant dans les allées du Jardin des plantes sauvages de Bailleul, le camaïeu des verts, les couleurs attrayantes des plantes en fleurs nous en mettent plein les yeux. Devant ce festival coloré, la qualité de la signalétique et la disposition des différents parterres permettent au visiteur de se repérer et d’apprécier pleinement cette balade éducative.

Jardin des plantes sauvages de Bailleul

Une multitude de familles botaniques

La première partie du jardin tente de donner des leçons simples de botanique et de donner envie d’apprendre à reconnaître et à respecter les plantes sauvages de nos régions. Dans la nature, plusieurs sortes de végétaux coexistent: les gymnospermes, des plantes à graines dont font partie les conifères, les angiospermes, des plantes à fleurs et à fruits, et enfin des plantes primitives, les algues, les mousses, les fougères, les prêles et les hépatiques.

Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Dipsacus sativus
Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Jardin des plantes sauvages de Bailleul

Comme un livre à ciel ouvert

Toutes les plantes présentées dans le Jardin des plantes sauvages de Bailleul sont étiquetées avec leur nom scientifique en latin, la langue universelle qui permet aux botanistes du monde entier de se comprendre et de communiquer. Il y a aussi le nom commun en français, en néerlandais et anglais, la famille botanique, la période de floraison, la forme biologique, annuelle, bisannuelle, vivace, ligneuse et la protection légale possible de la plante au cas où celle-ci serait en danger.

Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Jardin des plantes sauvages de Bailleul

Sol, climat et eau

Les plantes sont présentées sous forme de parcelles thématiques car les plantes ne vivent pas par hasard dans la nature. En fonction des facteurs écologiques, sol, climat, eau…, la végétation n’est pas la même. Chaque région possède donc ses types de végétations propres, et chaque espèce son milieu de vie. Pour nous fait mieux comprendre l’importance de conserver un tel patrimoine vivant, des milieux naturels sont reconstitués: la panne dunaire, la mare naturelle bordée par une prairie humide, une pelouse calcicole couverte d’orchidées sauvages, une prairie de fauche, une lande ou une tourbière à sphaigne.

Jardin des plantes sauvages de Bailleul

Les stratégies de survie

Certaines parcelles nous parlent des stratégies de reproduction et de survie des plantes, telle la Julienne des Dames, Hesperis matronalis, qui libère du parfum à la tombée de la nuit pour attirer les papillons ou le fenouil, Foeniculum vulgare, à l’odeur d’anis pour attirer l’insecte pollinisateur, ou encore la digitale pourpre, Digitalis purpurea, dont les grosses fleurs tubulées sont faites pour accueillir le bourdon. Une parcelle présente les plantes qui grimpent à la conquête de l’espace, la clématite des haies, Clematis vitalba, le liseron, Calystegia sepium, ou des plantes envahissantes tel le solidage du Canada, Solidago canadensis. Une dernière thématique évoque la relation des hommes et des plantes, l’origine des plantes cultivées, la domestication et les hybridations.

Violette de Rouen Viola hispida

La petite pensée de Rouen

Depuis environ cent ans, plus de cent espèces de plantes de cette région ont disparu. C’est en moyenne une espèce de plante sauvage qui disparaît tous les ans! Les plantes endémiques qui sont en danger font partie des trésors du Jardin des plantes sauvages de Bailleul. On y découvre ainsi, au ras du sol, la petite pensée de Rouen, Viola hispida, que l’on retrouve sur les coteaux calcaire le long des boucles de la Seine en amont de Rouen.

Allium schubertii

Un milieu naturel fragile

Au delà du rôle qu’il joue dans la découverte des plantes, le Jardin des plantes sauvages de Bailleul a aussi été conçu pour interpeller le visiteur sur les questions environnementales ainsi que sur les outils de gestion et de préservation des milieux naturels. Le Conservatoire botanique national de Bailleul est un organisme scientifique. Comme son nom l’indique, un Conservatoire… conserve. Dans ses congélateurs, les scientifiques ont entreposé 35 millions de graines, une véritable banque de semences qui est complétée par un herbier historique et de référence, une bibliothèque et un système informatique qui permet de consulter des millions de données sur la flore et les végétations du nord-ouest de la France.

Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Jardin des plantes sauvages de Bailleul

Des graines pour sauvegarder la biodiversité

Le Jardin des plantes sauvages de Bailleul propose des sachets de semences d’espèces sauvages qui correspondent aux conditions écologiques de son jardin.

  • Nielle des blés (Agrostemma githago)
  • Centaurée (Centaurea scabiosa)
  • Salsifis des prés (Tragopogon pratensis)
  • Grande marguerite (Leucanthemum vulgare)
  • Vulnéraire (Anthyllis vulneraria)
  • Hélianthème jaune (Helianthemum nummularium)
  • Petite pimprenelle (Sanguisorba minor)
  • Digitale pourpre (Digitalis purpurea)
  • Primevère officinale (Primula veris)

 

Centaurea cyanus
Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Jardin des plantes sauvages de Bailleul
Butomus ombellatus

Conservatoire botanique national de Bailleul.   Visites libres ou guidées toute l’année, animations thématiques et ateliers de botanique. Accès: A25 Lille Dunkerque, sortie 10 direction Bailleul. Hameau de Haendries à 59270 Bailleul, France. www.cbnbl.org

Crédit photos Agnès Pirlot et Conservatoire botanique national de Bailleul

Reportage publié en 2016 dans Jardins & Loisirs (www.jardinsetloisirs.be)

 

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi