20 ans de journalisme,
la passion du voyage et des jardins.

Généreuse, parfumée, la rose est la reine du jardin de Robert et Godelieve Taelman. Dans les massifs, elle se mêle aux fleurs vivaces et aux buissons d’ornement. Magnifique!

Sur les hauteurs d’Ottignies

Lorsqu’on a été pépiniériste, le jardinage est une passion. A la retraite, Robert et Godelieve Taelman se consacrent désormais à leur jardin fleuri et buissonnant, tout en rondeur. «Quel plaisir de pouvoir consacrer quelques heures au jardin, se laisser envahir par ce précieux contact avec la terre, se laisser bercer par le subtil parfum des fleurs, se laisser aller à créer, imaginer… Nous sommes devenus adeptes du jardinage biologique. Notre jardin nous permet de vivre presque en autarcie.»

Jardin de la ruelle rose

Un jeu de haie et des moutonnements de buis

Se promener dans le Jardin de la ruelle rose au début de l’été est un vrai moment de bonheur. Le terrain d’un hectare et demi surplombe une magnifique vallée sur les hauteurs d’Ottignies, au coeur de la Belgique. Contrastant avec les lignes douces et vallonnées du paysage qui l’environne, le jardin près de la maison prend des allures de pièces à ciel ouvert. Il a été aménagé progressivement avec l’aide de Françoise Henry de Frahan, architecte paysagiste qui a eu le privilège de travailler auprès de Jelena de Belder. Si la trame du jardin est dessinée par des jeux de haies et des moutonnements de buis, les chambres de verdures sont peuplées de roses, d’arbustes à fleurs et de plantes vivaces. L’allée sillonne entre les roses et les plantes vivaces. Plus loin, un sous-bois de plantes mellifères et à petits fruits accueille des rosiers moschata et des arbustes à colorations automnale.

Jardin de la ruelle rose
Jardin de la ruelle rose
Jardin de la ruelle rose
Jardin de la ruelle rose

Un jardin généreux

La partie la plus ancienne du Jardin de la ruelle rose a été plantée  il y a près de quarante ans, à leur arrivée dans cette maison. «Nous avons encore de très beaux rosiers qui datent de cette époque, comme le rosier ‘Rush’ du rosiériste belge Louis Lens, un grand arbuste touffu d’allure un peu sauvage. C’est vraiment un champion, à placer au fond d’un massif. A côté de lui, il y a le rosier ‘Clair Matin’, un autre grand buisson à fleurs rose clair, et le rosier ancien ‘Complicata’. Il ne fleurit qu’une seule fois au début de l’été, mais ses rameaux arqués se couvrent alors d’une couronne de fleurs. Nous avons rajouté quelques rosiers à la floraison plus intense, tel le rosier ancien de ‘Rescht’ à la floraison fuchsia parfumée, le rosier mousseux ‘William Lobb’ violet foncé nuancé de magenta et ‘Chianti’, aux fleurs en rosettes rouge grenat foncé, des rosiers au port généreux et élégant.»

Jardin de la ruelle rose

Roses en jupons

Exquises, divinement parfumées, se mêlant aux fleurs vivaces et aux buissons d’ornement, les roses sont ainsi les reines de ce jardin. Au mois de juin, elles triomphent dans les massifs. Avec des fleurs d’une beauté raffinée et des parfums aussi délicieux que variés, la rose reste la fleur la plus prisée au monde. En redécouvrant ces dernières années les fragiles rondeurs des roses anciennes, les rosiéristes ont tenté, avec succès, d’allier dans leurs nouvelles obtentions le charme juponné des roses anciennes à des qualités qui ont fait le triomphe des hybrides récents: la vitalité, la résistance aux maladies et la faculté de fleurir longtemps. Ces nouveaux rosiers à la végétation abondante et au joli feuillage se fondent avec grâce dans le paysage.

Jardin de la ruelle rose
Jardin de la ruelle rose
Jardin de la ruelle rose
Jardin de la ruelle rose

Romantiques, les nouvelles roses

Une nouvelle partie du jardin a été aménagée à l’emplacement de l’ancienne pépinière. Godelieve a alors pu installer de nouveaux parterres de rosiers. «Nous cherchions des rosiers généreux et faciles à vivre, avec une floraison un peu romantique.» Les premiers croisements entre des roses anciennes, des roses hybrides de Thé et des floribundas à la floraison continue ont été réalisés par le rosiériste anglais David Austin. Leur succès a suscité la naissance des collections Romantica de Meilland, Générosa de Guillot, Souvenirs d’Amour et Roses des Peintres de Delbard en France, Renaissance de Poulsen au Danemark, Féeriques de Kordes et Nostalgie de Tantau en Allemagne. «Ces roses de charme marient avec délicatesse la vigueur et la robustesse des roses d’autrefois et la diversité des couleurs des roses modernes. Ce sont des rosiers comme on les aime, avec une végétation buissonnante bien touffue, des fleurs parfumées et une floraison qui se prolonge jusqu’à la fin de l’été

Jardin de la ruelle rose

Compagnes utiles

Dans le Jardin de la ruelle rose, les rosiers ne sont jamais seuls. Ils ont pour compagnie d’autres buissons décoratifs, des plantes vivaces et des plantes aromatiques. La façade de la maison est fleurie de roses associées à d’autres plantes grimpantes, une clématite ou un chèvrefeuille qui l’ombrage un peu. «Rien n’est plus mauvais que de faire des parterres de roses uniformes, comme on le voit trop souvent dans les jardins. Non seulement cela manque de charme et de naturel, mais en plus les maladies se propagent facilement d’un sujet à l’autre.»

Jardin de la ruelle rose

Pour éloigner les parasites des rosiers, il faut installer à leur pied des plantes à feuillage aromatique, lavande, sauge, thym, romarin, géranium odorant, nepeta, camomille, fenouil vivace, rue officinale ou même de la menthe à condition de la surveiller car elle peut devenir envahissante. Pour assainir la terre et détruire les nématodes, ces vers minuscules qui attaquent les racines des rosiers, Robert conseille de planter des tagètes, des petits oeillets d’Inde aux fleurs jaunes et orange. «Comme je n’aime pas cette couleur qui jure avec le rose tendre de mes rosiers, j’en cultive quelques lignes dans mon potager. En automne, je les récolte, je coupe fleurs, feuillages et racines en morceaux et je les enfouis par un bêchage au pied des rosiers.»

Jardin de la ruelle rose

Aux petits soins des rosiers

La santé florissante des rosiers de Godelieve et Robert n’est pas le fruit du hasard. Voici leurs astuces…

  • Ne pas planter trop serré. Pour obtenir un beau résultat très rapidement, on plante toujours trop serré. Mais chaque rosier a besoin d’espace pour profiter du vent et du soleil qui débarrasse le buisson des spores de moisissures et des germes de maladies. Tout dépend de la variété, mais comptez plus ou moins un mètre carré par buisson.
  • Préparer une terre bien ameublie. Enfouissant une fumure de fond type Or Brun ainsi qu’une poignée d’engrais Patentkali, de la poudre d’os, corne broyée, ou fumier bien décomposé. Si le sol est lourd et collant, rajoutez dans le fond un peu de gravier ou de sable de rivière. C’est en effet le manque d’air dans la terre qui affaiblit la plante et la rend vulnérable aux parasites.
  • Installer le rosier. Enterrez son point de greffe à 3cm sous le niveau du sol car l’arbuste a tendance à remonter à cause du gel qui fait gonfler le sol. Bien ancré, le rosier résistera mieux aux grands vents et souffrira moins de l’alternance des gels et dégels.
  • Au printemps. En avril, juste avant que les feuilles n’apparaissent, puis à la fin du mois de juin, après la première floraison, faites un apport d’engrais organique «spécial rosiers» qui stimule la croissance de l’arbuste, le développement des racines et du feuillage et encourage la floraison. Vous pouvez aussi offrir à vos rosiers du marc de café qui est un bon engrais ainsi que de la cendre de bois qui contient beaucoup de potasse très appréciée des roses.
  • Tailler au bon moment. La taille rajeunit le rosier et le maintient en bonne santé. Les rosiers remontants dont la floraison se renouvelle tout l’été sont taillés au mois de mars. Les arbustes qui ne fleurissent qu’une seule fois sont taillés après la floraison en juillet.
  • En été. Les rosiers apprécient un sol propre et supportent mal la concurrence des mauvaises herbes. Tous les produits de désherbage sont nocifs. Le seul moyen de garder un sol propre est de remuer la terre à l’aide d’une petite griffe ou d’une binette. Paillez le sol avec une couverte de cosses de cacao qui maintient le sol humide.
  • Soigner les rosiers. Evitez les pesticides chimiques. Soignez les rosiers contre les maladies et les pucerons avec des produits naturels, bouillie bordelaise, solutions à base de pyréthrine naturelle, de roténone, du purin d’ortie et du savon noir.
  • En automne. Faites un apport de compost, de poudre de basalte ou d’algues marines. Eliminez toutes les branches mortes, celles qui poussent vers l’intérieur et celles qui se croisent en se touchant.

 

Le Jardin de la ruelle rose, à Limelette, Belgique. Jardin ouvert sur rendez-vous ou via l’association Jardins Ouverts de Belgique. http://www.jardindelaruellerose.be/ et www.jardinsouverts.be

 

Si vous avez aimé ce reportage, pourquoi ne pas le partager
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Follow by Email

Vous aimerez aussi